03-12-2016 11:52 PM Jerusalem Timing

Sayed Nasrallah aux Israéliens: le Hezbollah n’a pas peur de la guerre

Sayed Nasrallah aux Israéliens: le Hezbollah n’a pas peur de la guerre

le Hezbollah vengera l’assassinat de chaque cadre tué. Le Hezbollah n’observera aucune règle de désengagement ni aucune division territoriale pour se défendre!!

« Je vais le dire en arabe soutenu, pour que ce soit bien traduit en hébreux, sachez que nous ne craignons pas la guerre,.., nous la mènerons si elle nous est imposée,.., et nous l’emporterons aussi », a clamé le numéro un du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah dans un discours prononcé dans la banlieue sud ce vendredi, via écran, lors de la célébration du martyre des 6 résistants du Hezbollah et du colonel iranien à Quneitra le 18 janvier dernier.

Dans son discours, sayed Nasrallah a établi plusieurs équations dans la confrontation avec l’ennemi sioniste : il a tenu entre autre à assurer que la résistance islamique n’est tenue par aucune règle d’engagement, ni par aucune division territoriale en place, et qu’elle est dans son plein droit, moral, légitime et voire basé sur le Droit international de faire face à toute offensive, là où elle veut tout au long de la frontière avec « Israël ».

Son éminence a aussi élargi le champ de riposte du Hezbollah : plus jamais l’assassinat de nos résistants ne passera sans riposte, contre chaque liquidation, que ce soit dans un attentat à caractère sécuritaire ou dans une opération militaire, nous vengerons leur mort, a-t-il mis en garde. Cet avertissement intervient en réponse aux menaces du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, dans laquelle il a affirmé que ceux qui ont contribué à l'opération de Chébaa seront punis.

Face aux « arabes aveuglés par la haine » et qui ont mis la cause palestinienne de côté, parce qu’ils veulent combattre « le régime syrien » , il a répliqué : quant à nous, nous n’oublierons jamais ni la Palestine, ni le peuple palestinien, ni la cause palestinienne.

Au début de son allocution, il a tenu entre autre à remercier la solidarité exprimée par les Palestiniens toutes tendances confondues   avec la résistance au Liban depuis le raid israélien meurtrier.

Le commandant de la résistance a aussi tourné en dérision l’état d’alerte maximale dans laquelle Israël s’est plongé entre le jour de son raid de Quneitra et la riposte du Hezbollah dans les fermes de Chébaa et qui finalement ne lui a servi à rien.

"Ils n’ont récolté que la déception et les regrets et nous la dignité et la victoire", a-t-il exalté. 

 

Principaux passages du discours de Sayed Nasrallah

 

Au nom de Dieu le Clément, le Tout Miséricordieux

Salutations et prières pour notre prophète Mohammad et sa sainte famille.

(...)
Au début je tiens à vous remercier pour votre participation dans cette cérémonie d’hommage à ces chers martyrs

Dans un premier moment, je m’adresserai aux familles des martyrs du raid israélien de Quneitra
Secundo je vais parler de ce qui s’est passé ces dernières années
Troisièmement, il sera question de l’opération d’assassinat à Quneitra
En quatrième position, je parlerai de l’opération de résistance dans les hameaux de Chébaa occupés
Et enfin, je donnerai les conclusions et les positions qui s’en suivent

Les remerciements pour tous

Je m’adresse donc aux familles des martyrs pour leur présenter d’abord mes condoléances pour la perte de leurs chers proches et fils et pour leur formuler aussi mes félicitations pour les grands honneurs qui leur seront accordés dans l’Au-delà pour leurs sacrifices consentis sur cette voie...
Je remercie aussi tous ceux qui ont fait part de leurs condoléances et félicitations partout dans le monde : du Liban, la Palestine, la Syrie, l’Irak, la Tunisie, la Mauritanie (...)

