18-02-2020 10:05 PM Jerusalem Timing

L’Irak accuse le Qatar d’ingérence dans ses affaires

L’Irak accuse le Qatar d’ingérence dans ses affaires

Le ministère des affaires étrangères irakien villipende la conférence sur l’Irak de Doha..

Le ministère irakien des Affaires étrangères a considéré la tenue d’une conférence  sur l’Irak à Doha comme "une ingérence arrogante dans les affaires intérieures de ce pays", a rapporté le quotidien libanais asSafir.

Selon le site d’informations irakien Al-Massala, le porte-parole de la diplomatie irakienne Ahmed Gamal, s’est dit étonné "de voir se tenir une conférence politique sur l’Irak à Doha sans qu’on en informe Bagdad. IL a condamné la participation à cette conférence de certaines figures irakiennes poursuivies par la justice pour des dossiers terroristes".

 « De telles démarches s’avèrent une ingérence évidente dans les affaires internes de l’Irak et une violation manifeste du principe de respect réciproque de la souveraineté des pays dans leurs relations. », a fait remarquer le responsable irakien, ajoutant que le ministère irakien des Affaires étrangères s'attend à des explications du gouvernement qatari à ce sujet.

« La tenue de toute conférence sans en informer Bagdad est inacceptable et jugé comme une insulte aux relations Doha/Bagdad », a-t-il insisté.

Rappelons que le gouvernement du Qatar a parrainé, la semaine dernière, une conférence à laquelle participaient des personnalités politiques irakiennes poursuivi par la justice  irakienne comme par exemple l'ancien ministre des Finances Rafi al-Issawi et l'ancien vice-président Tareq al-Hashemi .

Un membre du bloc irakien de « l'Union des Forces» ,  Nora Albjara, s'est offensée de la réaction du ministère des Affaires étrangères en répondant :  «l'objection du  gouvernement et de certains  partis politiques contre la tenue de  la conférence au Qatar, est en fait une  objection contre la présence de personnalités politiques appartenant à l'opposition  envers le gouvernement actuel . Si le gouvernement veut parler d'ingérence alors qu'il cesse l'ingérence de tous les pays sans exception  y compris l'Iran. »

Et d'ajouter :  «si le gouvernement veut qu'on cesse  de s'ingérer dans les affaires intérieures, il devrait commencer à élaborer une véritable réconciliation», soulignant que  «l'État du Qatar a une influence réelle en Irak  et donc le gouvernement devrait renforcer la coordination avec lui et non créer de nouveaux ennemis dans la région».

Par ailleurs, , les forces irakiennes ont commencé il y a quelques jours à utiliser des avions de chasse de type F-16 «  récemment délivrés par  de Washington à l'armée irakienne afin de mener  des frappes aériennes contre Daech».

Le commandant de la Force aérienne irakienne , le  lieutenant-général Anwar  Amin, a affirmé lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense, que "l'utilisation de ces chasseurs a commencé le 2 du mois courant" et qu' "au cours des quatre derniers jours  15 raids ont été effectué contre des cibles précises".

Il a souligné que "ces chasseurs utilsent des armes intelligentes dans des raids  contre Daech sans préciser la nature de ces armes".