13-06-2021 02:32 AM Jerusalem Timing

Irak: S. Sistani appelle les Irakiens à prendre les armes

Irak: S. Sistani appelle les Irakiens à prendre les armes

Tikrit et Samarra sécurisées selon al-Alam. Combats entre armée et insurgés à 90 km de Bagdad, selon l’AFP.

Le numéro un de la marjaïa, plus haute autorité religieuse en Irak, le grand ayatollah sayed Ali Sistani a appelé les Irakiens à prendre les armes contre les miliciens takfiris de la milice d’Al-Qaïda, l’Etat Islamique en Irak et au Levant.

"Les citoyens qui peuvent porter les armes et combattre les terroristes pour défendre leur pays, leur peuple et leurs lieux saints, doivent se porter volontaires et s'enrôler dans les forces de sécurité pour mener cet objectif sacré", a déclaré lors du prêche hebdomadaire du vendredi cheikh Abdel Mehdi al-Karbalaï, au nom de l'ayatollah Sistani.

Selon lui, "l'Irak fait face à un défi majeur et à un danger extraordinaire. Les terroristes ne veulent pas contrôler certaines provinces, mais ils ont annoncé qu'ils visaient toutes les provinces dont Bagdad, Kerbala et Najaf. A partir de là, la responsabilité de leur faire face et de lutter contre eux incombe à tous et ne concerne pas une seule confession ou une seule partie".

 "Celui qui meurt au service de la défense de la partie, de sa famille et de son honneur, sera considéré comme un martyr", a-t-il ajouté dans une mosquée de la ville sainte chiite de Karbala, au sud de Bagdad.

Cet appel intervient deux jours après la prise de la province de Ninive et son chef-lieu la ville de Mossoul, de certaines régions de la province de Salaheddine et de Diyala. L’EIIL menace également d’avancer vers la capitale Bagdad et de vouloir prendre Karbala et Najaf.

Selon l'AFP, le gouvernement a annoncé de son côté la mise en place d'un plan de sécurité pour défendre Bagdad, incluant un déploiement massif de forces de sécurité et un renforcement du renseignement, tout en soulignant que les civils s'étaient portés volontaires pour aider à protéger la capitale.

Dès l’aube de ce vendredi,  les unités d’élites de l’armée irakienne se sont  dirigées à Mossoul, rapporte la chaine de télévision iranienne arabophone al-Alam.

 

Salaheddine: Takrit et Samarra sécurisées

Les forces de sécurité ont commencé à nettoyer les voies qui mènent à cette ville et vers la province de Salaheddine.
Dans cette dernière, l’armée irakienne contrôle la totalité de deux régions de Samarrah et de Takrit. Son correspondant assure que la localité Talafar a été totalement sécurisée ainsi que 4 quartiers de Mossoul.
L’armée a également tué l’un des chefs de milices, le marocain Abou Dajjan al-Maghribi dans la province de Salaheddine.
En revanche, à 40 km au nord de Takrit,  plus de 200 véhicules transportant des miliciens takfiris assiègent la raffinerie de pétrole Beiji située au centre de la province Salaheddine et tente de la prendre.

Le calme règne aussi sur la ville de Kirkouk mais des accrochages ont lieu en dehors de la ville entre les miliciens de l’EIIL et les combattants kurdes des Peshmergas.

Alors qu’à Ninive, l’armée irakienne multiplie ses opérations spéciales pour décapiter les milices. Elle a tué son gouverneur tchétchène Mohammad Miladov dans une opération spéciale. C’est le deuxième chef tué en deux jours, le premier étant le numéro deux de

l’EIIL Abou Abdel Rahmane al-Bilaoui lui aussi abattu dans une opération spéciale depuis deux jours.

 

Dans la province d’al-Anbar, l’armée a décimé une milice de snipers de l’EIIL dans la région al-Hmira. D’autres miliciens ont eu un sort similaire dans les regions Sajar, Ziraa, Dajlat, Karmat, ...         

 

Version AFP
 
 

Des combats avaient lieu vendredi entre l'armée et des jihadistes à quelque 90 km de Bagdad, alors que des renforts rebelles ont été dépêchés dans les environs de la ville de Samarra, plus au nord, en prévision d'un possible assaut, selon des responsables et témoins.
   
Après leur entrée jeudi dans la province de Diyala (est), les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) tentent de se diriger vers Baqouba, son chef-lieu, dans le cadre d'une offensive lancée mardi et qui leur a permis de prendre de larges territoires du nord du pays, selon des officiers.
   
Les forces irakiennes, qui ont le plus souvent échoué à repousser la progression des jihadistes, affrontaient les rebelles à la périphérie de Mouqdadiyah pour les empêcher d'entrer dans ce secteur situé à 30 km au nord-est de Baqouba (60 km au nord-est de Bagdad), selon des officiers.
 La province de Diyala est frontalière de l'Iran et voisine de celle de Bagdad.
   
Sur son compte twitter, l'EIIL a confirmé des combats aux environs de Mouqdadiyah.   
 En entrant à Diyala, les jihadistes avaient pris Saadiyah et Jalawla, mais sont ensuite sortis de ces villages et ont poursuivi leur chemin en direction de Baqouba, selon le vice-gouverneur de Diyala Fourat al-Tamimi.
   
Les forces kurdes irakiennes des peshmergas, une force autonome de la région du Kurdistan hostile aux jihadistes, ont ensuite pris le contrôle ces deux villages.
 
 Selon des témoins à Baqouba, joints au téléphone par l'AFP, les forces de sécurité et militaires se sont déployées en grand nombre dans la cité habitée par une majorité de sunnites, la même confession que les jihadistes.
   
Un peu plus au nord, dans la province de Salaheddine où les insurgés ont pris plusieurs secteurs, ces derniers ont envoyé des renforts aux alentours de la ville à majorité sunnite de Samarra, ont indiqué des témoins.
Samarra (110 km au nord de Bagdad) est la ville natale d'Abou Bakr al-Baghdadi, le leader de l'EIIL.
   
Lors de l'insurrection qui a suivi l'invasion américaine de l'Irak en 2003, des extrémistes sunnites du réseau Al-Qaïda avaient dynamité en 2006 un mausolée chiite à Samarra provoquant pendant plus d'un an des violences confessionnelles entre sunnites et chiites qui avaient fait des milliers de morts.
 "Un grand nombre de voitures transportant des combattants se rendent depuis jeudi soir dans les environs de Samarra", a indiqué l'un des témoins dans ce qui semble être des préparatifs en vue d'un possible assaut.
   
L'armée avait réussi mercredi à repousser aux entrées de Samarra les jihadistes qui avaient contourné la ville pour prendre d'autres secteurs de la province de Salaheddine, dont le chef-lieu Tikrit, région natale de l'ancien président sunnite Saddam Hussein.
   
Selon l'un des chefs de tribus à Samarra, les jihadistes "ont demandé jeudi aux forces de sécurité de sortir sans combat et leur ont promis de ne pas porter atteinte au mausolée, ils ont aussi demandé aux chefs de tribus de mettre sur pied une force pour défendre le mausolée et les habitants, mais les forces de sécurité ont refusé".

 

Sources: al-Alam, AFP