Et je salue tous ceux qui ont fêté l’opération de résistance de Chébaa...
Je remercie en particulier les moudjahidines et les combattants de la résistance islamique au Liban qui ont été à la hauteur de la responsabilité dès les premiers moments de l’assassinat de Quneitra ...

Je remercie notre cher peuple libanais aussi, surtout le public de la résistance et tous ceux qui la soutiennent, et tous ceux qui, dès les premiers moments de l’assassinat, ont participé aux obsèques malgré les défis sécuritaires et ont soutenu la résistance quelque soient les options qu’elle voulait prendre...

Comme de coutume, à chaque grand danger traversé, ce peuple, ce public et ces gens ne nous déçoivent jamais et  font preuve de sens de responsabilité  et de courage à la hauteur des attentes. Ils méritent sans cesse que nous les clamions : vous êtes les gens les plus honorables, les plus fidèles...

Il est aussi de notre devoir dans cette célébration de saluer les martyrs de l’armée libanaise héroïque qui sont tombés en martyre dernièrement à Ra’s Baalbek,  alors qu’ils défendaient les premières lignes de défense du Liban face aux groupuscules takfiristes, lesquels  s’avèrent de jour en jour traduire la volonté des israéliens et continuer leur projet...
Nos remerciements et salutations aux familles de ces martyrs aussi.

Choyés sont les martyrs


((Revenons aux martyrs de l’opération de Quneitra :
Au martyr commandant Mohammad-Ali Allahdadi, au martyr commandant Mohammad Issa, au martyr combattant Jihad Moughniyyé, au martyr combattant Ali Hijazi, au martyr combattant Mohammad abou al-Hassan, au combattant martyr ....

A ces martyrs, nous nous adressons pour leur exprimer nos meilleurs sentiments d’amour et de reconnaissance... En toute sincérité, nous leur disons soyez bénis, soyez bénis,.., vous êtes choyés pour ce que vous avez atteint.

Nous prions Dieu pour qu’il nous accorde à nous aussi, un jour qu’Il aura choisi, ces honneurs qu’Il vous a accordés (...)

Au fil des générations : des martyrs, de pères en fils

Les martyrs dans l’opération de Quneitra illustrent très bien les générations que la Résistance islamique a connues. Nous en sommes peut-être à la 3ème ou à la 4ème génération. C’est la preuve de la continuité, de la présence des commandants de la première génération aux côtés des combattants de la dernière.

Ceci illustre qu’il y a des familles en entier qui appartiennent à l’école du jihad et du martyre...

Lorsque ce groupe comprend des fils de martyrs à l’instar de Jihad Moughniyé, fils du martyr le commandant Imad Moughniyyé, de Ali Hassan Ibrahim, fils du martyr Hassan Ibrahim, de Abbas Hijazi qui est le gendre du martyr commandant Abou Hassan Dib, et dont le père décédé le jour même de son martyre faisait partie de la première génération des résistants.
Ce sont de familles en entier qui se sont présentées sur le devant de la scène et se sont données en martyrs....

Les martyrs de Quneitra incarnent à travers le mélange entre le sang  iranien avec le sang libanais sur le sol syrien l’unité de la cause, du destin et de la bataille, cette unité altérée par les gouvernements et les courants politiques ainsi que par les contradictions et les conflits, lesquels  n’ont abouti qu’aux défaites dans les années 60.

Or, le sang les a unifiés de nouveau, au Liban, en Palestine, en Syrie et depuis nous sommes entrés dans l’ère de la victoire

Contrairement à tout ce qui a été  écrit et dit et diffusé comme rumeurs, ces martyrs sont la preuve que les combattants du Hezbollah resteront à jamais du côté de la résistance contre Israël, voire à l’avant-garde de ce combat, et rien ne les écartera de cette voie...

