22-02-2020 01:11 PM Jerusalem Timing

Les pays du Maghreb veulent renforcer la surveillance du recrutement terrorist

Les pays du Maghreb veulent renforcer la surveillance du recrutement terrorist

"Le Conseil a appelé à renforcer la surveillance sur les réseaux internet, particulièrement les réseaux sociaux qui comptent parmi les moyens les plus importants utilisés par les criminels pour attirer les jeunes".


   Les ministres de l'Intérieur des cinq pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA) ont adopté jeudi à Nouakchott une stratégie contre le terrorisme et le crime organisé qui prévoit notamment une surveillance accrue du recrutement terroriste sur internet.

   Le ministre mauritanien de l'Intérieur, Mohamed Salem Ould Ahmed Rare,
s'est félicité de l'adoption d'un "document essentiel et déterminant" au terme
d'une réunion d'un jour des cinq ministres de l'UMA.

   "Le Conseil a appelé à renforcer la surveillance sur les réseaux internet,
particulièrement les réseaux sociaux qui comptent parmi les moyens les plus
importants utilisés par les criminels pour attirer les jeunes", indique un
communiqué publié au terme de la réunion.

   "Les groupes terroristes utilisent ces réseaux pour embrigader les jeunes
et les envoyer dans les zones de conflits", précise le texte qui donne
également mandat aux Etats pour "renforcer le contrôle sur les opérations de
blanchiment d'argent afin de tarir les sources de financement des terroristes".

   Les ministres "sont convenus d'adopter une approche globale qui prenne en
compte tous les aspects, culturels, pédagogiques, religieux, économiques et
sociaux pour traiter les causes profondes des défis sécuritaires" que doivent
relever ces cinq pays.

   Soulignant "l'ampleur des évolutions et graves événements qui ont marqué le
Maghreb et son voisinage régional", ils ont décidé "d'accentuer les échanges
d'information et de coopérer pleinement pour juguler le fléau du terrorisme et
du crime organisé".

   Le secrétaire général du ministère libyen de l'Intérieur, Oumar el-Debach,
a déploré la situation dans son pays, affirmant que les "organisations
terroristes telles que Al-Qaïda et +l'Etat islamique en Irak+ cherchent à faire
de la Libye une base pour leur action dans la région et dans le monde entier,
en raison de l'absence de l'Etat".

"Ces organisations ne reculent devant rien, ne reconnaissent ni démocratie
ni droits de l'Homme. Elles doivent être fortement combattues pour faire
disparaître le danger qu'elles font courir au monde entier", a-t-il plaidé.

Le groupe ultra-radical Daech (ou EI) a pris pied en Libye à la faveur du
désordre dans le pays livré aux milices et dirigé par deux gouvernements
rivaux. Il contrôle notamment des zones dans la région de Syrte, ville côtière
à 450 km à l'est de Tripoli.