26-09-2017 12:06 PM Jerusalem Timing

A qui profite la disparition de l’ASL ?

A qui profite la disparition de l’ASL ?

Une question à laquelle répond Abdel Bari Atwane.

« A Riad », répond sans hésitation Abdel Bari Atwan , grand analyste des questions arabes et ancien rédacteur en chef du quotidien londonien arabophone AlQuds AlArabi.
La disparition de l'Armée Syrienne Libre (ASL) en Syrie et la prise de ses bases par la milice Jaysh-al Islam ne profite qu’à l'Arabie saoudite au détriment du Qatar et de la Turquie,  assure-t-il dans une chronique publiée dans le site d'information électronique Raï al-Yaoum.

" Qu’elle soit vraie ou fausse,  la nouvelle de la fuite du commandant de l'ASL , Sélim Idriss au Qatar montre le déclin de cette organisation qui va inexorablement à sa perte. L'ASL n'a pas été en mesure de se transformer en un pilier de la guerre armée contre Assad. Elle s'est même montrée incapable de contrer les islamistes. Après avoir perdu les dépôts d'armes ainsi que le contrôle du point de passage de Bab al Hawa sur la frontière turque, le général Idriss et ses compagnons ont été contraints de quitter Alep pour la Turquie. Selon Wall Street Journal, Idriss aurait pris le premier vol pour Doha. La réaction des Etats-Unis à cette très grande évolution a été immédiate, une évolution qui va directement dans le sens des intérêts des islamo takfiris. Ils ont suspendu leur aide militaire non létale aux rebelles du nord de la Syrie. cette décision des Etats Unis est un aveu franc : Washington a directement aidé à l'effondrement de l'ASL, ce qui constitue qu'on le veuille ou non un échec pour les Etats Unis qui avaient misé tout sur l'ASL pour renverser Assad.

En effet, les milices en guerre contre Assad sont en train de changer très rapidement de nature et d'obédience et sont regroupées en trois groupes : le Front Islamique (FI) composé des Liwa al Tawhid , Ahrar al Souriya, Jeïsh al-Islam. Il y a ensuite les milices liées à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)   et enfin vient Al Nosra et certains groupes qui y sont affiliés. En réalité, l'effondrement de l'ASL est un prélude à l'implosion de la coalition des opposants syriens dirigée par Ahmad Jarba, pion de Riyad. C'est sur cette coalition à titre de "force modérée" que tout le monde avait misé pour qu'elle représente l'opposition aux pourparlers de Genève II, voire remplacer le gouvernement Assad dans le cadre d'une transition.

Si nous admettons l'hypothèse d'un soutien de Riyad au FI, ce groupe islamo takfiri qui jouit du plus large soutien financier, militaire et organisationnel parmi toutes les milices, cela voudrait dire que la coalition des opposants syrien renaitra de ses cendres avec une nouvelle composition dominée par les islamistes !!
Au sein de cette nouvelle coalition à naître, il n'y aura aucune place donc pour le Qatar et la Turquie, ni pour certains libéraux qui comptaient parmi les opposants d'Assad. L'histoire de l'ASL touche donc à sa fin , ce qui donne entièrement raison à Assad qui ne cesse de dire et redire depuis plus de deux ans qu'il combat les takfiris et personne d'autres , qu'on lui soit favorable ou pas.

Bandar Sultan vient de remporter une manche en éliminant définitivement les poulains des qataris et des turcs au sein de l'opposition.
Reste à voir si oui ou non il serait capable de convaincre les Américains que Jaysh al Islam, c'est un bon supplétif à l'ASL !!!

Traduit du site d'information électronique Raï al-Yaoum par Irib