30-11-2021 06:00 PM Jerusalem Timing

Kiev: 20 policiers blessés par un tireur embusqué

Kiev: 20 policiers blessés par un tireur embusqué

Ministre des affaires étrangères:les événements en Ukraine sont une tentative non dissimulée de prise du pouvoir par la force.



En dépit d'une trêve annoncée par les autorités, des centaines de manifestants ont chargé jeudi matin le cordon de police sur le Maïdan à Kiev, reprenant le contrôle de la place.

Selon le ministère ukrainien de l'Intérieur, un tireur embusqué a blessé plus de 20 membres des forces de l'ordre ukrainiennes sur la place de l'Indépendance à Kiev.

"Des protestataires basés probablement dans le bâtiment du Conservatoire ont utilisé des armes à feu contre les militaires et les Berkout (policiers antiémeutes, ndlr). Plus de 20 employés des forces de l'ordre ont été blessés pour le moment", lit-on sur le site ministériel.

Sept corps reposent sur la place de l’Indépendance, près de l’hôtel Kozatski. Selon les témoins, toutes ces personnes ont succombé à des blessures par balles.

Ce regain de violences intervient alors que les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais sont arrivés à Kiev pour rencontrer le président Viktor Ianoukovitch et les dirigeants de l'opposition.

Les manifestants, casqués et armés de gourdins, protégés par des boucliers semblables à ceux des policiers, ont escaladé leurs propres barricades avant de se lancer à l'assaut d'un cordon des forces de l'ordre.

Les policiers ont reculé sur plusieurs centaines de mètres, abandonnant le terrain qu'ils avaient repris lors d'un assaut dans la nuit de mardi à mercredi.

Ils ont protégé leur recul par des tirs soutenus de balles en caoutchouc qui ont blessé une dizaine de manifestants, aussitôt chargés sur des brancards et évacués vers les infirmeries de fortune de l'opposition selon l’AFP.

Plusieurs milliers de personnes sont toujours rassemblées sur la place de l'Indépendance à Kiev. Elle est à nouveau intégralement sous le contrôle des manifestants.

Un policier a été capturé par les manifestants, qui l'ont conduit à l'intérieur de leurs lignes, au centre de la place, selon des images télévisés.

 L’évacuation de la Verkhovna Rada a été ordonnée. Les députés et les employés quittent le bâtiment du Parlement. Les raisons de l’évacuation n’ont pas été communiquées.

Selon l’agence Oukrainskie novosti, des soldats des forces du Ministère de l’Intérieur ont commencé à se rendre massivement sur le Maïdan. Il s’agirait d’environ cent personnes.

Les prisonniers ont franchi les barricades près du Palais d’octobre. Il a été communiqué « qu’ils n’ont pas été battus et qu’ils ont été emmenés dans une tente sur laquelle est inscrit "Etat-major de Kiev" ». Il n’y aurait que de simples soldats parmi les prisonniers, aucun officier n’a été remarqué.
Selon le ministère ukrainien de la Santé publique, les affrontements entre l'opposition et la police à Kiev ont déjà fait 35 morts et 505 blessés dont 292 ont été hospitalisés.


Medvedev : la Russie remplira ses engagements envers l'Ukraine

Sur le plan politique, le premier ministre de Russie Dmitri Medvedev a affirmé que la Russie poursuivra la coopération avec l'Ukraine, mais elle partira du fait que le pouvoir en Ukraine doit être légitime.

Il a ajouté que la Russie demeurerait attachée à tous les accords.

« Dans le même temps nous partons du fait que le pouvoir (en Ukraine) doit se concentrer sur la défense des gens, sur la défense des structures sécuritaires qui protègent les intérêts de l'Etat et les habitants. Alors seulement on peut développer une coopération économique à part entière », a dit le premier ministre ayant demandé aux membres du gouvernement de Russie de se tenir à la même position.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Russie Alexandre Loukachevitch a déclaré que "les événements en Ukraine sont une tentative non dissimulée de prise du pouvoir par la force" .

Moscou demande aux leaders de Maïdan de Kiev d'arrêter sans délai l'effusion de sang.

Il a également ajouté que les menaces d'introduire des sanctions contre les autorités ukrainiennes étaient déplacées et conduisaient à une aggravation de la situation. « Les tentatives incessantes d'imposer une médiation importune depuis l'étranger, de menacer de sanctions et d'influer sur la situation par d'autres procédés sont déplacées et ne conduiront à rien de bon. Au contraire, elles vont exacerber la situation », a dit le diplomate.

Par ailleurs, la Crimée, région autonome au sein de l'Ukraine, demandera à se séparer de cette dernière en cas de renversement du pouvoir légitime dans le pays, a déclaré le président du parlement régional de la Crimée Vladimir Konstantinov, ajoutant que cette question ne se posait pas pour le moment.

"La Crimée constitue un pilier du pouvoir central en Ukraine. Et si nous commençons à débattre aujourd'hui de cette question, nous finirons par déstabiliser le pays", a conclu M. Konstantinov.


Les Etats-Unis augmentent la pression sur Kiev

Le président des Etats-Unis Barack Obama a averti le gouvernement ukrainien que le « franchissement de la ligne » aurait des conséquences pour l'Ukraine.

Selon les médias occidentaux, le président américain en visite au Mexique a déclaré mercredi que le non-franchissement de la ligne supposait que l'armée ne devait pas intervenir dans une situation susceptible d'être résolue par les civils.

Barack Obama a ajouté que les Etats-Unis condamnaient résolument la violence et que le gouvernement était responsable pour les garanties d'une attitude appropriée envers les manifestants pacifiques.

« Nous allons suivre la situation de très près sachant, avec nos partenaires européens, qu'il y aura des conséquences si des gens dépassent les bornes », a déclaré M. Obama.


Pour sa part, le Canada a annoncé que son ambassade à Kiev resterait fermée pour des raisons de sécurité.

« Nous suivons de près le déroulement des événements et prenons les mesures de sécurité appropriées » pour le personnel et les missions diplomatiques, a indiqué Adam Hodge, porte-parole du ministre des Affaires étrangères John Baird.

Le Canada, qui abrite une importante diaspora ukrainienne, a demandé qu'une solution politique concrétise « les aspirations démocratiques du peuple ukrainien».

« L'ambassade a été fermée mardi quand des manifestants ont pénétré dans le hall d'entrée » de la mission diplomatique canadienne à Kiev et restera fermée « jusqu'à nouvel ordre », a expliqué Adam Hodge.