22-09-2021 04:55 PM Jerusalem Timing

Assad : ce qui se passe en Syrie et dans la région est ourdi par les occidentaux

Assad : ce qui se passe en Syrie et dans la région est ourdi par les occidentaux

... et exécuté par leurs alliés, les États arabes despotiques, rétrogrades et qui oppriment le plus leurs peuples ... dans le but de dissoudre la cause palestinienne

Ce qui se passe en Syrie et dans la région est un plan ourdi par les occidentaux et exécuté par les États du despotisme et de la tyrannie ...Ce qui se passe en Syrie, et dans toute la région est lié à ce qui se passe dans les territoires palestiniens...

C’est en ces termes que le président syrien Bachar al-Assad  a résumé ce qui se passe dans son pays, dans son discours d’investiture prononcé au Palais présidentiel, après avoir prêté serment devant un parterre d’un millier d’invités, dont des députés, des ministres, et des dignitaires religieux, musulmans et chrétiens.

selon lui, la crise syrienne est intrinsèquement liée aux crises qui sévissent dans la région : le tout pour dissoudre la cause palestinienne.

Selon le président syrien, la cause palestinienne « restera à jamais notre cause centrale » : «  ceux qui croient qu’ils peuvent vivre à l’écart de la cause palestinienne se font des illusions », a-t-il signifié.
Son mandat de sept années sonne le glas des  tentatives de le renverser déployées durant ces trois dernières années, et qui ont pris pour prétexte le mouvement de protestation qui a éclaté en Syrie dans le sillage du « Printemps arabe », pour exiger des réformes. Soutenu par les puissances occidentales et les monarchies arabes, ce mouvement s’est directement militarisé avec pour prétexte la violence de la riposte des forces de sécurité syriennes.

M. Assad a violemment critiqué les puissances occidentales qui sont toujours « colonisatrices qui veulent toujours tenir en laisse les pays » de la région, donnant pour preuve en est « qu’ils sont les alliés des Etats les plus rétrogrades, les plus corrompus et les plus oppresseurs de leurs peuples ».

Assad les a tous mis en garde contre le prix cher qu’ils auront à payer pour leur soutien au terrorisme.

Dans son discours, il a plusieurs fois salué le courage du peuple syrien et ses sacrifices, il a évoqué l’importance des élections présidentielles qui ont eu lieu le 3 juin dernier, parlé des objectifs réels de la guerre menée contre la Syrie.
Sans oublier de placer la crise syrienne au cœur des enjeux régionaux et internationaux  liés à la cause palestinienne, il n’as pas non plus omis de dévoiler le rôle joué par certains Etats arabes, « qui sont derrière la catastrophe de la Nation » et qui ne font qu’exécuter le diktat occidental et israélien.

Pour résoudre la crise syrienne, il a mis l’accent sur la solution politique interne, par les réconciliations locales et le dialogue nationale, insisté sur la nécessité et les moyens de lutter contre la corruption, et s’est engagé à reconstruire la Syrie.

La Résistance libanaise, l'Iran, la Russie et la Chine ont également eu leurs lots de salutations et de remerciements.

Parties principales du discours

Ce sont vous  qui êtes libres

 

Le président syrien Bachar al-Assad a entamé son allocution en rendant hommage au peuple syrien en ces termes : « dignes syriens, vous êtes le peuple libre et révolutionnaire, pendant trois ans d’aucuns ont parlé en votre nom, en lançant le peuple veut... Certes le peuple a voulu... trois ans sont passés lorsque certains ont crié pour la liberté, ce sont vous qui êtes les libres en ces temps de la soumission, qui êtes les souverains en ces temps des collaborateurs... »

Il poursuit plus tard: «  La boussole est de nouveau devenue claire pour ceux qui avaient été déboussolés, qui avaient  perdu la vision soit par ignorance soit par manipulation. les visages hideux se sont finalement dévoilés au grand jour , après avoir  fait tomber les masques de la liberté et de la révolution , pour afficher leurs canines avec lesquels ils déchirent le corps syrien, en massacrant, en détruisant, en dévorant les cœurs, en égorgeant les gens et en décapitant les corps ... ils ont utilisé les moyens les plus sales, les procédés les plus abjects et les plus perverses... Mais ils ont échoué.»

