17-07-2019 11:29 PM Jerusalem Timing

Enquête sur la vie opulente de Hamad ben Khalifa Al Thani

Enquête sur la vie opulente de Hamad ben Khalifa Al Thani

La plus grande partie de sa fortune est française!

 Les fortunes des princes du "printemps arabe" sont illimitées, eux qui prônent l'appel à la démocratie et aux réformes, et à la lutte contre la corruption!


L'équipe d'investigation journalistique française au site Mediapart, l'un des sites les plus éminents et les plus crédibles du journalisme d'investigation n'a pu compter que 4.5 milliards d'euros (soit 5 milliards de dollars) des richesses de l'ancien prince du Qatar Hamad ben Khalifa al Thani, dont 3.3 milliards d'euros sous forme de biens immobiliers, exclusivement à Paris. 

Ce chiffre constitue un coup à la crédibilité des revues internationales des richissimes. "Forbes" et "Time", spécialistes des fortunes des princes, n'ont pu calculer que 1.2 milliard d'euros l'an dernier.

Avec la collaboration du journal Marianne, l'équipe française d'investigation publiera demain vendredi les résultats de l'enquête. Grâce à une recherche sérieuse—quoique non définitive-- cette équipe a pu atteindre le double de ce qu'a avancé Forbes.

D'après cette équipe, même le chiffre de 4.5 milliards d'euros ne représente qu'une partie infime de cette richesse princière de laquelle vit sa famille composée de trois épouses et de 24 fils et filles.

La richesse de l'ancien prince du Qatar, semble être purement française. On y compte des palais, des fermes, des hôtels personnels, et d'autres biens immobiliers, ainsi qu'un arsenal de 11 yachts.

Ces chiffres ne comprennent ni les comptes bancaires ni les actifs financiers, ni non plus le reste des propriétés princières hors de France. Selon les enquêteurs, "ce prince a déployé des efforts inouïs pour se dérober au paiement d'impôts, et des dizaines de compagnies sont construites pour cacher ses fortunes dans les paradis fiscaux".

L'enquête menée n'a pas pris en compte les fortunes de notre prince dans les pays du monde, comme au Qatar, en Europe, à New York, au Caire, au nord d'Afrique…

En effet, Mediapart a pu compter la richesse française du prince qatari en consultant et en analysant des centaines de documents secrets, et en recherchant la date secrète de cette richesse offshore de ce prince qui a gouverné le Qatar à l'époque du boom pétrolier et gazier de son pays entre 1995 et 2013. C'est à cette période que le Qatar est devenu le pays le plus riche au monde.

La hausse vertigineuse de la fortune de Hamad, qui était un simple millionnaire quand il a pris les rênes du pouvoir, est due aux vols impunis des Trésors de l'Etat.

Mediapart a compté 74 propriétés princières réparties de par le monde. C'est la première partie de la fortune du prince. Sans surprise aucune, le prince adore le secteur des biens immobiliers: les grands dépôts "Le Printemps" dans le prestigieux boulevard d'Haussmann et cinq hôtels "La Cigale". 

En outre, le prince a consacré 18 palais à sa famille, estimés à 1.2 milliards d'euros. Ils regroupent cinq palais ou appartements à Paris, et trois à Londres, dont trois villas donnant sur le Regent Park. Il œuvre à regrouper ces dernières pour former un palais de 250 millions d'euros.

Hamad ben Khalifa a acheté un palais personnel de 20000 m². Il possède un grand palais dans le rif britannique, une maison à Tanja donnant sur la Méditerranée, une villa somptueuse à Marrakech, une forêt pour la chasse en Belgique, un palais entouré de forêts de 32 hectares dans la ville française de Canne, un palais datant du XVIIIe siècle dans la banlieue des rois de France. