26-09-2021 04:40 AM Jerusalem Timing

J-6 de l’agression contre le Yémen : Une trentaine de martyrs et blessés

J-6 de l’agression contre le Yémen : Une trentaine de martyrs et blessés

Boroujerdi appelle à l’arrêt immédiat de l’agression pour éviter l’expansion de cette crise dans la région. L’Iran a envoyé de l’aide médicale au Yémen

L’agression saoudo-américaine contre le Yémen s’est poursuivi pour la 6ème journée consécutive.

14 nouveaux civils sont tombés en martyre, dont 4 enfants et 28 autres ont été blessés par un raid saoudien visant mardi matin des domiciles et des stations pétrolières dans le district de Yarim dans la province d’Ibb (centre), a rapporté notre correspondant au Yémen.

Les avions de chasse saoudiens ont également visé des quartiers résidentiels à Sanaa, dont notamment Bani Hawat au nord de la capitale. Des dizaines de personnes sont tombées en martyre et plusieurs autres blessés, selon des sources yéménites, citées par la chaine iranienne arabophone AlAlam.

Les raids ont causé la destruction de plusieurs domiciles. Un bon nombre d’habitants ont fui Bani Hawat.

Et puis, des sources yéménites cités par la chaine AlManar ont fait état de plusieurs missiles tirés à partir de l’Arabie contre les régions frontalières du Yémen, notamment Chada et Hassama.

Coalition nationale contre l’agression saoudienne

Au niveau politique, plusieurs organisations humanitaires et partis politiques ainsi que des institutions militaires yéménites se sont unis pour former une coalition face à l’agression contre leur patrie.

Les participants à cette coalition baptisée « coalition nationale de résistance face à l’agression saoudienne contre le Yémen » se sont dits déterminés à riposter à cette agression par tous les moyens disponibles et sur tous les niveaux.

La coalition yéménite a condamné le bombardement saoudien des quartiers résidentiels et la destruction de l’infrastructure du pays.

Boroujerdi appelle à l’arrêt immédiat de l’agression

De son côté, le président de la commission des affaires étrangères au Parlement iranien, Aleddine Boroujerdi, a réitéré que l’agression contre le peuple yéménite opprimé est un signe de faiblesse et non pas de force.

Boroujerdi a appelé à l’arrêt immédiat de l’agression contre le Yémen pour éviter l’expansion de cette crise dans la région.

Selon un autre responsable iranien, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian , "l'attaque saoudienne" au Yémen pourrait mettre en danger l'ensemble du Moyen-Orient.
"Le feu de la guerre" poussera "toute la région à jouer avec le feu" et "ce n'est pas dans l'intérêt des nations" qui la composent, a-t-il dit en marge d'une conférence de pays donateurs pour la Syrie qui s'est tenue au Koweït.
   "Nous nous opposons fermement à la solution militaire au Yémen" et "nous pensons que l'attaque militaire saoudienne contre le Yémen est une erreur stratégique", a-t-il ajouté.

 Selon M. Amir-Abdollahian, "la solution doit être politique au Yémen et, pour parvenir à une solution politique, les opérations militaires doivent s'arrêter immédiatement".
Il a qualifié "d'agression extérieure" la campagne aérienne actuelle, tout en estimant que Téhéran et Ryad étaient "capables de coopérer et de trouver un compromis au Yémen", la même chose étant susceptible selon lui de s'appliquer à la Syrie.
   
Plus tôt, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal, avait dénoncé le "soutien" apporté par l'Iran aux rebelles chiites qui ont d’après lui "déstabilisé" le Yémen, prétendant que son pays n'avait pas cherché "la guerre".


De l'aide iranienne

Ce mardi, l'Iran a aussi envoyé au Yémen de l'aide humanitaire, la première depuis le lancement la semaine dernière de frappes aériennes d'une coalition arabe menée par l’Arabie saoudite contre les combattants d’Ansarullah, soutenus par de pans importants de l’armée yéménite.
   
"La cargaison comprend 19 tonnes de médicaments et de matériel de santé, des produits vitaux et deux tonnes de nourriture", a indiqué le docteur Nasser Charkhsaz, directeur du Croissant rouge iranien pour la télévision officielle iranienne.
 
La télévision a indiqué que le matériel avait été envoyé par voie aérienne mais n'a pas dit dans quelles villes du pays, dont de nombreuses régions sont tombées aux mains des rebelles ces derniers mois.

"Plusieurs vols civils ont transporté de l'aide médicale et hygiénique qui a été remise au Croissant rouge yéménite", a indiqué pour sa part Marzieh Afkham, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, citée par l'agence officielle Irna.
Elle a affirmé que l'Iran était prêt à aider à soigner des blessés au Yémen.
   
Mme Afkham a qualifié les accusations selon lesquelles son pays envoie des armes aux rebelles houthis, de "mensonges éhontés", estimant toutefois que   "ces accusations ne peuvent en aucun cas justifier une frappe militaire au Yémen".
 
 
Rappelons que l'agression militaire contre le Yémen a été déclenchée après les succès enregistrés sur le terrain , notamment la reprise de la ville stratégique d'Aden (sud) par l’armée Yéménite et les forces révolutionnaires d’Ansarullah (Houthis). Ces derniers luttent contre les takfiristes d'AlQaida et Daesh et contre les forces du président démissionnaire Abed Rabbo Mansour Hadi qui a fui le pays pour se réfugier en Arabie.

 

 

Sources: Al-Manar +al-Alam+ AFP