 

Les élections, référendum pour la souveraineté

 

Evoquant le dernier scrutin électoral qui a eu lieu le 3 juin dernier, il cite : «  Les élections n’étaient pas un simple processus politique exécutif mais partout ailleurs, .., Les élections étaient pour nous une déclaration de loyauté pour la patrie et de défense de la légitimité et la dignité du peuple...La grande participation a été un referendum en faveur de la souveraineté contre le terrorisme... pour de nombreux syrien, ces élections étaient comme une balle tirée dans le cœur des terroristes et ceux qui sont par derrière... les millions de voix ont prouvé que tous les empires de la politique, de l’argent des medias et du pétrole ne valent rien devant une position patriotique  ».

Il continue : «  à travers vos voix, vous n’avez pas seulement triomphé des terroristes, mais aussi tous les collaborateurs syriens qui leur ont accordé une couverture politique, et vous avez aussi abattu leurs maitres, les auteurs réels de ce projet, dont les grandes puissances et les autres pays qui leur sont soumis... ».

«  Ils peuvent nuire, certes, mais ils ne peuvent en aucun cas réussir. Ils sont capables de nous menacer mais jamais de nous faire peur », a-t-il affirmé.
A cet égard, il a rendu hommage aux deux autres candidats aux élections et salué tous ceux qui ont participé aux élections.

 

Une sale guerre

 

Le président syrien a de même salué toutes les familles syriennes affectées par la férocité de la guerre menée contre la Syrie, qu’il a taxée de « la plus sale des guerres ». «  Nos sommes un peuple que la brutalité des circonstances rendent plus prompts au défi », a-t-il toutefois insisté.

Le président syrien s’est également prononcé sur la nature du conflit en Syrie: «  ce qui se passe n’est pas une offensive contre des personnes ou contre des gouvernements,.., mais contre la structure de l’Etat, son rôle, la pensée de ses fils. Le but est de les transformer en moutons téléguidés  à distance et divertis dans des conflits interminables,.., au lieu de se préoccuper de la concrétisation de leurs ambitions et de leur prospérité ».

 

L’Occident, colonisateur, allié des rétrogrades

 

«  L’offensive n’avait pas pour but de débarrasser le peuple des aspects négatifs dont ils souffraient comme certains naïfs l’ont fait croire, ils sont certes bien heureux de voir les aspects négatifs dans une société arabe, parce qu’ils s’emploient à ce qu’elle  reste sous-développée pour mieux la soumettre.

La preuve en est qu’ils sont dans la région les alliés des Etats les plus rétrogrades, les plus corrompus et les plus oppresseurs de leurs peuples. Ils ne sont pas lésés par nos lacunes, mais par notre patriotisme souverain. Ils ont visé l’identité nationale arabe, ils ont visé le véritable islam, la chrétienté originelle, la cohabitation singulière dans notre société, tout ce qui a distingué la Syrie a travers des décennies ».   

Il conclut sur l’Occident: «  l’occident colonisateur n’a pas changé, il est toujours colonisateur par essence, même si ses instruments changent. Si l’Occident et ses outils parmi les gouvernements arabes échouent dans leurs plans, ceci ne veut pas dire qu’ils cessent de harceler la Syrie... »

 

La "fanfaronne" d’Erdogan

 

Il poursuit : «  Notre vision a été claire dès le début de l’offensive. Vous vous souvenez des réactions qui l’ont mise en doute ou qui n’était pas convaincue par ce que je disais. Ils refusaient le terme plan... Ce n’est que trop tard qu’ils se sont voués à l’évidence que ce qui se passe dans le pays n’a rien à voir avec des revendications justifiées d’un peuple opprimé, ni avec les manifestations qui réclament liberté et démocratie mais qu’il s’agit d’un grand plan qui concerne toute la région ...

