22-02-2020 12:17 PM Jerusalem Timing

Rétablissement de la trêve dans l’est de l’Ukraine


Rétablissement de la trêve dans l’est de l’Ukraine

"Une trêve stable et urgente doit être instaurée afin de mettre un terme à la violence en Ukraine", annonce la déclaration commune des ministres.


Les ministres des Affaires étrangères ukrainien, russe, français et allemand ont convenu d'une déclaration commune sur le cessez-le-feu en Ukraine: Moscou autorisera la présence de gardes-frontières ukrainiens et de représentants de l'OSCE à la douane russe, tandis que le groupe de contact reprendra son travail, écrit jeudi le quotidien Vedomosti.

"Nous avons défini à Berlin l'ensemble des mesures qui permettront de rétablir la trêve dans l'est de l'Ukraine", a annoncé le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier à l'issue de cette réunion de quatre heures.

"Une trêve stable et urgente doit être instaurée afin de mettre un terme à la violence en Ukraine", annonce la déclaration commune des ministres.

Selon eux, le groupe de contact sur l'Ukraine doit reprendre ses pourparlers d'ici le 5 juillet, et le régime du cessez-le-feu être supervisé par une mission spéciale de l'OSCE. Ce groupe de contact inclut la Russie, l'Ukraine et l'OSCE. "A l'heure actuelle, ce groupe de contact est l'unique mécanisme où sont à la fois représentés les autorités de Kiev, les indépendantistes par leurs leaders, l'OSCE et l'ambassadeur de Russie", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Nous continuons d'appeler à ce que toutes les parties impliquées dans le conflit s'assoient à la table des négociations et règlent leurs problèmes par le dialogue. Nous le faisons publiquement. Nous réitérons aujourd'hui notre souhait dans cette déclaration commune avec nos collègues ukrainiens, allemands et français", a-t-il poursuivi.

"D'ailleurs, les représentants des indépendantistes, notamment Alexandre Borodaï (premier ministre de la République populaire de Donetsk autoproclamée), ont déjà déclaré publiquement qu'ils étaient prêts à des consultations afin de convenir des conditions de la trêve", a ajouté Lavrov.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine a déclaré à son tour que les autorités de Kiev n'accepteraient qu'un cessez-le-feu bilatéral. "Nous avons perdu beaucoup de temps et de nombreuses vies pendant le cessez-le-feu unilatéral des forces ukrainiennes.Cette fois, nous devons parvenir à un cessez-le-feu bilatéral qui serait supervisé par l'OSCE",a-t-il déclaré.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a noté, pour sa part, que l'accord convenu sur le règlement de la crise en Ukraine était un "pas dans la bonne direction".

"Il pose les bases d'un cessez-le-feu bilatéral et du retour de la stabilité", a souligné le ministre en ajoutant: "C’est donc un pas en avant significatif vers notre objectif de désescalade, qui reste à mettre en œuvre".


Opération punitive  de l'Ukraine: bilan accablant de morts

Sur le terrain, quelque 160 civils ont trouvé la mort dans le Donbass depuis le lancement de l'opération spéciale dans le sud-est de l'Ukraine à la mi-avril, a annoncé Elena Petriaeva, chef adjointe de l'administration de la région de Donetsk.

"Selon les données officielles disponibles au 1er juillet,  279 personnes ont trouvé la mort depuis le début de l'opération dans la région de Donetsk: 262 hommes, 13 femmes et quatre enfants. 93 dépouilles ont été classées comme anonymes, 26 autres identifiées comme militaires (en uniforme, ndlr). Les 160 personnes restantes seraient des habitants locaux", a indiqué la responsable citée par une édition ukrainienne.   

M.Petriaeva a précisé que ce bilan ne prenait en compte que les dépouilles soumises à une expertise médico-légale.  

Le Conseil de sécurité nationale et de défense de l'Ukraine (SNBO) a de son côté annoncé mercredi que 200 militaires ont trouvé la mort et 619 autres blessés depuis le lancement de l'opération.  


Du côté ukrainien, les  forces gouvernementales  ont reconquis le poste-frontière de Dovjanskiï, occupé par les insurgés prorusses dans la région de Lougansk (est).
   
Selon un communiqué de la présidence ukrainienne, il s'agit de la "première victoire" dans cette "opération antiterroriste" dont M. Porochenko a annoncé la reprise dans la nuit de lundi à mardi.
   
Le contrôle de la frontière à l'est du pays est un des objectifs de Kiev qui veut empêcher l'entrée dans les zones rebelles d'hommes et de matériels en provenance de Russie.
   
Par ailleurs, il a indiqué que l'opération avait permis la libération de trois villages: Staryi Karavan, Zakotne et Drouzivka.
   
Kiev a également annoncé l'arrestation d'un responsable séparatiste, Volodymyr Kolosniouk, maire autoproclamé de Gorlovka, une des places fortes des séparatistes dans la région de Donetsk, alors qu'il négociait l'achat de mitrailleuses lourdes et d'autres armes dans un café de la région de Zaporijjia (sud-est).
   
De leur côté, les rebelles ont affirmé que des bombardements aériens près de Lougansk avaient fait au moins une dizaine de morts parmi la population civile, selon le porte-parole de la "République populaire de Lougansk" autoproclamée, Volodymyr Inogorodtsev, cité par l'agence russe Ria Novosti.
 
Avec AFP et Ria Novosti