19-09-2019 07:42 PM Jerusalem Timing

Syrie: Image du raid qui a tué Allouche. Son successeur nommé. Le Nosra le salue

Syrie: Image du raid qui a tué Allouche. Son successeur nommé. Le Nosra le salue

Le départ de Daesh et du front al-Nosra du sud de Damas est suspendu.

La milice pro saoudienne Jaïch al-Islam tente tant bien que mal de sauver la face. Ayant perdu vendredi soir son fondateur Zahrane Allouche et ses principaux leaders, militaire et religieux, elle a rejeté la version qui a été diffusée sur les conditions de leur mort.

Dans un communiqué lu par des membres de la milice, et filmé en vidéos, elle a déclaré qu’il a été tué lors des accrochages sur le front al-Marj où des combats violents ont lieu avec l’armée syrienne.

Pourtant, Vendredi, aussi bien par des sites des coordinations de la révolution syrienne que des medias de l’opposition avaient assuré qu’il a succombé lors d’un raid aérien sur le lieu d’une réunion. La télévision de l’opposition syrienne Orient News a dans sa version précisé qu’il est mort dans des frappes russes.

Sachant que c’est l’armée syrienne qui a revendiqué la responsabilité du raid.

«  Après une série d’opérations de surveillance et a la lumière de renseignements fournies par des citoyens honnêtes, les forces aériennes de l’Armée Arabe syrienne ont effectué un raid contre les attroupements des organisations terroristes et leurs sièges dans la Ghouta orientale dans la province de Damas. Il en a découlé la mort du terroriste Zahrane Allouche , le leader de la soi-disant « Jaïch al-Islam » et un grand nombre de chefs des organisations Jaïch al-Islam, Brigades al-Rahmane, et du mouvement Ahrar al-Shcam », qui sont responsables des tirs meurtriers contre les quartiers résidentiels de la capitale Damas et ses banlieues », a indiqué un communiqué de l’AAS publié par l’agence officielle Sana.

Images videos

Le service Média de guerre de la Resistance a publié dans la soirée une vidéo aérienne filmant les raids contre ces sièges situés dans une ferme dans la localité d’Otaya, proche de l’aéroport Marj al-Sultane qui a été libéré par l’armée syrienne la semaine dernière.

Selon le Média de guerre, parmi les tués de Jaïch al-Islam figurent le frère de Allouche, Mahmoud, le numéro deux de la milice Abou Mohammad al-Zaibak, le porte-parole de son état-major Hamzé Birkadar, ainsi que le membre de son instance religieuse Abou Suleimane Tayfour.

Sans oublier comme tués aussi Abdel Nasser Chamir qui est le chef de la Brigade al-Rahmane, l’alliée de Jaïch al-islam dans la Ghouta, ainsi que le responsable des relations publiques du front al-Nosra le jordanien Abou Chamel.

Quant au reponsable du mouvement Ahrar al-Cham, Adel Qassem,  qui était présent à la rencontre, il a été grièvement blessé. Selon le site d'information syrien de l'opposition, al-Dourar al-Shamiyya, la branche d'al-Qaïda en Syrie a rendu hommage à Allouche. "Le cheikh moujahid Mohammad Zahrane Alluoche a succombé en martyre après plusieurs années de sacrifices durant lesquelles il a combattu aux confins de Damas les nassirites (alaouites, ndlr) et les rafidites (chiites, ndlr)", est  écrit dans son communiqué. 

Selon des sources sécuritaires citées par le site al-Hadath news, l’opération a été menée a bien grâce au recoupement d’informations d’intelligence des services russes et syriens qui œuvraient depuis plusieurs mois pour traquer Allouche .

Le nouveau chef

Entretemps, la milice Jaïch al-islam a désigné celui qui allait succéder à Zahrane Allouche, un inconnu des médias qui s’appelle Issam al-Bouwaydani.

Né en 1975 dans la ville de Douma, et ayant fait des études en théologie à Damas, il a avant la guerre travaillé dans le commerce et dans les affaires. Il a dirigé au sein de Jaich al-Islam plusieurs brigades, dont "Bilal Ben Rouh-Allah", puis celle des "Ansra-Allah", avant d’être désigné comme chef des opérations de Jaïch al-Islam.

