22-09-2021 05:01 PM Jerusalem Timing

Le Bahreïn accuse le Hezbollah et l’Iran de tenter de renverser les Khalifa

Le Bahreïn accuse le Hezbollah et  l’Iran de tenter de renverser les Khalifa

Encore des allégations qui selon le Wall Street Journal se fondent sur des faits qui ont eu lieu dans les années 80, sans apporter de preuves nouvelles!

Selon le quotidien américain Wall Street Journal, le gouvernement du Bahreïn a accusé dans un rapport envoyé à l’ONU, le  Secrétaire général du Hezbollah Sayyed  Hassan Nasrallah, de planifier  directement avec l'opposition chiite bahreïnie  pour renverser les Khalifa et entraîner ses membres dans des camps au Liban et en Iran.



Le rapport accuse Sayyed  Nasrallah et des cadres du Hezbollah d'avoir comploté directement avec l'opposition chiite du Bahreïn sur la façon de contester la décision de la dynastie Khalifa.



Dans son rapport de 13 pages, le régime bahreïni prétend qu’un « bon  nombre d'actes terroristes perpétrés à Bahreïn montrent que de nombreux chiites bahreïnis ont été formés par le Hezbollah et qui a créee des camps de formation spécialement pour entraîner les gens du Golfe ».



Fait marquant , signale le quotidien, le rapport ne se réfère à aucun acte terroriste qui aurait pu être déjoué récemment, mais se limite à rappeler des attaques qui ont eu lieu dans les années 80.



Toujours selon les allégations du  gouvernement du Bahreïn , «le Hezbollah a édifié un certain nombre de camps d'entraînement pour se préparer à lancer des opérations  armées à Bahreïn et  dans d'autres Etats du Golfe, et que ces camps sont situés dans  la vallée de la Bekaa à  l'est du Liban, et  au  nord de l’ Iran dans des casernes baptisées les casernes de l’ Imam Ali ».



Le rapport a accusé des éléments formés par le Hezbollah d’être impliqués  dans des actes de sabotage, d’assassinat et d’incendies survenus dans le pays au cours des deux dernières décennies en vue de déstabiliser les Khalifa.

Le rapport évoque des réunions qui auraient eu lieu entre des membres du Hezbollah, et des responsables de l'opposition chiite à Bahreïn, notamment des partis alHaq et alWifaq , ajoutant que  les groupes chiites ont utilisé la chaîne de télévision  alManar  pour faire mobiliser l’opposition au Bahreïn.