14-04-2021 04:29 PM Jerusalem Timing

Yémen/Houthis: L’offensive de la coalition contre Al-Qaïda vise à occuper le sud

Yémen/Houthis: L’offensive de la coalition contre Al-Qaïda vise à occuper le sud

Plus de 800 membres présumés d’Al-Qaïda auraient été tués dans l’offensive militaire de la coalition.

Le porte-parole d’Ansarullah, Mohammad Abdel Salam, a affirmé que l’offensive militaire menée par la coalition saoudienne n'est qu'un nouveau prétexte employé par l'Arabie saoudite pour occuper le sud du pays et piller ses richesses, rapporte AlManar.

"Il sera inutile de poursuivre les négociations de paix à Koweït, si la coalition saoudo-US ne veille pas au respect du cessez-le-feu", a-t-il averti.

Et d’ajouter : "la poursuite des raids de la coalition contre les villes yéménites prouvent que le cessez-le-feu annoncé n’est pas réel. Le processus des discussions à Koweït ne diffère pas des rounds de négociations à Genève, vu que l’agression militaire contre le Yémen se poursuit".

Offensive de la coalition contre Al-Qaïda dans le sud

Ces déclarations interviennent au moment où dans le sud du pays, il est question de plus de 800 membres présumés d'Al-Qaïda qui auraient été tués dans l'offensive militaire par la coalition saoudo-US.

C'est du moins ce qu'en rapporte le commandement de la coalition dans un communiqué : "L'opération s'est soldée (...) par la mort de plus de 800 membres d'Al-Qaïda et de certains de leurs dirigeants, et par la fuite des autres", rapporte l'agence officielle saoudienne SPA .

Ce bilan très lourd en pertes humaines n'a pu être confirmé de source indépendante.

Aucune précision n'a été donnée quant à d'éventuelles victimes civiles.

L'offensive, menée par les forces proches du président démissionnaire Abed Rabbo Mansour Hadi et soutenue par "des forces spéciales d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis", est destinée à permettre au gouvernement démissionnaire de "reprendre le contrôle des villes tombées aux mains d'Al-Qaïda, notamment Moukalla, considéré comme un bastion du groupe", ajoute le communiqué.

Les forces pro-Hadi, appuyées dans les airs par la coalition arabe, ont repris dimanche Moukalla, chef-lieu du Hadramout (sud-est), aux mains d'Al-Qaïda depuis début avril 2015, a indiqué à l'AFP peu auparavant un responsable militaire.

"Nous sommes entrés dans le centre de la ville (de Moukalla) et nous n'avons rencontré aucune résistance de la part des miliciens d'Al-Qaïda qui se sont repliés à l'ouest", en direction du désert dans les provinces du Hadramout et de Chabwa, a ajouté ce responsable par téléphone depuis Moukalla.

Des sources militaires proches de la coalition ont ajouté que des forces au sol émiraties avaient participé à l'opération.

Outre la prise de Moukalla, les forces pro-Hadi ont repris l'aéroport d'Al-Ryane et d'un centre militaire d'Al-Qaïda dans les environs de Moukalla ainsi que le terminal pétrolier de Mina al-Dhaba, plus à l'est, selon des sources militaires.

 

Fossé toujours aussi profond entre les parties au 5e jour des pourparlers 

Au niveau politique, les pourparlers de paix interyéménites se sont poursuivis lundi à Koweït pour la cinquième journée consécutive mais l'ONU a fait état de "divergences significatives" entre les protagonistes.

"Des divergences significatives dans les points de vue des délégations persistent, mais il y a un consensus sur la nécessité de faire la paix et d'oeuvrer à un accord", a indiqué le médiateur de l'ONU Ismaïl Ould Cheikh Ahmed dans un communiqué publié dimanche soir.

Il est à noter que la délégation nationale (Ansarullah et parti du Congrès yéménite)  insiste sur le respect du cessez-le-feu avant d’entamer les négociations politiques, alors que les représentants pro-saoudiens prônent le contraire.

Abdel Malek Fouhaidi, un représentant du parti du Congrès yéménite, allié à Ansarullah (Houthis), a affirmé: "l’Arabie  comprenne qu’elle ne réalisera rien de son agression contre le Yémen, et la solution est d’ordre politique".

Dimanche, l’armée et les forces populaires ont incendié un camion transportant des armes lors d’affrontements avec les mercenaires pro saoudiens dans le marché de Karch.

Les mercenaires de la coalition ont également poursuivi les violations de la trêve, en bombardant la région de Manoun, à Jawf.

La guerre qui ravage le Yémen a fait plus de 6.400 morts, pour la moitié des civils, et 30.500 blessés, selon des estimations de l'ONU.