24-09-2021 06:43 PM Jerusalem Timing

Liban : Une nouvelle tête takfiriste tombe

Liban : Une nouvelle tête takfiriste tombe

Cheikh Bilal Dikmak est également accusé d’une tentative de viol.

Le prédicateur salafiste libanais cheikh Bilal Dikmak connu pour son soutien aux miliciens takfiristes en Syrie semble faire partie de l’organisation terroriste qui œuvrait au Liban pour fonder un émirat islamiste au nord et à Tripoli.

Selon le journal libanais al-Joumhouriyya, citant une source sécuritaire libanaise, Dikmak qui dirige la fondation Iqra, est soupçonné d’avoir voulu créer une organisation terroriste chargée de commettre des actes de violences dans cette région, notamment contre l’armée libanaise. Il a recruté de jeunes libanais aux tendances islamistes et a procuré de grandes quantités d’armements et d’équipements militaires. Ces armes ont été retrouvées dans son appartement lorsqu’il a été perquisitionné vendredi par les forces de sécurité libanaises. (voir photos à droite, source as-Safir)

Selon un autre quotidien libanais, ad-Diyar, les forces de sécurité libanaise soupçonnent Dikmak d’entretenir des liens étroits avec la milice takfiriste connue pour ses atrocités Daesh (Etat Islamique-EI)
Son père qui a été  arrêté par les forces de sécurité a reconnu pour sa part qu’il travaillait pour son compte. 

 

Depuis les derniers évènements dans la capitale du nord, l’armée libanaise effectue des perquisitions dans plusieurs régions. Elle a arrêté au moins 300 suspects.

Dikmak qui était lui aussi sous surveillance collaborait avec le terroriste Ahmad Mikati, un salafiste takfiriste arrêté lors de l’assaut lancé par l’armée libanaise la semaine passée et accusé d’avoir les mêmes buts que Dikmak.

Il entretenait également des liens étroits avec le religieux de la ville de Saïda Ahmad al-Assir, recherché par la justice dans les évènements de Abra, l’an dernier, au cours desquels ses hommes ont réalisé des opérations terroristes contre l’armée libanaise. Il semble aussi qu’il l’a hébergé chez lui et voulait lui accorder un certain rôle à Tripoli.

 

Une cellule appartenant à ce religieux a été découvert ces derniers jours, alors qu'elle préparait des attaques terroristes contre des barrages de l'armée dans la ville et contre un centre religieux chiite (Zahra)  


Dikmak s’était rendu célèbre dans ses apparitions télévisées et ses déclarations à la presse dans lesquelles il affichait  son hostilité au Hezbollah, à l’Iran et au pouvoir en Syrie et défendait les groupuscules islamistes takfiristes en Syrie.

Il se vantait aussi d’entretenir des liens étroits avec un ministre libanais.

Selon le jeune homme politique libanais Salem Zahrane, ce ministre n’est autre que celui de la Justice Ashraf Rifi. Dans un entretien avec la télévision libanaise New TV (al-Jadid), il a accusé Dikmak de collaboration avec Israël et d’avoir violé une femme dans son domicile conjugal.

 

 

 

 Pour étayer son accusation, Salem a montré la photocopie d’un procès-verbal qui rapporte les faits d’une tentative de viol attribuée à Bilal Dikmak.


(Voir les copies sur al-Hadath News)

Pour le moment, ce dernier se trouve en Turquie et devrait être arrêté une fois de retour au Liban.

Des média estiment néanmoins qu’il a pris la fuite et ne rentrera pas bientôt.