19-03-2019 10:53 PM Jerusalem Timing

Pétrole: le Koweït prévoit un déficit record dans son prochain budget

Pétrole: le Koweït prévoit un déficit record dans son prochain budget

Les recettes pétrolières prévues en 2O16/2017 seront en baisse de 46% par rapport à l’actuel exercice et de 74% par rapport à celui de 2014/2015

Le Koweït, membre de l'Opep, prévoit un déficit record dans son prochain budget qui commence le 1er avril en raison de l'effondrement des cours du brut, a indiqué jeudi le ministère des Finances.
   
Le déficit pour l'exercice 2016/2017 est estimé à 11,5 milliards de dinars (38 milliards de dollars), soit 30% du PIB, sous l'effet de la chute des recettes pétrolières de l'émirat du Golfe, a ajouté le ministère sur son compte Twitter.
   
Les dépenses devraient être de l'ordre de 18,9 milliards de dinars (62,4 milliards de dollars), en baisse de 1,6% par rapport à l'exercice en cours, selon le ministère.
   
Les revenus seraient de 7,4 milliards de dinars (24,4 milliards de dollars), dont 19,1 milliards de dollars de recettes pétrolières, représentant seulement 78% des revenus de l'Etat.
   
Avant l'effondrement des cours du brut, les recettes pétrolières représentaient plus de 94% des revenus du Koweït.
   
Le budget a été approuvé mercredi soir lors d'une réunion du gouvernement et du Conseil supérieur de la planification.
   
Les recettes pétrolières prévues en 2O16/2017 seront en baisse de 46% par rapport à l'actuel exercice et de 74% par rapport à celui de 2014/2015, selon le ministère.
   
Elles ont été calculées sur la base d'un prix de 25 dollars le baril, contre 45 dollars pour l'actuel exercice.
   
Le brut koweïtien a plongé à 19 dollars le baril la semaine dernière, avant de se reprendre pour s'échanger actuellement autour de 23 dollars.
   
Le gouvernement a prévu un déficit de 23 milliards de dollars pour l'actuel exercice fiscal, qui court jusqu'au 31 mars, le premier après 16 ans d'excédents budgétaires.
   
L'émirat du Golfe, qui compte une population autochtone de 1,3 million d'âmes, s'est constitué ces dernières années des réserves en devises de quelque 600 milliards de dollars.
   
Toutes les monarchies du Golfe ont enregistré des déficits budgétaires après que les prix du brut ont perdu 75% de leur valeur depuis la mi-2014.
Elles ont, en conséquence, annoncé des mesures d'austérité, incluant un relèvement des prix des carburants, de l'électricité et de l'eau, largement subventionnés dans ces pays.