21-05-2018 09:48 AM Jerusalem Timing

Comment ont éclaté les affrontements à Tripoli?

Comment ont éclaté les affrontements à Tripoli?

Cette ville du nord Liban a connu de violents affrontements entre des miliciens terroristes et l’armée libanaise.

Le site d'information al-Ahed a révélé que les affrontements armés ont éclaté à Tripoli après la prière de vendredi, suite à l'appel du cheikh Khaled Hablas et cheikh Tarek Khayyat à l'insurrection contre l'armée.


Ils ont prononcé des discours provocateurs contre l'armée, prétendant que celle-ci met en oeuvre le plan de sécurité contre les sunnites seulement, et ont incité les soldats sunnites à abandonner l'armée.


Suite à ces discours, plus de 150 hommes armés se sont rassemblés à Bab Tabbeneh et se sont infiltrés dans les marchés extérieures, comme Khan el-Assal, Tarbiha, Bab Raml, Hara Barraniyeh, le souk du blé, Zahriyeh et autres.


Vers 20h00, des renseignements sont parvenus à l'armée selon lesquels les miliciens armés comptent pénétrer dans une mosquée pour proclamer un Emirat à Tripoli, demander aux jeunes de se rallier à eux, et d'exécuter des attentats contre l'armée.


Selon le site al-ahed, citant le journal libanais al-Joumhouriya, des unités de l'armée se sont vite mobilisées dans le cadre d'un plan bien préparé et ont assiégé les miliciens dans plusieurs points. De violents affrontements ont eu lieu, faisant un nombre de martyrs et de blessés dans les rangs de l'armée. Dans un communiqué, l'armée a déploré la mort de six soldats de différentes confessions religieuses. Par ailleurs, un soldat a été capturé et les ravisseurs réclament la libération de Cheikh Bahlas pour le relacher.


Pendant ce temps, le groupe de Chadi Mawlaoui -- un terroriste du front al-nosra libéré de la prison de Roumieh lors du mandat de l'ancien Premier ministre Nagib Mikati-- a essayé de regagner sa position initiale à l'intérieur de Bab Tabbaneh.

Mais ce groupe n'est pas parvenu à cet objectif parce que l'armée assiégeait toutes les entrées et les routes menant à la région. Les affrontements ont eu lieu sur plusieurs axes alors que des snipers terroristes se sont déployés sur les toits des immeubles.

Par ailleurs, l'armée a assiégé cheikh Khaled Hablas à la mosquée de Haroun Rachid, et a pris des mesures de sécurité strictes dans les fronts de combat. Des sources de sécurité ont estimé à plus de 200  le nombre des miliciens armés.


Des informations ont évoqué la présence d'Abou Hourayra (fils du terroriste Ahmad Mikati, un dirigeant de Daesh arrêté par l'armée il y a deux jours alors qu'il comptait mener une série d'attentats terroristes au jour de l'an de l'Hégire) à Khan el-Askar lors de la perquisition par l'armée de cette région.

Source: alaahed, alalam