La situation depuis 1948 : l’arrogance israélienne

Hélas depuis des décennies, depuis 1948 au moins, notre région, ses gouvernements et peuples ensemble souffre d’une maladie cancérigène qui s’appelle Israël, c’est une tumeur de cancer,  le virus de la déchéance, le prototype de l’arrogance. Oui Israël a été ainsi pendant des décennies...
Ces dernières années il se comporte avec davantage d’impertinence, et de déchéance sur terre

En Palestine, en plus de l’occupation des lieux saints de l’Islam, il se permet de saccager toute la Cisjordanie sous prétexte de chercher trois colons et de détruire la Bande de Gaza, en plus il usurpe les lieux saints   et menace la mosquée al-Aqsa ; il séquestre des milliers de palestiniens, et violent les droits élémentaires de ce peuple.

En Syrie, il occupe toujours le Golan et tire profit de la guerre là-bas en l’attisant sans cesse, en accordant son soutien aux milices armées dans le but de détruire la Syrie et l’armée syrienne. Il se permet de bombarder les positions syriennes sur le sol syrien, sanas être inquiété.

Au Liban en plus de l’occupation des fermes de Chébaa, il ne reconnait même pas la résolution 1701, que certains sacralisent, il viole l’espace aérien libanais, pilonne quand bon lui semble sur le sol libanais, et se permet de commettre les liquidations dans les villes libanaises, comme cela s’est passé avec notre martyr commandant Hassan Lakkis...

Aujourd’hui, l’Israélien se trouve dans une situation à travers laquelle il peut tout se permettre... Aucun obstacle ne l’entrave...
 
Il profite de la conjoncture régionale : les guerres qui sévissent, la situation sécuritaire exécrable, les déchirures qui entament nos  sociétés, les séditions qui se généralisent et surtout l’absence totale des pays arabes dans le sens d’une volonté arabe unie. Ce qu’on appelle la Ligue arabe n’illustre nullement cette volonté qui est totalement inexistante dès qu’il s’agit des causes arabes.
Ce n’est pas nouveau d’ailleurs, et nous n’avons jamais misé sur cette situation qui ne cesse désormais de s’aggraver.

 

Pas de Ligue arabe

Je le dis aux peuples arabes il n’y pas de Ligue arabe.
Oui il y a des arabes : ceux qui affrontent les défis en Syrie, au Liban, en Palestine, sont bel et bien des Arabes.
Mais pas des arabes dans le sens politique officiel ... dans le sens de la politique officielle indépendante.
Curieusement, sauf lorsque la bataille se situe au sein des pays arabes : au Yémen, en Libye,  en Syrie, au Sinaï comme aujourd’hui, que l’argent arabe se pointe, que les Arabes se concertent et se mettent d’accord.
Mais pas quand elle se situe contre Israël. L’expérience de la guerre Gaza l’an dernier est témoin de cette absence.

C’est  la situation actuelle dans laquelle se trouvent confrontés les mouvements de résistance, au Liban et Palestine et l’axe de la résistance
C’est dans ce climat de l’ennemi et de l’ami qu’est intervenue l’opération d’assassinat à Quneitra.

 

Un assassinat , sans ambages

Le dimanche 18 janvier dernier, dans la matinée, des hélicoptères israéliens ont bombardé deux voitures à bord desquelles se trouvaient 7 combattants et les ont tués

Dès ce moment, les dessous de l’assassinat étaient très clairs à travers ce que les israéliens ont laissé filtrer : la décision a été  prise au  conseil des ministres restreint et le chef de l’opposition israélien a lui aussi été informé de la décision, vu son importance.
L’ennemi a étudié l’opération dans tous ses aspects, et consulté les informations et les renseignements qui s’y rapportaient, pour prendre  la décision pour faire exécuter l’assassinat.
Oui c’est un assassinat dans le vrai sens du terme...

Certains analystes ont allés dire que ce qui s’était passé était fortuit et non planifié...
Pas du tout, il y a une décision israélienne prise au préalable aux plus hauts niveaux...

