25-06-2019 08:40 PM Jerusalem Timing

Cuba s’engage à diversifier ses relations commerciales face aux Etats-Unis

Cuba s’engage à diversifier ses relations commerciales face aux Etats-Unis

Plusieurs grandes entreprises françaises ont investi à Cuba.

Le ministre cubain du Commerce extérieur, Rodrigo Malmierca, a assuré mardi à Paris que son pays s'engageait à diversifier ses relations commerciales pour ne pas dépendre uniquement des Etats-Unis, une fois l'embargo levé, et a garanti à la France que ses groupes ne seraient pas écartés.

"Je peux vous assurer que nous n'avons pas du tout l'intention que les
entreprises des Etats-Unis écartent celles des autres pays qui ont travaillé
avec nous avec succès depuis longtemps", a affirmé le ministre lors d'une
conférence organisée au siège du patronat français (Medef), en réponse, a-t-il
dit, aux inquiétudes manifestées récemment par certains groupes français.

 "Logiquement, nous n'allons pas bloquer les entreprises américaines. Elles
seront aussi les bienvenues", a-t-il toutefois indiqué, lors d'une intervention
en marge de la visite d'Etat à Paris du numéro un cubain, Raul Castro.   

Malmierca a insisté sur le besoin "de ne pas dépendre d'un seul marché",
soulignant que son pays ne voulait plus se retrouver dans la même situation que
par le passé, quand il dépendait de l'Espagne à l'époque coloniale, des
Etats-Unis après l'indépendance, et aussi de l'URSS après l'arrivée de Fidel
Castro au pouvoir, en janvier 1959.

"Nous avons une forte vocation à diversifier nos relations économiques",
a-t-il insisté, précisant que les investissements étrangers étaient souhaités
dans des secteurs comme le tourisme, les transports ou la construction, mais
écartant d'ouvrir le marché des télécoms.

  Le vice-président du conseil des ministres, Ricardo Cabrisas, a lui aussi
insisté sur "l'essor du tourisme à Cuba", qui a accueilli 3,5 millions de
voyageurs l'an dernier, un chiffre qui pourrait doubler le jour où les citoyens
des Etats-Unis pourront se rendre librement sur l'île.

  Les autorités cubaines se sont aussi efforcées de rassurer les entreprises
françaises, affirmant que La Havane faisait des efforts importants pour
éliminer les difficultés bureaucratiques et faciliter les accords avec des
entreprises locales.

  Plusieurs grandes entreprises françaises ont investi à Cuba, à commencer
par le groupe Pernod-Ricard qui y produit le rhum Havana Club, mais aussi
Alcatel-Lucent dans les télécommunications ainsi que Total et Alstom dans
l'énergie.
   Mais avec un volume de quelque 180 millions d'euros annuels, les échanges
commerciaux restent à un niveau très faible.