28-09-2021 04:59 AM Jerusalem Timing

Daesh en crise, ses champs pétroliers sèchent, les ingénieurs fuient!

Daesh en crise, ses champs pétroliers sèchent, les ingénieurs fuient!

Daesh a convaincu les employés actuels des sites pétroliers à Malih d’y rester, en haussant leurs salaires ou encore en les menaçant de mort.

L’organisation terroriste Daesh lute pour protéger ses revenus des champs pétroliers qu’il contrôle en Irak et en Syrie, surtout après la fuite d’ingénieurs nécessaires pour assurer le pompage du pétrole brut, indique le journal britannique Sunday Times.

En effet, Daesh a gagné en juillet dernier 3 millions de dollars par jour de la vente du pétrole dans le marché noir mais ses gains ont diminué à la moitié après ses défaites militaires en aout. 

Michael Stevens, de l’institut royal pour les services de recherches, rapporte après son retour de l’Irak et de la Syrie : « Les revenus ont diminué à moins de 1.5 millions de dollars par jour, et je peux affirmer une diminution plus aigue de la production de pétrole par Daesh par rapport à la production actuelle. Bien que la production en Syrie demeure stable, je pense que Daesh est dans une mauvaise passe ».

Le journal rappelle que depuis l’apparition de Daesh en Syrie en 2012, Daesh a pillé les sites pétroliers et gaziers et a acheminé du pétrole volé, sans oublier l’enlèvement des otages, l’imposition de taxes et les chantages, récoltant ainsi 1 milliard de dollars.

Daesh a aussi nommé un ministre du pétrole pour coordonner la production et le commerce, et possède un arsenal de plus 200 citernes volés en Irak, ainsi que des oléoducs présents à la frontière turque.

Cette organisation terroriste a mis la main sur le champ pétrolier Omar, le plus grand en Syrie, et sur les champs voisins de son bastion à l’Est de Deir Ezzor, sur les champs d’Ajil, de Hamrine au nord de l’Irak.

En effet, révèle le Sunday Times, Daesh a convaincu les employés actuels des sites pétroliers à Malih d’y rester, en haussant leurs salaires ou encore en les menaçant de mort.

De plus, le chef de Daesh Aboubakr elBagdadi a incité les techniciens du monde islamique à venir contribuer à la constitution de l’Etat islamique qu’il dirige !

Des sources de renseignement occidentales pensent que certains experts fanatiques ont répondu à l’appel. En juillet dernier, Daesh aurait pompé près de 80000 barils par jour des champs irakiens et syriens, mais cette activité a reculé à la moitié dans les dernières semaines. 

Un activiste assure que Daesh essaie d’employer certains ingénieurs et techniciens par la force au nord de la Syrie afin de préserver l’infrastructure qu’il contrôle. Le commandement de ce groupe terroriste offre des appartements luxueux, une épouse, de gros salaires et cherchent plus d’ingénieurs.

Alors que Daesh paie 600 dollars à chaque combattant, et 900 dollars aux médecins qui soignent leurs soldats. Combien touchera alors un ingénieur ?
Et le journal britannique de poursuivre que la faible production de pétrole a un effet direct et imminent sur les habitants locaux qui vivent sous le contrôle de Daesh. Sachant que cette organisation a offert du carburant à bas prix aux habitants mais les ressources commencent à sécher. Ce qui laisse présager une contestation populaire prochaine. 

Toutefois, ce groupe est assez intelligent pour réaliser son besoin des habitants locaux. Pour cette raison, il a diminué les taxes dans certaines régions sous forme d’indemnisation. Mais il semble clair pour les Irakiens et les Syriens qui étaient au début heureux de la mise en place de l’ « Etat islamique » que cet Etat ne possède pas les expertises techniques pour son bon fonctionnement, conclut le Sunday Times!


Source: arabi-press