26-09-2017 01:35 AM Jerusalem Timing

La Russie va envoyer de nouveaux bateaux de guerre en Méditerranée

La Russie va envoyer de nouveaux bateaux de guerre en Méditerranée

Pour la Russie, les projets occidentaux d’intervention en Syrie, "défi" à la Charte de l’ONU.

La Russie va envoyer de nouveaux bateaux de guerre en MéditerranéeLa Russie va envoyer "dans les prochains jours" un bateau de lutte anti-sous-marine et un bateau lance-missiles en Méditerranée, au moment où des pays occidentaux menacent d’effectuer une frappe contre la Syrie, a annoncé jeudi une source militaire russe.

"La situation qui se complique dans l'est de la Méditerranée exige de notre part une certaine adaptation des forces navales. Un bateau de lutte anti-sous-marine et un bateau lance-missiles vont s'ajouter dans les prochains jours à la flotte" russe déjà présente dans cette région, a précisé cette source au sein de l'état-major des forces armées.

"Dans les prochains jours, un bateau de lutte anti-sous-marine va
rejoindre" les forces navales russes déjà présentes dans cette région, a-t-elle
ajouté.

"Plus tard, il sera rejoint par le croiseur lance-missiles de la flotte de
la mer Noire Moskva, qui est en train d'achever sa mission dans l'Atlantique
Nord et va bientôt entamer une traversée transatlantique en direction du
détroit de Gibraltar", selon la même source.

Les projets occidentaux d'intervention en Syrie, "défi" à la Charte de l'ONU

Par ailleurs, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov a fait savoir au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon que les projets occidentaux d'intervention en Syrie sont "un défi" à la Charte de l'ONU.

"Les projets de frappes militaires en Syrie déclarés par certains pays sont un défi aux dispositions clé de la Charte de l'ONU et à d'autres normes du droit international", a déclaré M. Gatilov mercredi soir à La Haye, selon un communiqué publié jeudi de la diplomatie russe.

"A ce stade il faut utiliser tous les instruments possibles politico-diplomatiques, avant tout laisser les experts de l'ONU mener à bien leur enquête sur l'attaque chimique présumée et rendre leurs comptes à l'ONU", selon la même source.

Le chef de la diplomatie britannique William Hague a estimé lundi qu'il était "possible" de répondre à l'usage d'armes chimiques en Syrie "sans unité complète au Conseil de sécurité de l'ONU" où la Russie n'a soutenu aucune des résolutions occidentales sur la Syrie.