22-09-2019 05:22 AM Jerusalem Timing

Rohani met en garde le sommet d’Istanbul contre toute tentative de division

Rohani met en garde le sommet d’Istanbul contre toute tentative de division

Il a critiqué ensuite "ceux qui ont accordé leur aide financière et militaire aux groupes extrémistes et terroristes au nom de l’islam, alors que ces fonds devaient être utilisés pour soutenir le développement des pays musulmans".

Le président de la République islamique d'Iran , Hassan Rohani a affirmé au cours de la séance d'ouverture du sommet d'Istanbul qu"il n'est pas permis au cours du sommet de  l'Organisation pour la coopération islamique, cette organisation qui s'est fondée sur  l'unité, d'entendre des paroles ou des positions qui puissent encourager la division de la nation islamique, et que toute action qui invite à la division ou à la séparation  manque de crédibilité et elle est sans fondement.

Selon la chaine satellitaire iranienne alAlam, le président Rohani a estimé "que le monde islamique ne mérite pas de tomber dans les méandres de l'insécurité, de la violence et du terrorisme organisé , ni de souffrir de l'ignorance généralisée et du sous-développement. Notre nation mérite une place de valeur parmi les nations. Et cela n'est possible que si l'on réfléchit sur  la situation actuelle du monde ".

Il a affirmé : "Il est clair pour tout le monde que l'Arabie saoudite n'est pas un problème pour l'Iran, et que l'Iran n'est pas problème pour l'Arabie saoudite. Les vrais problèmes que nous partageons tous:  sont le fanatisme, la violence et l'ignorance... Les problèmes dans le monde musulman sont  le problème de tous."

Le président Hassan Rohani a rappelé ensuite que "la République islamique d'Iran avait toujours soutenu les Etats musulmans face au terrorisme, à la violence et aux agressions étrangères.

"L'Iran avait condamné en 1990 l'agression  de Saddam Hussein contre le Koweït. En 2014, quand les terroristes takfiristes se sont rapprochés des portes d'Erbil et de Bagdad, l'Iran a accordé aussitôt son soutien  au peuple et au gouvernement irakien. Quand la Syrie a été menacée d'occupation par les terroristes, l'Iran s'est rangé du côté des Syriens."

Rohani a regretté que "le monde musulman soit  aujourd'hui  menacé par le terrorisme, la violence et l'insécurité et surtout  par les dérives idéologiques dangereuses qui prétendent representer l'Islam;  alors que les sociétés islamiques souffrent  de sous-développement économique et social".

Il a critiqué ensuite "ceux qui ont accordé leur aide financière et militaire aux groupes extrémistes et terroristes au nom de l'islam, alors que ces fonds devaient être utilisés pour soutenir le développement des pays musulmans".

 "L'Islam nous a appris que le crime est condamnable où qu'il soit perpétré. Nous condamnons les crimes commis en Palestine, à Lahore, à Beyrouth, à Damas, à Istanbul, à New York, à Paris et à Bruxelles. L'important c'est que nous devons déterminer les racines du terrorisme et faire preuve d'une véritable volonté commune pour le combattre", a ajouté le président iranien.

Dans une autre partie de son discours, le président Rohani a appelé tous les Etats membres de l'OCI "à accorder la priorité au dialogue et aux mécanismes politiques pour régler leurs différends, sans permettre aux grandes puissances et à l'ennemi israélien d'intervenir dans les affaires des pays musulmans et dans leurs relations mutuelles".

Le président Rohani  a ajouté que "le régime israélien est la source principale de la violence et de l'extrémisme dans la région".

Il a condamné la poursuite du massacre des civils innocents palestiniens dans les territoires occupés, le blocus de Gaza et la position agresive et répressive de Tel-Aviv envers les Palestiniens, une position encouragée par la communauté internationale, surtout les puissances occidentales qui s'accordent avec le régime sioniste".

 
En conclusion, le président Rohani a insisté pour que "le sommet de l'OCI sache défendre l'unité des musulmans et empêcher tout ce qui pourrait semer la division entre eux".