14-04-2021 07:21 AM Jerusalem Timing

"La riposte avant le discours", a tranché S.Nasrallah. Opération parfaite

Comme en 2006, les Kornet, de la nouvelle génération ont fait leur preuve dans l’opération de Chébaa.

C’est l’opération parfaite!. Celle que la Résistance a effectué mercredi contre un convoi israélien dans les hameaux occupés de Chébaa, pour venger le raid meurtrier israélien dans le Golan syrien.

Et pour preuve elle a été réalisée en dépit de l’état d’alerte maximale décrétée par l’armée d’occupation israélienne tout au long de la frontière avec le Liban et la Syrie .
Et pour preuve aussi : elle a été décidée, planifiée et mise à exécution dans un court laps de temps : en 10 jours seulement.
De surcroit, aucun des combattants qui l’ont réalisée n’a été tué ni même blessé.

Et enfin l'essentiel: elle a réalisé son objectif : Oeil pour œil, dent pour dent.

En échange de 2 véhicules des résistants détruits au Golan, ce sont 2 véhicules de type Hummer israéliens qui ont subi le même sort. Concernant le nombre des tués, il est difficile de se fier aux chiffres israéliens qui parlent de 2 tués et de 7 blessés. Depuis la guerre 2006, voire durant la période qui a précédé la libération de l'an 2000, la censure israélienne a toujours imposé une version qui minimise les pertes israéliennes.  
 
Pourtant cette opération est très difficile à réaliser.

Et pour cause principale: la région dans laquelle elle a été faite est celle qui est la plus surveillée par les Israéliens. Elle se trouve sur le flanc d’une importante position de surveillance israélienne sur le Jabal cheikh (Mont Dov, selon l’appellation israélienne).

Selon l’expert militaire libanais le général à la retraite Amine Hoteite, elle s’est faite contre des forces mobiles et non fixes, ce qui nécessite un effort de surveillance incomparable. Sa difficulté réside aussi dans l’utilisation des missiles antichars, tirés manuellement et d’une distance relativement proche, au grand risque pour la vie des tireurs, à la différence de l’opération à l’engin piégée.

Kornet de 4ème génération et Obus de mortier

Or il semble que les Kornet sont de nouveau pour quelque chose derrière cet exploit. Ils avaient fait leur preuve en 2006, rappelons-le, dans la bataille baptisée « le massacre des chars »,  israéliens en l'occurrence.  

A Chébaa, c’est leur 4ème génération qui aurait été utilisée : le tireur n’a pas besoin de rester sur place jusqu’à la fin du tir, écrit le journal libanais al-Diar. Il lui suffit de fixer la désignation de la cible par laser, de tirer, et de camper sur le champ.

Nouveautés de ce missile qui permet de lancer deux missiles en même temps: quel que soit sa distance de tir, entre 150 mètres et 10 kilomètres, aucune lacune n’altère sa capacité de précision. Le système de tirs et de guidage se fait automatiquement, par laser, et permet de frapper la cible quand bien même elle est équipée d’un système d’alerte anti laser, et quelque soient les conditions météorologiques. Il est capable de foncer un blindage de 1.300 mm, grâce entre autre à sa charge ultra explosive de 7 kg.

Mais ce n’est pas tout. Pas seulement les Kornet ont été maniés dans cette opération. Selon des chroniqueurs israéliens qui ont qualifié l’embuscade du Hezbollah de « complexe », elle a été exécutée sur  trois étapes : la première au moyen de missile anti char contre les véhicules visés ; la deuxième au moyen d’obus de mortier contre les renforts dépêchés sur le lieu de l’attaque, et la troisième également au moyen d’obus de mortier contre les positions israéliennes.  

"La riposte avant le discours"

Sans contredire cette version des trois étapes, le journal libanais assafir présente la version libanaise de cette opération :

((Après le crime de Quneitra, une grande discussion s’est faite au sein de la résistance sur les différentes options de riposte, avec la consultation de Téhéran et de Damas, et il a été dès le début été décidé qu’elle se fera dans les hameaux de Chébaa occupés.
Le plus tôt possible, pour empêcher Israël de tirer profit de l’opération de Quneitra pour changer les règles d’engagements.

Un groupe de la résistance a été chargé d’activer les opérations de surveillance et de définir la cible à frapper.

C’est à ce moment-là que l’intervention du numéro un du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a été reportée jusqu’au vendredi...
C’est lui qui en a décidé ainsi : "la riposte devra avoir lieu avant le discours et non le contraire", a-t-il tranché. «  Ce sera notre premier versement, dans le compte ouvert entre les Israéliens et nous », a-t-il dit averti, rapporte assafir.

 

La Diversion au Golan

Aussitôt la décision d’exécution donnée, il y a eu d’abord la phase préparatoire à l’opération, lorsque deux obus ont été tirés sur le Golan occupé dans l’après-midi de mardi. Son but de diversion consistait à détourner l’attention de l’ennemi israélien de la région des fermes de Chébaa. La réaction israélienne est tombée à pic comme le prévoyait la résistance.

Entre temps, les résistants du Groupe des Martyrs de Quneitra prenaient position dans une région tortueuse mais camouflée et attendaient le passage du convoi. ..

Dans la matinée de mercredi, à peine le convoi militaire israélien est-il arrivé, avec à son bord deux officiers et 10 soldats, il est tombé dans le collimateur des résistants, et a essuyé 6 missiles ultra sophistiques de type Kornet. Celui-ci appartient à la 4ème génération, confirme as-Safir.

En quelques instants, presque en même temps, tous les véhicules ennemis étaient bombardés. Les soldats à son bord n’ont même pas eu l’occasion de riposter et aucun accrochage ne s’en est suivi... les résistants se sont retirés sans être nullement inquiétés.  

Ce fut une frappe dans une seule direction, signe supplémentaire que l'opération est parfaite.