22-01-2018 11:56 AM Jerusalem Timing

Coup d’état anti Morsi : projet saoudo-américain?!!

Coup d’état anti Morsi : projet saoudo-américain?!!

L’Arabie n’a jamais apprécié les Frères Musulmans, malgré les tentatives de ces derniers de les séduire.

Selon le journal libanais Al Akhbar, les Etats Unis et l'Arabie saoudite ont activement contribué au renversement du président égyptien dans l'objectif d'ouvrir la voie aux prochaines phases de leur projet pour le Moyen Orient.

Dans un article signé Nacer Charara, le journal se fie dans son analyse à des informations en provenance de la Russie et qui mettent l'accent sur le rôle de Riyad  dans l'affaiblissement délibéré de la position de Morsi auprès des Etats Unis et à l'intérieur de l'Egypte. 

"Riyad aurait dit à Kerry qu'il n'est pas du tout content de l'arrivée au pouvoir des Frères musulmans en Egypte car cela inciterait d'autres pays de la région à suivre l'exemple égyptien, ce qui va à l’encontre de la sécurité saoudienne.

Riyad a clairement signifié à Kerry qu’elle protégerait les opposants de Morsi, en leur accordant un soutien financier. Les saoudiens auraient affirmé qu'ils souhaiteraient voir les "salafistes" remplacer les Frères musulmans pour jouer le rôle qui leur est du auprès des américains que ce soit en Egypte ou ailleurs.

Riyad aurait rassuré Kerry qu’elle est capable de maitriser les salafistes de sorte qu’ils ne présentent aucun danger pour l’Occident.

Elle est même allée jusqu'à donner des garanties que les salafistes iraient rejoindre les rangs des anti Morsi, ceux des anti Assad et rallier l'ASL et les forces civiques, selon Al Akhbar.

« Le fait que le parti Al Nour ait renoncé à son soutien à Morsi penche dans le sens d'une confirmation de ces informations. Al Nour soutient désormais l'armée égyptienne et le roi Abdallah d'Arabie a été le premier dirigeant du monde à féliciter les putchistes », constate le journal libanais, lequel rappelle que le prince Bandar Ben Sultan, chef du renseignement saoudien, a rencontré ces derniers mois et a plusieurs reprises les Américains dans un pays européen.

 

Al Akhbar écrit aussi : « les saoudiens veulent apposer leur veto à la présence des Frères musulmans sur la scène politique de tous les pays de la région y compris la Syrie. C'est dans ce sens que Riyad soutient plus fermement l'ASL contre les frères musulmans au sein de l'opposition anti Assad. Les brigades Al Tawhid actives à Alep bénéficie à ce même titre du soutien de Riyad. Le gouvernement de Morsi a émis des signes de faiblesse dès janvier 2013 et les saoudiens ont su bénéficier des divergences entre l'Egypte de Morsi et les pays occidentaux dont la France. Riyad est allé même jusqu'à exiger à Doha de limiter ses soutiens aux frères ce à quoi Doha a répondu par un oui conditionnel : Doha a accepté de jouer le jeu à condition que Riyad finisse par mettre de côté ses penchants anti Qatar.

L'une des raisons de changement à la tête du petit émirat pourrait être cette volonté de retrouvailles qatari-saoudiennes . Le Qatar compte désormais agir dans l'ombre de Riyad ».