14-04-2021 05:07 PM Jerusalem Timing

Assad affirme être "sûr de la victoire" face aux rebelles

Assad affirme être

Les miliciens d’Al-Qaïda enlèvent 200 civils kurdes.

Le président Bachar al-Assad a affirmé être "sûr de la victoire" de ses troupes dans la guerre civile qui ensanglante la Syrie depuis plus de deux ans, dans un message adressé jeudi aux militaires pour la fête de l'armée.
  
"Si en Syrie nous n'étions pas sûrs de la victoire, nous n'aurions pas eu la capacité de résister et nous n'aurions pas pu poursuivre (la bataille) après plus de deux ans d'agression", a indiqué le chef de l’Etat dans ce message reproduit par l'agence officielle Sana.
  Le président Assad saluant un militaire dans la localité de Darayya de la province de Damas sécurisée depuis un mois. "Ma foi en vous est grande et j'ai confiance en votre capacité à (...) mener à bien la mission nationale qui vous est échue", a-t-il ajouté en s'adressant aux soldats, à l'occasion du 68e anniversaire de la création de l'armée en Syrie.
   "Vous avez fait preuve d'un rare courage dans la bataille contre le terrorisme et vous avez impressionné le monde par votre résistance (...) en faisant face à la plus féroce et la plus brutale des guerres dans l'histoire moderne", a encore indiqué le président.

En cette occasion, le président syrien s'est rendu ce jeudi à Daraya, localité près de Damas tenue en majorité par les forces gouvernementales.  

200 civils kurdes pris en otages

   
Des groupes jihadistes liés au réseau Al-Qaïda ont pris en otages environ 200 civils kurdes après de violents combats avec des combattants kurdes dans deux villages du nord-est de la Syrie.
  
 Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), instance de l’insurrection siégeant à Londres,  "les combattants du front Al-Nosra et de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pris le contrôle du village de Tall Aren dans la province d'Alep et assiègent un autre village proche, Tall Hassel. Ils retiennent en otages environ 200 civils parmi les habitants des deux villages", a précisé  dans un communiqué.
  
Selon le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane,  les jihadistes ont emmené ces civils dans un lieu non précisé et on ignorait dans l'immédiat les intentions des assaillants à leur égard et leurs exigences pour les libérer. 
  
Les combats dans les deux villages kurdes ont "éclaté dimanche à l'aube après l'appel d'un des chefs de l'EIIL à aller affronter la brigade kurde" relevant de l'Armée syrienne libre (ASL),  a précisé M. Abdel Rahmane.
  
Les miliciens jihadistes ont alors lancé un assaut contre le siège d'un bataillon de cette brigade à Tall Hassel tuant son chef, a-t-il précisé à l'AFP. L'assaut a provoqué de violents combats entre kurdes et jihadistes dans les deux villages qui ont coûté la vie jusqu'à mercredi à "16 kurdes dont 11 combattants" et à 10 jihadistes dont un dirigeant d'Al-Nosra, selon l'OSDH.
  
Depuis deux semaines, de violents combats opposent dans le nord et le nord-est syrien les jihadistes aux combattants kurdes qui ont réussi à chasser les islamistes de plusieurs secteurs, le plus important étant la localité de Ras al-Aïn, à la frontière turque.

6 employés tués
  
Ailleurs en Syrie, six employés ont été tués à Damas et 19 autres ont été blessés lorsqu'un obus de mortier "tiré par des terroristes (rebelles)" a touché le bus qui les transportait vers ce centre à Barzé, selon l'agence officielle Sana.
  
Dans la province de Damas, deux notables syriens qui faisaient office de médiateurs entre loyalistes et insurgés ont été assassinés à Zabadani, selon Sana et l'OSDH. Sana a indiqué qu'ils ont été abattus par "des terroristes".
  
Dans le nord du pays, où l'armée perd du terrain, des combats ont éclaté à la périphérie de Khan al-Assal, localité près d'Alep capturée par les insurgés et que le régime tente de reprendre.
 

En revanche, les forces gouvernementales continuent d’assoir leur emprise surtout après avoir repris lundi le quartier clé de Khaldiyé.
Depuis, l'armée bombarde la Vieille ville, dernier bastion rebelle à Homs, dans le but de reprendre le contrôle total de cette troisième ville de Syrie.
  

Le pape François a exprimé pour sa part sa préoccupation sur le sort d'un père jésuite italien, Paolo Dall'Oglio, après des informations non confirmées sur l'enlèvement de ce religieux critique du pouvoir par des membres d'Al-Qaïda.