Rien de cela n’est ambigu et moi je serai direct et transparent avec vous : avec l’assassinat de notre commandant martyr Hassan Lakkis, on peut supposer que l’assassin est quelqu’un d’autre qu’Israël, quoique nous sommes surs que personne d’autre ne l’a tué.  
Mais dans le cas actuel, nous sommes face à un assassinat très clair, similaire à l’attentat de Sayed Abbas al-Moussaoui (l’ancien secrétaire général du Hezbollah), de son épouse et son fils...

Le 18 janvier, les israéliens n’ont pas revendiqué l’opération, et depuis, je ne sais s’ils l’ont revendiquée. Ils ne cessent de mâcher leurs mots, leurs propos semblent très froissés

Il se peut que les Israéliens aient pensé que le Hezbollah allait absorber l’opération, surtout qu’elle a eu lieu en Syrie
Il se peut qu’ils aient supposé que le Hezbollah allait l’avaler en considérant qu’ils font partie des autres martyrs tombés en Syrie que nous respectons d’ailleurs tout autant... et qu’il allait se défaire des séquelles qui pourraient s’en suivre.

La première surprise

Je pense que ce fut la première surprise pour les israéliens : celle que le Hezbollah, à peine une demi-heure seulement après le raid israélien, a revendiqué que c’est un groupe du Hezbollah qui a fait l’objet de tirs israéliens, révélant leurs identités.

Nous n’avons pas caché nos martyrs, ni n’avons révélé leur identité au compte-goutte, l’un après l’autre. Car nous sommes fiers d’eux.
Nous les avons affichés haut et fort, au monde entier devant ceux qui nous aiment et ceux qui nous détestent

Ce fut la 1ere surprise et là, les israéliens se sont tendus.
Oui, le meurtrier s’est abasourdi, et la victime a fait preuve de transparence et savait où se diriger.

Quel est le prétexte avancé par l’assassin : ils ont dit ou ont fait filtré à travers leurs analystes plusieurs formules qui tournent autour de la même idée : ce groupe a été visé parce qu’ils voulaient réaliser une opération dans le Golan contre Israël, sachant que la région se trouve à 6 km de la frontière... ou ce groupe préparait des opérations contre Israël pour l’avenir ou voulait installer des plates-formes de missiles

Or tous ces prétextes ont un thème central : celui de la résistance dans le Golan

Ils ont supposé qu’une résistance, à l’état embryonnaire, est en train de voir le jour et qu’ils doivent la prévenir et l’empêcher.


Alliance entre Israël et le Nosra

Une question au peuple syrien, à l’opposition avant le pouvoir, au peuple libanais, au peuple palestinien à tous les peuples arabes,..., :
Qu’y a-t-il sur la frontière, dans une profondeur de 6 à 7 km?

Il y a le front al Nosra, des milliers de combattants armés, d’artillerie, de chars, d’antichars, de grandes quantités d’explosifs, de casernes, de tout un arsenal militaire...  
Le front al-Nosra, rappelons-le, est la branche syrienne d’Al-Qaïda, et il  est inscrit sur toutes les listes de terrorisme: occidentale, américaine, internationale et arabe.  

C’est ce groupuscule qui jouit d’une importante présence dans cette région et Netanyahou n’est pas du tout préoccupé par cette présence ni Yaalone non plus.

Bien au contraire, il la couvre avec sa force aérienne, et l’assiste dans les batailles et ouvre ses portes à ses blessés, lesquels reçoivent les visites de Netanyahou en personne...

Israël n’est pas du tout inquiété par ceux-là, mais il prend toutefois une décision dangereuse parce qu’il s’inquiète de deux voitures avec à son bord 7 hommes sans armes..

Une chose que je voudrais adresser aux  arabes, à ceux qui ont été aveuglés par la haine au point d’oublier la Palestine parce qu’ils veulent en finir avec « le régime syrien », je leur dis :

Quant à nous, nous n’oublierons jamais la Palestine, ni le peuple palestinien, ni la cause palestinienne. Vous verrez que nos fils et nos petit fils le prouveront tous les jours.
(...)