cela a commencé avec l’invasion de l’Irak, que nous avions alors rejetée catégoriquement non pas par fanfaronne, la politique syrienne n’apprécie pas les fanfaronnes. Celles-ci nous poussent à affronter le monde sans motif et avec témérité, à l’instar de note frère Erdogan qui veut libérer le peuple syrien de l’injustice et dit qu’il rêve prier dans la mosquée omeyyade (Damas) mais lorsque survient le sujet de Gaza, il est tout autre, il est comme un petit agneau qui besoin du sein de sa mère et n’ose pas dire qu’il souhaite prier dans la mosquée d’AlAqsa....

Nous avons refusé l’invasion de l’Irak parce que nous refusions la consécration de la division et du communautarisme, nous étions préoccupés par ce qui se concoctait et voilà que c’est fait et nous en payons un lourd tribut".

 

Un terrorisme transfrontalier

 

Selon le numéro un syrien, le plan ourdi contre la Syrie ne s’arrêtera pas à la Syrie : «  il la franchira par la propagation du terrorisme  qui ne connait pas de frontière, ..., ce que nous voyons aujourd’hui en Irak , au Liban et partout ailleurs où a sévi le mal du  faux Printemps (en allusion au Printemps arabe) est la preuve tangible de ce que nous avions prévenu à plusieurs reprises. Nous allons bientôt voir comment les Etats arabes, régionaux et occidentaux paieront cher leur soutien au terrorisme. Ils ne comprendront que trop tard que la bataille dans laquelle le peuple syrien  est engagé pour défendre sa patrie dépasse les frontières de son pays ... ».

 

Selon lui, il ne faut pas attendre que l’Occident comprenne l’ampleur de ce qui se passe pour agir : «  fallait-il que nous attendions trois années avec tous les prix pays par cette courte vision, avec tous les sacrifices qui en ont découlé avec le sang de nos fils, pour notre économie, notre sécurité et notre réputation pour découvrir que ce qui se passe vise toute la partie, et que ce qui se passe n’a rien à voir avec « un Printemps arabe »... Fallait-il que nous attendions dix années pour comprendre que l’invasion de l’Irak allait apporter avec elle le terrorisme et la partition de notre région... Fallait que nous attendions 30 ans pour que les bourreaux  et les dévoreurs des cœurs humains viennent ici et pour découvrir que l’exploitation de la religion et le terrorisme ne font qu’un. L’expérience des Frères des diables (en allusion aux Frères musulmans de la Syrie) n’était-elle pas suffisante ... Si les leçons contemporaines et celles du passé ne peuvent nous enseigner, nous ne pourrons jamais rien apprendre ni protéger notre patrie ni dans la présent ni dans l’avenir... celui qui ne peut protéger son pays, ne mérite pas d’y vivre...

Solution purement syrienne

Le président syrien a par la suite mis l’accent sur la solution purement syrienne de la crise et sur la voie double adoptée pour mettre fin au conflit : « frapper le terrorisme et amorcer les réconciliations locales avec tous ceux qui veulent se détourner du faux chemin qu’ils ont pris... -dès le début j’étais persuadé que la solution serait purement syrienne, sans rôle pour l’étranger sauf s’il est sincère-.

Pour ceux-là l’Etat est comme la mère tendre qui peut se mettre en colère contre son fils désobéissant mais finit par lui pardonner ses fautes, s’il se repentit  sincèrement. Nombreux sont ceux qui ont jeté les armes puis sont retournés dans les rangs de l’armée et sont tombés en martyre pour défendre leur patrie. Je réitère mon appel à tous ceux qui ont été dupés de jeter les armes car nous n’arrêterons jamais de combattre le terrorisme là où il se trouve pour rétablir la sécurité à toutes les régions syriennes.

