03-12-2016 11:55 PM Jerusalem Timing

Ay.Khamenei:7000 morts à Mina, une tragédie pénible qui ne doit pas être oubliée

Ay.Khamenei:7000 morts à Mina, une tragédie pénible qui ne doit pas être oubliée

"Il aurait fallu que des voix de protestation dans le monde musulman s’élèvent après la tragédie de Mina, mais malheureusement seule la voix de la République islamique d’Iran s’est élevée".

Le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Sayyed Ali Khamenei a affirmé  lors d'une réunion avec les responsables des affaires du Hajj que "la tragédie de Mina est pénible et inattendue et ne doit pas être oubliée". Et de révéler que "7000 musulmans ont péri suite à ce drame".

L’ayatollah Khamenei a critiqué" le silence de certains pays musulmans envers la tragédie de Mina" estimant que "les gouvernements occidentaux et leurs institutions qui prétendent défendre les droits de l'Homme ont choisi le silence autour de la tragédie de Mina, pour ménager l'Arabie saoudite".

Il a appelé le  corps diplomatique  et l'organisation du Hajj de Mina à poursuivre cette affaire de manière déterminée: " il aurait fallu que des voix de protestation dans le monde musulman s'élèvent après la tragédie de Mina, mais  malheureusement seule la voix de la République islamique d'Iran s'est élevée".

Son éminence s'est s'est étonné que "les gouvernements qui ont perdu des pèlerins à Mina n'aient émis aucune protestation valable" ajoutant  que "les responsables iraniens, notamment le corps diplomatique doit  discuter avec les gouvernements et étudier les moyens afin d'empêcher qu’une telle  tragédie se répète."


Et d'ajouter :" Les apparences montrent que ce drame s’est produit à cause de l’insouciance de l’Etat hôte des cérémonies. Mais en tout état de cause, il ne s’agit pas d’une affaire politique ; il s’agit de milliers de musulmans qui habillés en vêtement d’Ihrâm qui ont perdu la vie alors qu’ils observaient des prières et cérémonies du Hajj et cette affaire doit être suivie avec sérieux ".

 D'après lui, une autre question doit être suivie, celle du "silence de mort des institutions des Droits de l’Homme en Europe ou aux Etats-Unis qui parfois se soulèvent pour la mort d’une seule personne et se livrent à un véritable tapage à l’échelle mondiale".

"Dans cette affaire, ils  ont choisi le silence pour sauvegarder les intérêts d’un Etat qui est leur allié. S’ils étaient honnêtes, ces prétendus défenseurs des droits de l’Homme  auraient exigé une enquête, demander des indemnisations, poursuivre les responsables de ce drame afin de les juger, et aussi de formuler les garanties nécessaire afin  que cet incident ne se reproduise plus jamais ", a conclu le Guide suprême de la Révolution islamique.