 

Tout le bien dans l'opération de Quneitra

Je termine ce chapitre en dévoilant nos véritables sentiments sincèrement
À Quneitra, il y a certes un côté douloureux, en raison de la perte de nos combattants, c’est normal que nous pleurions leur perte et leur départ. Moi aussi  loin de la caméra, j’ai pleuré loin pour mon fils..

Hormis le côté humanitaire, nous ne voyons à travers l’opération de Quneitra que le bien, le don de Dieu et sa bénédiction et de nombreux aspects positifs aussi bien pour notre mouvement, que notre résistance et notre région..

Nous ne cessons d’emprunter les leçons de Karbala empreint de beaucoup de significations, lorsque Sayeda Zainab (la petite fille du prophète Mohammad) a lancé à l’émir de Koufah, après le martyre de son frère l’imam Hussein, lorsqu’il lui demanda : « comment vois-tu ce que Dieu a fait de vous ». Elle lui répondit avec bravoure : « je n’ai vu que beauté. D’aucuns sont prédestinés au martyre et vous en rendrez compte à Dieu le Jour de la Résurrection »

Dans cette bataille aussi, nous souffrons pour la perte de nos bien-aimés, mais nous disons ce que sayeda Zainab a dit : nos 7 frères sont voués au martyre.  

Israël sur une jambe et demi!

Sur l’assassinat de Quneitra, c’est en revanche l’ennemi qui s’est le plus préoccupé, ainsi que ses amis et il s’est lancé dans des analyses et des études interminables. Oui, après l’opération, les israéliens et leurs bien-aimés dans la région supposaient que le Hezbollah allait être dérouté et ne saurait que faire.

Une question centrale le tracassait : si le Hezbollah allait riposter ou pas, et si oui, où et quand, et quels seraient les limites de la riposte et ses répercussions
Pourtant, il se devrait d’être une puissance et assumer la responsabilité de ses actes !

Il faut voir comment il a traité la question de la présence du colonel iranien Allahdadi parmi les martyrs...  

Dès lors, Israël a décrété l’état d’alerte maximale : les dômes d’acier ont été dépêchés sur la frontière nord, des renforts aussi, en même temps que la mobilisation des services de renseignements  et d’intelligence...
Sur la frontière, il n’y avait plus personne ni dans les positions, ni ailleurs...
Des messages ont été dépêchés, via des Etats, et des menaces ont été proférées si le Hezbollah riposte que nous allons faire ceci et cela...

Tout Israël, avec ses se dirigeants politiques, militaires, des renseignements, sécuritaires, et ses gens avaient les yeux braqués sur le Liban, ils scrutaient un mot, un sourire, un signe sur ce que le Hezbollah avait faire.

Oui c’est le signe de la reconnaissance israélienne de l’importance de la résistance: Israël attendait un signe du Hezbollah

Entre le dimanche (18 janvier) et le mercredi (28 janvier), l’ennemi israélien s’est tenu sur une jambe et demie (il était figé ou acculé au mur), obnubilé par une question centrale : ce que le Hezbollah compte faire.

Tout cela grâce à la détermination et aux exploits de nos combattants.

 

Jamais l'humiliation

Ils ont même raconté que l’Iran allait intervenir pour l’interdire, pour ses négociations nucléaires, que la Syrie allait faire de même... et moi je vous dis : personne parmi les amis de la résistance ne lui admet d’être humiliée  ni que notre sang soit coulé et qu'elle regarde faire.

Entre parenthèses : qu’on cesse de nous tracasser avec le dossier nucléaire. Rien n’est lié à ce dossier ni la présidence au Liban, ni la résistance...

Le fait que l'israélien ait été acculé au mur était suffisant pour lui dire qu’il ne peunt désormais plus tuer les gens et aller dormir tranquillement, comme s’il avait tué des moustiques...

Il sait très bien que la résistance est prête à tout et que toutes les éventualités sont possibles, grace entre autre à ses agents entre autre qui lui décrivent la situation.  

