03-12-2016 11:55 PM Jerusalem Timing

Syrie:L’histoire de Madaya, otage des milices Ahrar al-Cham et front al-Nosrat

Syrie:L’histoire de Madaya,  otage des milices Ahrar al-Cham et front al-Nosrat

Les deux localités loyalistes de Fouaa et Kafraya vivent le pire sans jamais qu’aucune partie occidentale ne s’apitoie sur leur sort.

La vraie histoire de Madaya, localité syrienne proche de la frontière avec le Liban n’a rien à voir avec celle publiée par les agences de presse et surtout celles racontées dans les réseaux de socialisation.

La première chose pas du tout évoquée par l’AFP est que cette localité est occupée par deux milices takfiristes : Ahrar al-Cham et son allié le front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, qui représentent à toutes deux 90% des miliciens sur place dont le nombre est estimé à près de 600.

Ils ont afflué dans cette localité après avoir fui les combats de la localité avoisinante de Zabadani contre l’armée syrienne et les combattants du Hezbollah. Ils refusent de l’évacuer, et même de laisser sortir les habitants. Ce qui a poussé les militaires syriens et leurs alliés à la mettre sous siège.

Depuis, ces miliciens prennent sa population en otage et s’accaparent l’aide alimentaire qui lui est dépêché, accuse le Média de guerre de la Resistance dans un communiqué. Au lieu de la distribuer, ils la vendent.

La dernière cargaison date du  mois d’octobre dernier. Elle devait subvenir pour plusieurs mois à la population,  explique le texte. Le nombre des habitants est de l’ordre de 23 mille, et non de quarante mille, comme dit le savoir l’ONU. Alors que la BBC parle de 300 mille habitants!
 
Il n’y a pas eu de cas mortels non plus comme l’OSDH l’a prétendu, et qui a fait état de 10 morts pour manque de nourriture et de médicaments. Il est vrai que les chiffres de cette instance qui siège à Londres et qui prétend disposer d’un réseau de sources vastes en Syrie n’ont aucune crédibilité depuis bien longtemps. Sauf pour quelque agence.

Des photos de gens amaigris et affamés ont été publiés sur les réseaux sociaux. Les plus pénibles d’entre elles se sont avérées être des photos montées, ou reprises à d’autres occasions et n’ont aucun lien avec les gens de Madaya

Selon Pawel Krzysiek, le porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ces photos ne peuvent être vérifiées. Il n’a pas fait état de morts, lors de son entretien avec la chaine arabophone al-Mayadeen.

« Madaya n’est entré dans le conflit et le siège que lorsque les miliciens l’ont utilisée comme centre à partir duquel il mènent leurs attaques contre l’armée syrienne et la résistance à Zabadani pour changer le cours de la bataille », explique le texte du Media de guerre de la Résistance.

De plus, elle fait partie de l’équation Zabadani, Fouaa-Kefraya, ces deux localités loyalistes de la province d’Idleb qui ont perdu plus de 400 de leurs habitants dans les tirs de mortiers de la milice Jaich al-Fateh (front al-Nosra et Cie). Ces deux localitee subissent un siège inhumain et jamais aucune partie occidentale ne s’apitoie sur le sort. Comme l’a fait le gouvernement français mercredi pour Madaya.

Ainsi, ce n’est qu’après avoir obtenu l’assurance que ces deux localités pourront recevoir de l’aide alimentaire que les autorités syriennes ont autorisé ce jeudi soir l'ONU à en acheminer aussi à Madaya.