30-04-2017 02:11 AM Jerusalem Timing

Chute de Kherbet-Ghazalé: l’armée syrienne se dirige au sud...vers Deraa

Chute de Kherbet-Ghazalé: l’armée syrienne se dirige au sud...vers Deraa

Assiégés à Qousseir, ASL et Frères musulmans négocient avec les autorités syriennes une capitulation qui sauve la vie de leurs miliciens. A Damas, le front al-Nosra essuie un coup dur: son commandant est blessé.

Alors qu'on s'attendait à la libération de la ville d’al-Qousseir, et avec, de tout le gouvernorat de Homs à l'Est de la Syrie, c'est du côté du sud que l'armée syrienne a fait la surprise, réalisant une percée importante dans la vallée du Hourane qui sépare la Syrie de la Jordanie .  

Miliciens à Kherbet-GhazaléCe mercredi, la localité très importante de Kherbet-Ghazalé,  a été sécurisée après deux mois de combats .
«  La chute de Kherbet-Ghazalé qui se situe dans la vallée de Hourane, traversant l’axe routier express qui mène vers la Jordanie est survenue après l’échec de l’envoi d’armements par le Conseil militaire syrien de l’opposition», rapporte l’agence Reuters.

Chef de milice tué à Kherbet GhazaléSelon l’AFP, «  cette ville est très importante du point de vue stratégique : elle est traversée par une route qui relie la Jordanie et la capitale de la province syrienne de Deraa. Les rebelles craignent que les troupes de Bachar al-Assad prennent le contrôle de cette route ». 

Un milicien tué à Kherbet-GhazaléDes militants ont indiqué pour Reuters que près d’un millier de miliciens se sont retirés de la localité, la plupart d’entre eux étant des éléments du front al-Nosra d’Al-Qaïda. ils se seraient rendus à Deraa, où devrait avoir lieu la bataille prochaine , selon un expert libanais, l'ancien général Ismaïl Soukkariyyé, qui s'exprimait pour la télévision Almayadine

Dans le gouvernorat de Homs aussi les miliciens battent en retraite, alors que les villages situés aux alentours de la ville Qousseir tombent l'un après l'autre: Salloumiyyé, puis Soumariyyé, et les fermes Kourdi ces deux derniers jours.

L’exploit est de taille pour l’armée syrienne régulière : il lui permet de contrôler une zone extrêmement sensible : les axes routiers qui relient Homs et sa province au littoral syrien, du côté du Nord, la route Damas-Homs et toutes les voies de passage des miliciens vers la province de Damas, en passant par la vallée libanaise du Kaa , et Ersale.   

Le sort des miliciens à Qousseir

Un chef de milice saoudien tué à QousseirLa destination de ces miliciens n'est autre que la ville de Qousseir, où des centaines d'entre eux, toutes tendances confondues, sont entassés.

En plus des Syriens, ils comptent de nombreux libanais, jordaniens, tchétchènes, libyens. Mais aussi des palestiniens. Des membres du mouvement Hamas en feraient partie, selon Syria Truth et d’autres sites. Résidants dans le camp « les revenants (en Palestine) » à Homs, ils avaient été entrainés par le Hezbollah pour combattre les Israéliens.

Alors que les éléments étrangers des mouvements takfiris et salafistes comptent y « mourir en martyre », de nombreux miliciens, surtout ceux de la milice Al-Farouk de l’Armée syrienne libre ont déjà entamé des négociations pour parvenir à un compromis avec les autorités syriennes. Question de s’épargner un sort similaire à celui des miliciens de Bayda, qui  selon certaines sources syriennes ont été exécutés après avoir été capturés, après le fiasco de leur attaque conduite contre la ville côtière de Banias.

Combats à QousseirSyria Truth assure que la confrérie syrienne des Frères Musulmans aussi a entamé pour sa part une médiation via une partie libanaise tierce, pour sauver la peau de ses miliciens dans la ville.

L’offre qu’elle suggère stipule la capitulation des miliciens et la remise de la ville de Qousseir sans bataille, en échange de leur arrestation, et leur emprisonnement, sans qu’ils passent par l’échafaud.

La médiation est conduite par des tribus syro-libanaises qui vivent de part et d’autre de la frontière, entre le gouvernorat de Homs et Baalbek.

Jusqu'à présent, les autorités syriennes refusent cette proposition, surtout qu’elles contrôlent hermétiquement la ville de Qousseir.

Terrain : le commandant d’al-Nosra blessé

Du côté de la capitale syrienne, le front al-Nosra d'al-Qaïda a essuyé un coup dur ce mercredi: selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, son chef a été  blessé.  Abou Mohammed al-Joulani a été blessé avec d'autres membres de son groupe dans le bombardement qui les a visés dans un secteur sud de la province de Damas, a ajouté cette organisation en précisant tenir ces informations de militants dans la zone.
  

Interrogé par l'AFP, le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a affirmé que le chef de la milice avait été blessé à un pied, sans pouvoir donner plus de précisions dans l'immédiat.
  

En avril, il avait prêté allégeance au chef d'Al-Qaïda Aymane al-Zawahiri.