Alors qu’Israël était totalement éperdu, dans l’expectative, nous dans la résistance étions par contre  très lucides et sans aucune hésitation nous avons pris la décision de riposter, pour les punir et mettre un terme  à ce dévergondage sioniste qui se permet tous les assassinats.

Nous étions disposé à tous les sacrifices possibles, même si les choses iraient au bout. Nous avons précisé le lieu et le temps de l’opération et nous nous sommes apprêtés au pire scénario.

L’israélien l'a bien compris  avant le mercredi, qu’il suffisait d’un seul tir pour embraser la situation...

 

L'opération en plein jour

Ceci est la dissuasion et les résultats dans les hameaux de Chébaa et la frontière
C’est ainsi qu’a eu lieu l’opération de mercredi avec la bénédiction et le soutien divins, nous croyons sincèrement que c’est Dieu qui mène à bien nos opérations, après avoir fait toute le nécessaire et mis au point tous les préparatifs.

L’une des caractéristiques de cette opération c’est qu’elle a eu lieu au moment où l’israélien était en état d’alerte maximale et qu’il était parfaitement conscient que la riposte du Hezbollah n’allait pas tarder.

Or c’est en plein jour que la résistance a réalisé cette opération.
De plus c’est l’une des régions les plus difficiles et la plus soumise à la surveillance électronique et de tout genre, dans ses coins les plus minimes.

Jusqu’à présent, les israéliens qui se disent posséder l’une des plus grandes armées sont dans l’incapacité de comprendre comment s’est faite l’opération ...

C’est un message à l’ennemi et son peuple   et à notre peuple aussi sur lequel on travaille pour ébranler sa confiance en sa résistance
c’est votre résistance..

 

Oeil pour oeil: ressemblances et différences

Les  résultats sont les suivants :
1- ils ont tués nos combattants en plein jour, nous avons fait de même avec leurs soldats.
2- ils ont détruit deux véhicules et nous leur avons détruit deux aussi.  
3- Ils ont des tués et blessés en échange de nos martyrs et je me reste réservé sur les chiffres qu’ils publient.
4- Ils ont utilisé des missiles et nous aussi. Nous n’avons pas recouru aux engins piégés.

Or, deux différences subsistent entre eux et nous : parce qu’ils sont lâches et ne sont pas de hommes, ils nous ont frappés dans le dos.
Et parce que nos résistants sont des hommes courageux, ils les ont attaqués de face

Deuxième différence : les israéliens n’ont pas osé revendiquer leur opération alors que la résistance a revendiqué la sienne peu de temps après sa réalisation dans le communiqué numéro 1.

Raison pour laquelle, il en résulte jusqu’à présent qu'ils n’ont récolté que la déception et les remords, alors que nous avons récolté la dignité et la victoire. De surcroit, nos martyrs iront au paradis et leurs tués en enfer !

 Je dois adresser les remerciements et les salutations aux combattants de la résistance et à leur direction pour avoir exécuté cette opération au cœur de l’ennemi et j’embrasse leurs mains pures et leurs fronts dignes.


Le raisonnement stupide

Je veux mettre l’accent sur deux ou trois points de vue

1- Les israéliens ont découvert, en pleine campagne électorale que le raisonnement de leur direction politique, militaire et sécuritaire était stupide.
Toutes leurs estimations et prévisions étaient erronées et leur direction les a mis au bord de grands dangers qui peuvent menacer leur existence, leurs intérêts, leur économie et tout ce qu’ils ont...

2- Cet assassinat a finalement eu les résultats inverses à ceux escomptés
L’armée israélienne est incapable de faire face à la détermination de la résistance

Cet Israël que nous avons vaincu en l’an 2000 et 2006 et celui que la bande de Gaza a vaincu, il est certes plus fragile que la toile d’araignée.

3- la résistance a fait preuve qu’elle est en parfaite disposition et qu’elle est douée de courage et de sagesse.

