02-10-2020 12:26 AM Jerusalem Timing

Brésil/corruption: Dilma Rousseff promet de "continuer à se battre"

Brésil/corruption: Dilma Rousseff promet de

La présidente brésilienne sera écartée du pouvoir pendant un maximum de 180 jours en attendant un jugement final. Elle sera remplacée par l’impopulaire Michel Temer.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a promis de "continuer à se battre" pour revenir au pouvoir en cas de destitution, dans une interview diffusée jeudi par la BBC, à quelques jours de sa très probable mise à l'écart.

"Nous allons continuer à nous battre pour retourner au gouvernement. Nous allons résister, résister et résister", a martelé Mme Rousseff, interrogée mercredi par la chaîne d'information britannique à Brasilia.

"Ce processus de destitution est illégitime, illégal", a-t-elle ajouté affirmant vouloir "lutter jusqu'au bout" pour son retour au pouvoir et "contre cette procédure d'impeachment".

"Ne comptez pas sur moi pour démissionner", a assuré Dilma Rousseff. "Si je démissionne, la preuve vivante qu'il y a un coup d'Etat (...) disparaît."

"Je risque de ne pas assister aux jeux Olympiques comme présidente", a déploré Mme Rousseff. "La crainte que ce ne soit pas moi mais une personne qui a usurpé mon poste me laisse un sentiment de tristesse et d'injustice".

Après l'approbation, le 17 avril, de la procédure d'impeachment par le Congrès des députés, les sénateurs devraient approuver la semaine prochaine l'ouverture formelle d'un procès en destitution contre Mme Rousseff.

Accusée de maquillage des comptes publics, la présidente brésilienne sera alors écartée du pouvoir pendant un maximum de 180 jours en attendant un jugement final, et remplacée par l’impopulaire Michel Temer.

Au sommet de l'Etat, M. Temer est le seul à échapper aux foudres judiciaires. Le vice-président a pourtant été cité comme bénéficiaire de pots-de-vin par plusieurs inculpés du dossier Petrobras, scandale de corruption autour du groupe pétrolier d'Etat brésilien.

"Ils peuvent bien enquêter sur moi", a affirmé Mme Rousseff. "J'accepte n'importe quelle enquête, parce que je sais que je suis innocente".

Mais "même si l'on prouve plus tard que ces accusations étaient infondées, (...) le mal est déjà fait", a-t-elle regretté.

Avec AFP