22-09-2021 04:35 PM Jerusalem Timing

New York Times : des comptes bancaires arbes privés pour soutenir les Takfiris

New York Times : des comptes bancaires arbes  privés pour soutenir les Takfiris

Le Koweït est devenu un centre de détournement d’argent et de transfert d’énormes sommes d’argent à des groupes armés affiliés à Al-Qaïda en Syrie.

Le quotidien The New York Times a révélé que de grosses sommes d’argent en dollars américains sont versées en Syrie par virement bancaire ou en espèces c’est-à-dire transportées dans des valises sous une couverture humanitaire et qui sont  fournies par des dignitaires religieux originaires du Koweït et de l'Arabie Saoudite pour soutenir les groupes islamistes armés en Syrie.

Citée par  la chaîne satellitaire iranienne arabophone alAlam , le quotidien précise que : «  L'un de ces financiers est un dénommé Ghanem Al -Mutairi, qui reçoit l'argent et le transporte vers la Syrie destination les groupes armés qui combattent là-bas » ajoutant que « Mutairi fait partie d’une douzaine de koweitiens qui partagent cette même mission ».

Toujours selon la même source,  Mutairi et ses semblables ont fait du Koweït un centre de détournement d’argent et de transfert de fonds d'énormes sommes d'argent à des groupes armés affiliés à Al-Qaïda en Syrie ».

Et de poursuivre : « l'une des campagnes de soutien qui a été lancée à Koweït consistait  à assurer le financement de 12 000 combattants , soit chacun devrait recevoir une somme de 2500 ; et c’est Mutairi qui était chargé de cette campagne ».

Le journal a ajouté: « Il y a une autre campagne menée par un dignitaire religieux saoudien, basé en Syrie et proche d’Al- Qaïda . A travers cette campagne , il s’agit d’inviter les gens au Jihad économique en versant des dons. Ces dons étaient divisés  en deux catégories, la première appelée catégorie d’argent où  l’on  donne 175 $ pour 7 un sniper qui tire 50 balles. Et la seconde appelée catégorie d’or où l’on doit faire suffisamment de dons pour pouvoir acheter 7 mortiers ».

Selon le quotidien, Mutairi ,  un ancien soldat de l'armée koweïtienne a déclaré que «  nous avons coopéré avec les Américains en Irak , pourquoi ne pas coopérer avec al- Qaïda ».

Le journal a confirmé que « les collectionneurs de fonds sont principalement des Saoudiens et des Koweïtiens qui financent les takfiris de manière significative via des collectes de dons . Pour ce faire, ils recourent aux médias sociaux où ils ont des centaines de milliers d'adeptes sur Twitter et leur adressent des appels de dons avec leurs numéros de téléphone privés ».

Le quotidien a souligné que « les collectionneurs de fonds se vantent souvent des attaques menées par des «groupes armés et que ces derniers les remercient à travers des enregistrements vidéo montrant leurs nouvelles armes ».

Le journal a souligné que  « Mutairi a ete blessé cette année en combattant aux côtés des groupes armés à Alep et que  son cousin a été tué également en Février » s’étonnant que le  «  Koweït n'a pas pris de mesures pour limiter ses mouvements ».

Les analystes estiment que « le flux des fonds à partir des comptes privés aux  groupes armés en Syrie a exacerbé les divisions au sein de l’opposition et a renforcé l'extrémisme ».

Rappelons, que le quotidien  The Washington Post a révélé en Septembre la présence du plus grand réseau de financement secret d'Al- Qaïda en Syrie qui consiste à collecter de l'argent par le biais des réseaux sociaux via des organismes humanitaires dans les pays arabes.

Le journal a conclut que «  le Qatar a joué un rôle majeur dans le financement du réseau et que de nombreuses associations humanitaires dans les pays arabes aident à collecter de l'argent et à l'envoyer soit  par virement bancaire ou en espèces aux militants qui appartiennent à al- Qaïda afin qu’ils puissent s’ acheter des armes et financer leurs opérations » .