18-02-2020 11:00 AM Jerusalem Timing

Nigeria/HRW: des centaines de chiites tués dans une attaque "injustifiée"

Nigeria/HRW: des centaines de chiites tués dans une attaque

"Les corps des centaines de Nigérians ont été jetés dans des fosses communes", a dénoncé mercredi l’organisation Human Rights Watch (HRW).

Des centaines de musulmans chiites ont été tués en décembre lors d'une attaque "injustifiée" de l'armée nigériane dans le nord du pays et leurs corps ont été jetés dans des fosses communes, a dénoncé mercredi l'organisation Human Rights Watch (HRW).

Les soldats ont tué par balles "au moins 300" membres du Mouvement islamique du Nigeria (IMN) "sans qu'il y ait eu de provocation préalable", a déclaré l'ONG basée à New York, dans un communiqué.

L'armée avait donné l'assaut à la mi-décembre contre le fief des militants du Mouvement pro-iranien à Zaria, les accusant d'avoir tenté d'assassiner le chef d'état-major des armées nigérian après que son convoi avait été bloqué par une barricade lors d'une cérémonie religieuse. L'IMN a démenti la version de l'armée.

Le cheikh Ibrahim Zakzaky, chef de l'IMN, avait été gravement blessé dans les affrontements et a été arrêté.

Selon un porte-parole du mouvement, de nombreux fidèles avaient été tués et leurs corps avaient été évacués dans des camions militaires.

Selon HRW, des témoins affirment que les soldats ont jeté des centaines de corps dans des fosses communes, ce qui rend difficile l'établissement d'un bilan précis.

"Il est presque impossible de comprendre comment une barricade érigée par des jeunes hommes en colère a pu justifier le meurtre de centaines de gens", a déclaré Daniel Bekele, directeur de l'ONG pour l'Afrique.

"Il s'agit au mieux d'une réaction disproportionnée, et au pire d'une attaque planifiée sur un groupe chiite minoritaire", a-t-il ajouté.

Les relations entre les autorités et l'IMN, sont tendues depuis longtemps et ont déjà conduit à des confrontations.

Cheikh Zakzaki accusait des dirigeants de l’armée d’entretenir des liens avec le groupe takfiriste Boko Haram. Il critiquait également les liens entre les autorités nigérianes et « Israël ».