26-09-2017 01:28 AM Jerusalem Timing

Au Liban, les constructions illégales menacent la mer et l’aéroport!

Au Liban, les constructions illégales menacent la mer et l’aéroport!

Le Hezbollah et Amal ont affirmé qu’ils ne couvrent pas les réfractaires, et ont appelé les forces sécuritaires à « faire leur devoir d’empêcher les violations dans la banlieue et dans toutes les régions ».

De nouveau, le dossier des constructions illégales au Liban occupe la Une de l’intérêt politique et officiel dans le pays. Jeudi, deux citoyens ont été tués à Tyr (sud Liban) lors d'un accrochage entre des policiers et des habitants qui protestaient contre les ordres de stopper un chantier de construction illégal près de l'entrée sud de la ville.



Au-delà de la mort des deux civils, les constructions domaniales sont devenues un phénomène alarmant dans un pays où même les responsables légitiment et couvrent ces constructions.
Au centre-ville de Beyrouth par exemple, la situation est des plus catastrophiques. La société libanaise pour le développement et la reconstruction de la capitale « Solidère » se permet d’étendre ses bâtiments vers la mer !

En principe, la région de Saint-Georges (centre-ville) fait partie de la zone maritime. Là-bas, de nombreuses constructions modernes surplombent la mer et les travaux risquent de changer la face géographique du littoral. Rappelons que cette société a été fondée par le Premier ministre assassiné Rafic Hariri.

Dans la banlieue Sud de Beyrouth, plus précisément dans la région côtière d’Ouzaï, et dans la région littorale entre Saïda, Tyr et Zahrani (Sud Liban), des centaines d’unités résidentielles, des magasins et des compagnies construites illégalement ont déformé la façade maritime et menacent certaines régions archéologiques, à l’instar des grottes d’Adloune.


Pis encore, la majorité des bâtiments construits manquent des moindres facteurs de la sureté publique. Selon les dernières statistiques, des milliers de bâtiments sont construits illégalement sur des territoires domaniaux ou sans permis.

Mais le volet le plus alarmant de cette affaire est celui des constructions avoisinant l’aéroport international de Beyrouth. Les maisons construites tout autour de cet aéroport menacent la sureté de vols, et les transgressions se multiplient de plus en plus, sans que l’Etat et les conseils municipaux n’arrivent à les stopper !

Pour le ministre des Travaux publiques et du Transport en exercice Ghazi Aridi s’exprimant au quotidien Assafir, « les constructions illégales jouxtant le mur de l’aéroport constituent un danger pour la sureté des vols. Il faut y mettre fin immédiatement, et j’impute à tout le monde la responsabilité de ce qui se passe. Il faut prendre une décision politique ferme le plus vite possible. J’ai contacté à ce sujet le chef de l’Etat Michel Souleymane, le chef du Parlement Nabih Berri, et la direction du Hezbollah pour les solliciter à agir afin de cesser les violations sur les biens publiques ».

En effet, cette situation risque de s’étendre sur toutes les régions libanaises, au nord, comme à la Békaa et au Mont Liban, au moment où des responsables politiques et municipaux mettent en garde contre l’incapacité des forces sécuritaires et militaires à cesser les violations dans la banlieue Sud et au Sud du pays.

Alors que certains courants politiques exploitent ce dossier pour pointer de doigt le Hezbollah, qui couvre, selon eux, ces violations, ce dernier s’est nettement démarqué des responsables des infractions.

Tout comme le mouvement Amal, le Hezbollah a annoncé qu’il soutenait les forces de sécurité dans leur mission, dont le but est d’assurer la protection des biens publiques et des terrains domaniaux.

Mais les forces sécuritaires semblent incapables de faire face aux habitants. A Ouzaï par exemple, des affrontements éclatent à chaque fois que les forces de sécurité viennent éliminer les infractions. A Tyr aussi, dans la zone des résidences populaires, un Palestinien de 34 ans et un Libanais de 32 ans ont trouvé la mort jeudi au cours des affrontements.

A la suite d’une réunion sécuritaire à la caserne militaire de Tyr, il a été convenu de former une commission d’enquête chargée d’expliciter dans 48 heures les raisons de la mort des deux personnes.

Au cours d’une réunion au centre de « l’Union des municipalités de la banlieue Sud », les représentants du Hezbollah et d’Amal ont clairement dit que leurs partis ne couvrent pas les réfractaires.  Ils ont appelé les forces sécuritaires à « faire leur devoir d’empêcher les violations dans la banlieue et dans toutes les régions ».

Le député du bloc parlementaire du Hezbollah Ali Fayyad a dit que son parti « n’admet aucun alibi sur les raisons sociales de ces constructions, quelle que soit la situation difficile des gens,  puisque les violations contre les biens publiques sont un acte interdit par la religion".