27-10-2021 11:59 AM Jerusalem Timing

Attaques contre les déplacés irakiens, les Yazidis fuient en Turquie

Attaques contre les déplacés irakiens, les Yazidis fuient en Turquie

Les exactions de l’EI visent toutes les communautés irakiennes.

 

48 personnes sont tombées en martyre et d’autres blessées dans l’explosion de deux voitures piégées contre une mosquée dans la province de Kirkouk, dans laquelle sont réfugiés des déplacés de la province de Toz, a indiqué une source sécuritaire dans la zone. Une autre source policière a assuré que 30 personnes ont été victimes dans l’explosion d’une voiture piégée dans la région de Kazimiya au nord de Bagdad.

Dans un entretien à Soumariya news, la même source a indiqué qu’une « voiture piégée qui était garée près de la mosquée al-Mojtaba au centre de Kirkouk a explosé cet après-midi. Puis une autre voiture de type Coster conduite par un kamikaze a provoqué la mort de huit personnes et 40 blessés dans un bilan préliminaire ».

« Des déplacés de la province de Tozkhormato dans la province de Salahedine, ajoutant qu’une force sécuritaire a encerclé le lieu de l’attentat alors que les ambulances se sont accourues pour évacuer les blessés », dit la même source.

Kirkouk est une région controversée qui connait des actes de violence permanents contre les services de sécurité et les civils. De multiples meurtres sont encore enregistrés dans cette région dans le but de provoquer une déstabilisation de la sécurité.

Reprise de contrôle de villages à Tikrit

Une source de police dans la province de Salahedine a indiqué que les forces de sécurité ont réussi à reprendre le contrôle de trois villages dans la province de Tozkhormato à l’Est de Tikrit, qui étaient sous le contrôle des miliciens de l’Etat islamique, assurant la mort de plus de 34 terroristes.

« Les forces de Peshmergas ont réussi avec des unités de l’armée et des tribus à libérer trois villages du contrôle de l’EI. Cette opération s’est soldée par la mort de 24 miliciens et 20 autres blessés », a indiqué une source policière au site Soumariya news.

Et de poursuivre que la force commune avance rapidement vers la région d’Amerli pour lever le siège imposé par les miliciens terroristes.

Ce jeudi encore, une force militaire a réussi à sécuriser l’entrée sud de la ville de Tikrit après avoir tué 85 miliciens armés dont de nationalités arabes.

Des dizaines de morts de l’EI

Une source policière a également pris d’assaut la localité de Jarf el-Sakhr au nord de la province de Babel, tuant des dizaines de miliciens de l’EI et la fuite de dizaines d’autres. Mercredi, le ministère de la défense a affirmé que la région de Snaydij à Babel a été sécurisée des miliciens.

Sachant que les régions du nord de Babel connaissent des opérations sécuritaires permanentes vu qu’elles constituent des repaires pour les groupes terroristes qui menacent les provinces du centre et du sud de l’Irak.

Les Yazidis fuient en Turquie

Plusieurs centaines de Yazidis d'Irak, une minorité en péril face à l'avancée des miliciens dans le nord de l'Irak, se sont réfugiés en Turquie, a indiqué jeudi une source officielle turque.

 "Des centaines de Yazidis sont entrés sur le sol turc depuis hier (mercredi) à la hauteur du poste frontière de Habur", dans le sud-est de la Turquie, a précisé à l'AFP cette source officielle sous couvert d'anonymat.

 Leur nombre exact était pour l'heure inconnu mais un diplomate turc a précisé à l'AFP que ce chiffre était entre 600 et 800.

Les déplacés sont hébergés dans un complexe de Silopi, ville située à proximité de la frontière irako-turque.

D'autres déplacés, des familles entières qui ont dû marcher de longues heures sans eau ni nourriture, attendent par ailleurs de pouvoir entrer en Turquie a-t-on ajouté.

"Nous ne faisons aucune discrimination ethnique ou religieuse pour ceux qui veulent venir en Turquie," a indiqué le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu sur la chaîne d'information NTV.

Il a cependant souligné "qu'au vu de l'expérience syrienne", la Turquie, qui a accueilli plus de 1,2 million de déplacés syriens depuis le début du conflit dans cet autre Etat frontalier, préférait héberger les déplacés irakiens, qu'ils soient Yazidis, Turkmènes (communauté turcophone) ou Kurdes, dans des camps installés à l'intérieur d'Irak, dans des zones sécurisées. 

M. Davutoglu a convoqué jeudi à son ministère une réunion avec des responsables militaires afin d'évoquer la situation humanitaire et sécuritaire dans le nord de l'Irak, où l'offensive de l'EI a provoqué un exode dernièrement de dizaines de milliers de chrétiens. 

"La stabilité du nord de l'Irak est d'une importance majeure pour la nôtre", a tenu à préciser le ministre. 

Dimanche, des combattants de l'Etat islamique (EI) ont pris le contrôle de la ville de Sinjar, bastion des Yazidis, jusqu'ici aux mains des forces kurdes.

 "Des colis d'aides humanitaires turcs ont été lancés par les hélicoptères irakiens sur les monts Sinjar" pour les déplacés Yazidis, a ajouté le ministre.

Située entre la frontière syrienne et Mossoul, cette ville est un des foyers des Yazidis, une minorité kurdophone adepte d'une religion pré-islamique en partie issue du zoroastrisme et considérée par les terroristes comme "adoratrice du diable".

Paris demande une réunion d'urgence

La France, "vivement préoccupée" par les avancées des terroristes dans le nord de l'Irak et les "exactions" commises sur les civils, demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie Laurent Fabius.

"La France est très vivement préoccupée par les dernières avancées de l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) dans le nord de l'Irak et par la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, et par les exactions intolérables qui sont commises", a affirmé Fabius dans une déclaration publiée à Paris.

"Face à la gravité de cette situation dont la population civile et les minorités religieuses sont les premières victimes, la France demande une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité afin que la communauté internationale se mobilise pour contrer la menace terroriste en Irak et pour apporter aide et protection aux populations menacées", a ajouté le ministre français des Affaires étrangères.