Les traitres, les agents et les corrompus sont exclus, le pays s’est débarrassé d’eux et ils n’ont plus de place au pays chez les syriens... quant à ceux qui attendent la fin de la guerre à l’extérieur, ils se font des illusions, la solution politique est basée sur des réconciliations internes » ...

 

Dialogue nationale : sur tout, mais pas avec tous

 

En plus des réconciliations locales,  Assad a expliqué les contours le processus de dialogue national entamé avec les différentes forces politiques et partisanes du pays.

«  C’est un dialogue sur l’avenir, sur la forme de l’Etat dans tous les domaines sans exception. Il discute tout ce qui a trait et n’a pas trait à la crise, sur ce qui l’a précédé et ce qui en a découlé... ce dialogue n’englobe en aucun cas les forces qui ont fait preuve de manque de patriotisme, ni celles qui ont fui le dialogue à ses débuts, ni celles qui ont misé sur le changement de l’équilibre des forces et qui lorsqu’elles ont perdu leur pari décident de changer leur position pour ne pas être dépassées... Ni ceux qui ont collaboré, nous ne dialoguerons pas avec elles en tant que des Syriens mais comme les représentants de pays pour lesquels ils ont offert leur loyauté ».

Refusant l’utilisation du terme de « guerre civile » donné au conflit syrien par certaines parties, « pour légitimer d’après lui le terrorisme, le président syrien a toutefois assuré que c’est tout de même  grâce à des Syriens , même s’ils étaient minoritaires, que la guerre s’est basée. «  Sans eux, l’entrée en jeu des terroristes étrangers et l’ingérence étrangère politique, économique et militaire n’auraient jamais eu lieu , ni l’atteinte à la souveraineté du pays », a-t-il déploré.

 

Le manque d’éthique, la mère des vices

 

En plus de l’ignorance, Assad a fustigé le manque d’éthique et de morale comme cause profonde de cette crise qui a détruit le pays : «  c’est l’absence d’éthique qui détruit les  lois, méprise l’honneur et vend les patries... le résultat en est l’anéantissent des peuples. Le développement des peuples ne peut se fonder sur les lois exclusivement, en dépit de leur importance. Les lois et la morale sont indispensables, mais les lois ne peuvent faire évoluer la morale, si ses graines n’étaient semées au préalable au sein de la famille et de la société », a-t-il dit  

Et de continuer : « Sans morale, il n’y a pas de sentiment patriotique et le service public perd sa fonction... Nous devenons des personnes égoïstes qui ne cherchent qu’à réaliser nos intérêts au détriment de ceux des autres, comme de nombreux qui ont profité de la situation pour s’enrichir à l’insu des besoins vitaux des gens, qui les ont fait chanter et les ont pillés. Même sans  avoir pris les armes, ils ont comme les terroristes »....

 

La corruption... patriotique

 

Dans son discours, le président syrien a consacré une partie importante à la corruption (l’un des raisons pour laquelle le mouvement de protestation avait éclaté en Syrie) et de la nécessité de l’affronter «  qu’il s’agisse de corruption financière ou administrative, les deux enfantent la corruption la plus dangereuse, la corruption nationale qui crée des gens prêts à vendre leur patrie et le sang de leur compatriotes pour celui qui paie plus ».
Assad a énuméré les différents moyens pour éradiquer cette corruption, dont entre autre la réforme administrative dans les institutions étatiques, le développement des méthodes de l’enseignement, la promotion des institutions religieuses éducatives, et le rôle primordial des medias. Il a aussi accordé un rôle essentiel pour la famille et la société

«  La lutte contre la corruption sera notre priorité dans la phase prochaine aussi bien dans les institutions étatiques que dans toute la société. C’est une responsabilité qui incombe à chaque responsable et à chacun d’entre nous. Nous devons la déraciner... Nous allons combattre la corruption à travers les lois et l’éthique, nous allons consolider le travail institutionnel, en instaurant l’égalité des chances et en éradiquant les collusions... », a-t-il entre autre assuré.

