17-10-2017 07:39 PM Jerusalem Timing

EUTimes: Poutine a ordonné une frappe contre l’Arabie si la Syrie est attaquée

EUTimes: Poutine a ordonné une frappe contre l’Arabie  si la Syrie est attaquée

Lavrov a réiteré qu’une solution militaire en Syrie déstabilisera le Moyen-Orient

  

 

Selon le quotidien The European Union Times ,  le président russe Vladimir Poutine a distribué Mardi aux forces armées russes, un "ordre  d'action urgente" autorisant " une frappe militaire de grande envergure  contre l'Arabie Saoudite au cas où les menaces occidentales contre la Syrie seront exécutées".

Le journal cite des sources de l'interieur du Kremlin, qui ont soulignées  que " Poutine est trés   «en colère contre l'Arabie-Saoudite», surtout  après sa dernière rencontre avec le prince Bandar ben Sultan.

En effet,  selon ces sources, le prince Bandar  a mis en garde la Russie si elle s'oppose à la défaite de la Syrie, en brandissant la menace des  islamistes  tchétchénes de provoquer le chaos et d'exécuter des opérations terroristes  aux Jeux olympiques d'hiver de Février 2014 à Sotchi, en Russie.

De son côté, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a averti qu'une solution militaire en Syrie déstabiliserait le pays et le Moyen-Orient, a indiqué mercredi dans un communiqué le ministère des Affaires
étrangères.
 
 
Lors d'une conversation téléphonique mardi avec l'envoyé spécial de la Ligue arabe et de l'ONU, Lakhdar Brahimi, "Sergueï Lavrov a insisté sur le fait qu'il n'y avait pas d'alternative à une solution politico-diplomatique en Syrie, en remarquant que les tentatives de solution militaire ne mèneraient qu'à une déstabilisation supplémentaire de la situation dans le pays et la région".
  
Les deux hommes "sont convenus que dans ce moment critique, toutes les parties prenantes, y compris les +acteurs+ étrangers, devaient agir de manière extrêmement responsable et ne pas répéter les erreurs du passé", selon le
communiqué.
  
Dans un autre communiqué publié mardi soir, la diplomatie russe a indiqué que M. Lavrov avait, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue américain John Kerry, rejeté les arguments de ce dernier selon lesquels le gouvernement syrien serait derrière l'attaque aux armes chimiques.
  
Lors de cette discussion, "M. Kerry a exposé des opinions prétendument fondées sur des informations de sources fiables, selon lesquelles la responsabilité des incidents au cours desquels ont probablement été utilisées des armes chimiques reposait sur le gouvernement syrien".
  
"M. Lavrov a rejeté cette vision des choses, en exposant les arguments de la partie russe", a indiqué le communiqué.
  
"Moscou est toujours particulièrement préoccupé par la ligne dangereuse et qui semble déjà évidente de plusieurs pays visant à torpiller consciemment les prémices d'un règlement politico-diplomatique du conflit", a-t-il ajouté.