16-09-2019 07:43 PM Jerusalem Timing

Poutine : les besoins de gaz dans le monde vont augmenter de 32% d’ici 2040

Poutine : les besoins de gaz dans le monde vont augmenter de 32% d’ici 2040

Le président russe Poutine a levé lundi l’embargo sur les livraisons des équipements nécessaires à l’Iran pour acheminer vers la Russie les surplus de son uranium enrichi.

La demande mondiale de gaz augmente considérablement, des gazoducs supplémentaires doivent être construits et il faut accroître les livraisons de gaz naturel liquéfié, a déclaré le président russe lors du sommet du Forum des pays exportateurs de gaz.

La hausse de la demande de gaz ouvre de nouvelles possibilités pour la production et l’exportation de l’or bleu, estime l’homme fort du Kremlin. Mais en même temps, cela représente un défi. «Il faudra accélérer considérablement l’exploitation des gisements, construire des gazoducs supplémentaires et créer des routes pour livrer le gaz naturel liquéfié», a-t-il précisé.

Vladimir Poutine a reconnu que des plans aussi ambitieux demandent des investissements. Dans ce contexte, il a appelé à ne pas refuser «la pratique vérifiée depuis longtemps de la conclusion des contrats à long terme et l’utilisation du principe d'enlèvement ferme (take or pay).

Par ailleurs,le président russe Poutine a levé lundi l'embargo sur les livraisons des équipements nécessaires à l'Iran pour acheminer vers la Russie les surplus de son uranium enrichi.

Cette mesure met les restrictions sur la coopération entre la Russie et l'Iran en conformité avec le Plan d'action global conjoint relatif au programme nucléaire iranien. La décision du chef de l'Etat russe prévoit notamment la levée de l'embargo sur les livraisons, la vente et le transfert de matériaux, d'équipements, de marchandises et de technologues nucléaires, sur l'octroi de l'assistance financière et technique à l'Iran, ainsi que sur la formation de spécialistes iraniens.

Selon les termes de l'accord conclu entre Téhéran et les six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire (Russie, Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), l'Iran s'est engagé à transférer à l'étranger 98% de son uranium enrichi, à ne pas enrichir de l'uranium au-delà de 3,67% — et ce, pendant 15 ans — et à ne pas posséder plus de 300 kilogrammes d'uranium enrichi