Après avoir évoqué les destructions qui ont touché la plupart des  domaines vitaux en Syrie, Assad a assuré que la reconstruction sera le slogan de l’étape prochaine, dans tous les domaines économiques, et tous les secteurs , et appelé toutes les catégories du peuple syrien d’y participer assurant que le but est de subvenir aux besoins de tous.

Le faux Printemps

Le président syrien n’a pas omis de replacer les évènements syriens dans le contexte régional, et celui du Printemps arabe.

«  C’est votre endurance qui annonce la mort de ce qu’ils ont nommé faussement le « Printemps arabe » et qui a rectifié la boussole. Si ce Printemps arabe avait été réel, il aurait commencé par les états les plus rétrogrades, si la révolution était réellement celle d’un peuple qui aspire à la liberté, la démocratie et la justice, elle aurait dès le début éclaté dans les états qui exercent la tyrannie et le despotisme.
 

Or elle est promue par les états qui sont derrière la catastrophe s’est abattu sur notre nation et qui sont derrière toutes les guerres qui lui sont infligées, derrière sa perdition idéologique religieuse et morale. Ce sont ces Etats qui sont derrières l’exploit le plus important de l’Occident et derrière le succès d’Israël et sa continuité dans la région. La preuve en est la position de ce qui se passe à Gaza, où est donc le sens de l’honneur dont ils ont fait part avec la Syrie, ou avec le peuple syrien, comme ils l’ont prétendu. Pourquoi ne soutiennent-ils pas Gaza en argent et en armes, comme ils l’ont fait pour la Syrie. Où sont donc leurs moudjahidines. Pourquoi ne les envoient-ils pas pour défendre les gens en Palestine. pour connaitre la réponse, nous devrions savoir que ce qui se passe à Gaza aujourd’hui n’est pas un évènement à part ...

 

Depuis l’occupation de la Palestine et jusqu’à l’invasion de l’Irak et toutes les tentatives de le diviser sans oublier la partition du Soudan , c’est une série d’évènements complémentaires , leurs planificateurs sont les Israéliens et l’Occident , c’est une évidence pour nous, mais leurs exécuteurs ont toujours été les Etats du despotisme , de la tyrannie et du sous-développement ».

Ces Etats arabes derrière la catastrophe de la Nation

A ce stade, le président syrien n’omet de placer la crise syrienne dans le contexte historique, un rappel qui dévoilé des réalités amères :

«  Parlons de faits. Ce n’est donc pas Abdel Aziz Ben Abdel Rahmane al-Fayçal qui a concédé aux Britanniques en 1915 qu’il était partant pour donner la Palestine aux pauvres juifs... ce ne sont pas ces états qui ont exhorté l’Occident et Israël à mener la guerre de 1967 pour se débarrasser du phénomène de Jamal Abdel Nasser qui menaçait alors leurs trônes. Ce ne sont pas ces pays-là qui soutenaient l’Iran du chah et ont décidé de se détourner de ce pays dès lors le gouvernement iranien a décidé de soutenir après la révolution la cause  palestinienne et de transformer l’ambassade d’Israël en celle de la Palestine.

Ce ne sont pas ces états qui ont soutenu le parti de frères sataniques en Syrie ? Ce ne sont pas ces états qui ont proposé l’initiative de paix du roi Fahd en 1981 aux Palestiniens et les ont menacés d’un bain de sang s’ils la rejettent, et lorsque les Palestiniens l’ont rejetée, il y a eu l’invasion du Liban en 1982 et l’expulsion des palestiniens de ce pays ?

