22-09-2021 04:37 PM Jerusalem Timing

L’EIIL menace de décapitation la Coalition

L’EIIL menace de décapitation la Coalition

Les décapitations des milices se poursuivent. Et l’une des plus grande statues du Christ au monde menacée

C’est maintenant au tour de la coalition nationale de l’opposition et de la révolution syrienne de subir l’ire de l’Etat Islamique en Irak et au Levant affiliée à Al-Qaïda.

Instance regroupant quelques factions de l’opposition syrienne, et soutenue par les Occidentaux et les monarchies Arabes du Golfe, ses membres et partisans risquent désormais la décapitation dans les régions contrôlées par l’EIIL, à l’instar de ceux qui soutiennent le pouvoir syrien.

Ecolières de la ville de Sarakeb à Idleb où le voile est désormais obligatoire«  Tous ceux qui sont condamnés pour collaboration avec la coalition nationale et ceux qui expriment leur soutien au tyran Bachar al-Assad auront la tête séparée de leur corps », a lancé l’émir de l’EIIL dans la province nord d’Alep, Abou Abdel Rahmane al-Masri, durant son prêche de vendredi.

Cette mise en garde a été rapportée par le site syrien Syria Truth, à la foi d’un élément de la milice des Frères Musulmans, Liwa al-Tawhid (Brigade de l’Unification), qui a dit avoir participé en personne au sermon en question.

Syria Truth constate pour sa part que la milice des Frères Musulmans qui contrôlait cette région semble en avoir été délogée par l’EIIL. Rappelant qu'elle l’avait conquise l’été 2012, après avoir occupé son bâtiment de poste, et y a commis un massacre contre ses employés et ses gardes en les jetant du deuxième étage avant de les liquider.
( Cliquer ici pour voir les images du massacre sur You Tube)

Et le tour des arbres aussi

Les arbres aussi risquent le pire sous le diktat de l’EIIL. A Atamah, sur la frontière avec la Turquie, cette milice a coupé un chêne vieux de 150 ans sous prétexte que les habitants de la région le vénéraient à la place de Dieu.

Et les sites chrétiens

Entre temps, la persécution et la destruction des sites et localités chrétiennes syriennes ne connaissent pas de répit.

Une vidéo postée sur You Tube a montré le bombardement du couvent des Chérubins, a proximité de la ville de Saydnaya, au nord de Damas. Il y est aussi question de tentatives de détruire entre autre la statue du Christ qui y a été installée depuis un mois.

Perchée sur une colline située à 2000 mètres au-dessus de la mer, c’est l’une des plus grandes statues du Christ du monde, après celle de Rio De Janeiro.

Saydnaya se trouve sur le chemin historique du pèlerinage de Constantinople à Jérusalem Al-Quds.
Selon la légende de la vidéo, les auteurs du bombardement sont des miliciens de l’ASL.

Ils prétendent vouloir détruire une position de l'armée régulière, basée à proximité du site.  

Décapitations de milices

Sur le terrain, ce sont de plus en plus de milices qui sont décapitées, en perdant leur chefs.

Dans la nuit de vendredi à samedi,  a été tué le chef des opérations dans la Ghouta orientale du Front al-Nosra.

Le milicien égyptien du front al-Nosra Abo Muslim al-Masri qui a été tuéSelon l’agence Asia News, Abou Jaafar al-Iraki qui est de nationalité irakienne a été abattu lors d’une opération conjointe avec la milice des Ahrar esh-Sham (Libres du Levant) pour restituer les zones qui ont été récupérées par les forces gouvernementales.

Avant de venir dans la Ghouta, Abou Jaafar était le prince du Front al-Nosra à Deraa. Toujours selon l’agence, ont également péri avec Abou Jaafar deux autres chef du front, Abou Muslim al-Masri (égyptien) et Abou Adnane al-Arbini, et chefs de bataillons de la brigade al-Habib al-Moustafa.

Sami MoustafaDans le gouvernorat de Raqqa, contrôlé par l'EIIL depuis plusieurs mois, c'est le chef de la milice Qadissiyya, Sami Moustafa qui a été abattu, dans des accrochages avec des soldats réguliers de la base de l'Unité 17, qui fait l'objet depuis quelques jours d'une attaque effectuée conjointement par l'ASL et les Ahrar esh-Sham, et au cours de laquelle un barrage de cette dernière a été détruit dans un raid aérien.

Al-Nosra s’empare d’un champ de pétrole, et l’EIIL la jalouse

Dans la région de Deir Ezzor, à l’est de la Syrie, des miliciens du Front Al-Nosra ont pris le contrôle d'un champ de pétrole d’Al-Omar, dans la province de Deir Ezzor, après le retrait des troupes gouvernementales du site.

Selon l’AFP, les insurgés s’étaient emparés en fin novembre 2012  de ce champ, avant que l'armée ne le reprenne quelques jours plus tard.
L’AFP se réfère aussi à une vidéo postée sur internet par des militants de l'insurrection et qui montre des miliciens autour d'une entrée du champ, tandis que d'autres conduisent un blindé, présenté comme ayant été saisi aux forces régulières avant leur retrait. Un militant affirme que les insurgés ont saisi sept chars en s'emparant du site.

Les miliciens du front ont pris le contrôle de plusieurs champs pétroliers dans l'est du pays, et des groupes opérant en territoire rebelle ont commencé à produire du pétrole qu'ils vendent sur le marché noir.

Pour sa part l’agence Asia News a assuré que le front al-Nosra a réussi ces deux dernières semaines à imposer son hégémonie dans certaines régions de Deir Ezzor, ce qui n’est pas sans léser l’EIIL qui voudrait avoir sa part de ses ressources. Elle a rapporté à la foi de sources locales que l’EIIL a multiplié ses barrages dans cette région, et perquisitionné une unité militaire de l’Instance religieuse du front, taxant cette dernière d’être une instance impie.
  

  
La production pétrolière syrienne, principalement destinée à la consommation intérieure, s'élevait à quelque 400.000 barils par jour avant les sanctions imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne en 2011 pour faire pression sur le régime de Bachar al-Assad.
  

La production de brut s'élève désormais à peine 10% de son niveau d'avant l’insurrection.
 
  

Haydar sain et sauf 

A Damas, le ministre syrien de la Réconciliation nationale Ali Haydar a échappé à une tentative d’attentat, lorsque sa voiture a fait l’objet de tirs de feu, sur la route menant de Kadmouss à Damas.

Selon l’agence Asia News, son chauffeur a été tué.

Terrain 

A Alep, 29 auraient été tués dans des raids aériens à Alep et ses environs. Selon l’OSDH, citée par l’AFP, 14 personnes ont été tuées et des dizaines blessées par les raids menés par un hélicoptère militaire sur le quartier de Tariq el-Bab, dans l'est d’Alep, tandis que 15 autres, dont une femme et un enfant, ont péri dans quatre raids aériens sur la ville d'Al-Bab et la localité de Tadef, au nord-est de la métropole.

Selon le site Syrian Document, l’aviation syrienne a attaqué plusieurs sites des miliciens dans la région de cheikh Najjar, au nord d’Alep tuant et blessant plusieurs personnes.
 

Du côté de Khan el-Assal, rapporte Dampress, un raid syrien a détruit dans la nuit de vendredi à samedi quatre chars appartenant aux miliciens de l’ASL, tuant de nombreux d’entre eux, dont l'un de leurs hauts commandants de l’ASL, le chef de la milice Seyf allah Al Massoul.