4- les groupuscules takfiristes, surtout ceux présents à la frontière dans le Golan sont les alliés naturels de l’ennemi israélien. Ils sont une nouvelle armée lahdéene (Armée du Liban sud –ALS- qui avait collaboré avec Israël) avec une bannière islamiste

La résistance non dissuadée

Et pour en finir nos positions :

1- je certifie et confirme de nouveau tout ce j’ai dit durant l’interview de la télévision al-Mayadeene sur le conflit israélien...

2- le message les plus important est celui-ci, adressé aux Israéliens, à nos amis nos bien-aimés dont nous prenons en considération leurs intérêts

Je vais le dire en arabe soutenu pour bien le traduire en hébreux :  
Cette résistance n’est pas du tout dissuadée, elle est sage certes mais non dissuadée. Il y a y une différence entre le fait d’être sage et courageux, et le fait d'être lâche et incapable. La lâcheté et l’impuissance n’ont rien à voir avec la sagesse

Si l’ennemi pense qu’elle est dissuadée et qu’elle craint la guerre, je lui dis aujourd’hui, en cette occasion, que nous ne craignons pas la guerre et n’avons pas peur d’elle, et si elle nous est imposée, nous la mènerons et la gagnerons aussi.

Les israéliens ne devraient pas se tromper dans leurs calculs
Ce n’est parce qu’il y a eu l’opération de Chébaa, et mes propos ne relèvent pas de la guerre psychologie...

3-Aux amis je dis : il y a une grande différence entre le fait de vouloir éviter la guerre, et la craindre. Les Libanais devraient faire la distinction pour prendre position. Nous nous comportons avec responsabilité, nous ne voulons pas aller en guerre main ns n’avons pas peur d’elle parce que ns sommes ses hommes ses combattants et les faiseurs de son triomphe

 

Aucune règle d'engagement, aucune division territoriale

Aujourd’hui, après l’opération de Quneitra et la riposte de Chébaa nous dans la résistance islamique au Liban ne sommes concernés par aucune règle d’engagement, ni par les divisions territoriales sur place... Il est de notre droit religieux, moral, légitime et en fonction du droit internationale de faire face à une offensive israélienne, à l'endroit où nous voulons et au moment que nous décidons...  

4- Nous avons entendu les israéliens, surtout Netanyahou, après avoir avalé l’opération de Chébaa, dire qu’ils se contenteront de ce stade mais que celui qui est derrière l’attaque en paiera le prix

Permettez-moi d’être plus précis et de dire ce que nous avons compris par ces propos.
Nous avons compris que les Israéliens fuient la confrontation militaire mais qu’ils iront chercher es jeunes qui ont réalisé l’opération pour les liquider, l’un après l’autre
C’est ce que nous avons compris.


L'assassinat des cadres sera vengée

Oui il est vrai que dans le passé nous faisions la distinction entre deux sortes d’assassinat : entre celui des martyrs de Quneitra par exemple, qui est perpétré par des moyens militaires et celui de Hassan Lakkis par exemple, réalisé selon des procédés sécuritaires
Le militaire entrainait la riposte de notre part, mais en cas de liquidation nous étions plus circonspects.

Mon message, à partir d’aujourd’hui, est qu’au cas où n’importe quel cadre du Hezbollah est tué, nous en incomberons la responsabilité à l’ennemi israélien et nous le vengerons le moment et le lieu propices.
La guerre est certes un face-à-face: un jour pour vous et un autre contre vous

Un commentateur a dit que l’opération de Chébaa est plus qu’une vengeance mais moins qu’une guerre. Ceci est tout à fait vrai.  Elle n’a pas encore révélé tous ces dessous et mérite toutes les recherches et les études...

POur finir, depuis 1982 nous concluons de la mêne façon et je vais le redire aujourd'hui: La résistance est la seule solution et les convois des martyrs pavent la voie de la victoire.
 

FIN