Ce ne sont pas ces mêmes Etats qui nous ont sorti en 2002 leur proposition de paix avec Israël, formée de trois mots : la normalisation en échange de la paix, et qui a été rectifiée pour l’initiative arabe de Beyrouth et qui a été totalement rejetée par le Premier ministre israélien Ariel Sharon qui avait alors dit qu’elle ne mérite pas l’encre avec lequel elle a été  écrite et qu’une offensive a été menée contre les Palestiniens tuant des centaines d’entre eux, surtout à Naplouse et Jénine. Et lorsqu’Israël a agressé le Liban en l’an 2006, ce ne sont pas ces pays-là qui ont dit par la voix d’un certain Saoud que ces résistants étaient des aventuriers et qui a fait pression sur l’Occident et Israël pour ne pas accepter un cessez-le-feu avec la résistance ?"



Dissoudre la cause palestinienne

 

Selon Assad, cette série d’évènements a pour seul but de dissoudre la cause palestinienne. «  Tout l’argent qui a été payé avait cela comme but final... ils font la même chose à Gaza comme en Syrie. Là-bas à travers le terrorisme israélien, et ici à travers ce terrorisme venus de 83 pays », dit-il.

«  Tous ceux qui croient qu’ils peuvent vivre en paix s’ils s’écartent de la cause palestinienne doivent se détromper. Elle restera la cause centrale... Nous savons que toutes les politiques du monde concernant cette région sont intrinsèquement liées à ce qui se passe en Palestine... nous devons faire la distinction entre le peuple palestiniens résistant et ceux qui portent le masque de la résistance pour servir leur propres intérêts ... sinon nous servirions les objectifs  israéliens... le fait de croire que nos crises sont internes et n’ont rien à voir avec ce qui se passe en Palestine nous pousse à prendre de fausses décisions ».

 

Salutations au peuple et à l’armée...

 

Tout en saluant le peuple syrien « résistant qui a redonné à la révolution son véritable sens », Assad s’est engagé à libérer le gouvernorat de Raqqa des mains des terroristes  (l’Etat Islamique), ainsi que la ville d’Alep.
Il a aussi salué l’armée syrienne, dans toute sa hiérarchie, ainsi que les forces de défense populaires qui l’ont assistée, et les parents de ceux qui ont sacrifié leurs fils.

 

...Et aux « fidèles de la Résistance libanaise », à l’Iran, la Russie et la Chine

 

Assad n’a pas non plus oublié de remercier « les fidèles de la résistance libanaise, ces héros qui se sont rangés aux côtés des héros de notre armée et ont mené les batailles les plus honorables des deux côtés de la frontière et ont donné des martyrs pour défendre l’axe de la résistance. Nos salutations pour tous ceux qui ont estimé que la défense de la Syrie équivaut à celle du sud-Liban ».

  L’Iran, la Russie et la Chine ont également eu leurs lots des remerciements du président syrien «  ces pays ont respecté la volonté du peuple syrien durant trois années et ont défendu les lois internationales sur le respect de la souveraineté des Etats et la non-ingérence dans leurs affaires internes », explique-t-il.


Derniers mots : je serai toujours l’un de vous

Avant de clore son discours M.Assad en a appelé le peuple syrien à faire face aux menaces : «  Syriens honorables... les défis  sont importants et nos missions sont grandes ... nos ennemis sont des fourbes mais notre volonté est forte... par notre volonté nous saurons transformer l’épreuve en un don... Quand bien même le prix que nous avons payé a été exorbitant, nos exploits devraient être  encore plus importants. La nouvelle étape a d’ores et déjà commencé et nous sommes prêts, car la Syrie mérite de nous tous nos efforts pour que nous nous mettions à la besogne....

Je resterai la personne qui fait partie de vous, qui vit parmi vous, qui s’inspire de vos opinions et de votre conscience ; je resterai avec vous, main dans la main... la Syrie restera à jamais fière, forte, résistante et impénétrable par les étrangers. Nous resterons à jamais, nous les Syriens, sa protection invincible pour que triomphe sa dignité.



FIN