Dernières informations venant de la Ghouta orientale ce samedi après midi: le couvre-feu a été décrété dans ce quartier de l'est de Damas, où les miliciens de Jaïch al-Islam mènent une campagne de perquisitions auprès  des miliciens d'un autre groupe, Brigade de la Oumma.  


L’évacuation de Daesh suspendue
   
Entre temps, c’est la mise à exécution de l’accord conclu vendredi pour l’évacuation des miliciens de Daesh et du front al-Nosra de trois quartiers du sud de Damas qui a été "suspendu".

"L'évacuation des combattants de Daesh et d'autres groupes du quartier de Hajar al-Aswad a été suspendue, et les bus qui devaient les transporter sont repartis, en raison de la mort de Zahrane Allouche", a indiqué une source sécuritaire proche des négociations.
   
La source a précisé que "1.200 personnes devaient partir samedi, mais la mort de Zahrane Allouche fait que nous sommes de retour à la case départ".
 "Jaich al-Islam devait sécuriser le passage à travers les régions à l'est de Damas", pour les bus qui devaient se rendre à Raqqa, a expliqué cette source.
   
Une autre source proche du dossier a expliqué que "l'accord était toujours sur la table" mais que "son application avait été retardée, en raison de questions logistiques".
 
C’est aussi l’avis du directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme Rami Abdel Rahmane  selon lequel l'accord a été gelé et non annulé à cause de questions logistiques, liées d’après lui à "la difficulté de sécuriser le passage".

Terrain : Qalamoune, Zabadani, Bochkoy

Ailleurs en Syrie, il est question selon le correspondant d’al-Manar de plusieurs tués et blessés dans les rangs de la milice wahhabite takfiriste Daesh dans une embuscade de l’armée syrienne contre leur attroupement dans le jurd du Qalamoune, non loin de la frontière avec le Liban.

Non loin, dans la localité de Zabadani, assiégée par la Résistance, 6 miliciens ont péri dans l’explosion de mines, alors qu’ils tentaient de s’enfuir en direction de la vallée de la localité.

Au nord de la Syrie, l’armée syrienne a avorté une tentative lancée par la branche d’Al-Qaïda en Syrie le front al-Nosra contre sa position dans la localité de Bachkoy, dans la province nord d’Alep. Il est question de pertes importantes dans les rangs des miliciens, dont 7 chefs militaires et de 3 chars ayant été détruits.

Selon l’OSDH, relayée par l’AFP, Les affrontements qui se sont dérouléS vendredi dans la localité de Bachkoy avait été précédés par un attentat suicide à la voiture piégée qui visait un rassemblement des soldats syriens, et au cours desquels il y aurait eu quelques 70 tués dans les rangs des deux parties.
 
A l'issue de ces affrontements, les groupes rebelles ont réussi à prendre le contrôle de plusieurs districts de Bachkoy, rapporte l’AFP, selon laquelle les groupes islamistes contrôlent les régions au nord et à l'ouest de Bachkoy, tandis que cette localité et les zones au sud sont aux mains des forces régulières.
   
Mais depuis la mi-octobre, avec le soutien de l'aviation russe, l'armée syrienne a étendu ses opérations militaires terrestres contre les miliciens dans le sud d’Alep. Elle a réussi à reprendre le contrôle de plusieurs régions.
 
 Sa dernière conquête a été la prise le 20 décembre dernier de la localité stratégique de Khan Toumane.

Toujours dans la province d'Alep, l'agence kurde syrienne Hawar News a  annoncé la prise du barrage de Tichrine par la milice Forces de la Syrie Démocratique, soutenue par la Coalition internationae, après de violents combats avec Daesh.

Ce barrage édifié sur l'Euphrate, au sud de la localité kurde de Kobané (Aïn al-Arab), a été sécurisé après l'expulsion de Daesh de quelque 60 km2, depuis la campagne lancée le 23 décembre, indique l'agence .