21-05-2018 09:47 AM Jerusalem Timing

5ème attaque anti israélienne, le Hezbollah par derrière?!

5ème attaque anti israélienne, le Hezbollah par derrière?!

Le site Walla a révélé que des combattants du Hezbollah se sont infiltrés dans une colonie israélienne où ils ont installé un double engin explosif

Nouvelle attaque anti israélienne, la cinquième en trois semaines, depuis le raid israélien contre une position du Hezbollah dans le Békaa le 24 février dernier.

Un engin a explosé sur le plateau du Golan syrien occupé, ce mardi après-midi au passage d’une Jeep de l’armée d’occupation israélienne.

Le bilan n'est pas encore final. Des médias rendent compte d'un soldat tué et de deux autres blessés parmi ceux qui se trouvaint à bord du véhicule. D'aucuns médias évoquent quatre blessés. Selon le site d'informations israélienne Walla, les soldats blessés appartiennet à la brigade des parachutistes.

L'incident, s'est produit près de la frontière syrienne, à l'extérieur du village de Majdal ach-Shams.

D’une superficie totale de quelque 1.200 km2, une grande partie du plateau du Golan  a été annexé par l’entité sioniste en 1967. Une décision que n'a jamais été reconnue la communauté internationale, alors qu’environ 510 km2 reste sous contrôle syrien.

Dans un premier moment, les medias israéliens avaient fait état de trois blessés dont un modérément, et les deux autres légèrement.

Selon certaines sources d'information, l'artillerie israélienne serait massivement entrée en action suite à l'attaque d'aujourd'hui dans le Golan. Selon l’AFP, des avions de la force aérienne israélienne ont bombardé « des sites terroristes en Syrie qui sont connectés à l'attaque».
 
Netanyahu : hésitation

Côté officiel, l’entité sioniste évite d’accuser quelqu’un spécifiquement, et les responsables israéliens affichent une position qui se veut hésitante entre le Hezbollah et les « jihadistes ».

« La frontière syrienne fourmille d'éléments jihadistes et du Hezbollah... ce qui constitue un nouveau défi pour Israël » a dit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion de son parti Likoud (droite nationaliste).

Après avoir averti qu'Israël réagirait "avec force » pour assurer sa sécurité, il a indiqué que « ces dernières années, nous avons réussi à maintenir le calme (sur les hauteurs du Golan) malgré la guerre civile en Syrie, mais là aussi nous agirons avec force, pour assurer la sécurité d'Israël ».

Entre le Liban et le Golan

 Ce genre d’incidents s’est multiplié ces derniers temps, le long de la frontière septentrionale de la Palestine occupée. Particularité qui en dit long: ils sont effectués aussi bien à la frontière libanaise que syrienne.

Vendredi dernier, une opération avait eu lieu à la frontière libanaise, lorsqu’un engin explosif a explosé au passage d'une patrouille de l’armée d’occupation. Trois soldats ont été légèrement blessés.    

Le 5 mars dernier, dans le nord du Golan, l'armée israélienne a  prétendu avoir vu deux membres du Hezbollah en train d’installer un engin explosif et a tiré sur eux.
 

Le mois dernier, deux roquettes tirées de Syrie s'étaient abattues a proximité d’une position militaire israélienne, sur le Jabal al-Cheikh,  sur plateau du Golan occupé par Israël.

Oui le Hezbollah

Pour de nombreux medias israéliens, c’est le Hezbollah qui est certainement derrière ces incidents. Surtout qu’ils sont tous intervenus après le raid aérien israélien contre des positions du Hezbollah dans la Bekaa, à l’est du Liban, près de la frontière avec la Syrie.

Ces raids avaient alors irrité le parti de la résistance libanaise qui avait reconnu que ce sont ses positions qui ont été visées, tout en promettant de riposter.

Une opération camouflée

Quelques heures avant l’opération de ce mardi, le site d’informations israélien Walla avait révélé à la foi de sources militaires israéliennes  une cinquième opération qui a été tenue secrète jusqu’à présent.

Vendredi dernier, des combattants du Hezbollah auraient franchi la barrière de sécurité installée aux confins de la frontière libanaise, et se sont infiltrés de plusieurs centaines de mètres en profondeur.  Ils seraient arrivés vers une colonie israélienne, Hardov, où ils auraient installé deux engins explosifs. Ces deux derniers ont alors explosé à proximité d’un passage utilisé par les véhicules israéliens militaire.

«  L’explosion aurait pu provoquer une catastrophe si les engins étaient plus nuisibles », a révélé un responsable militaire pour le site. Selon lui, le Hezbollah voulait faire parvenir un message selon lequel « la situation actuelle ne restera pas telle quelle à la frontière si Israël continue de viser les cargaisons d’armes à la frontière syro-libanaise ».

Pour sa part, le Hezbollah n'a revendiqué aucun de ses cinq opérations.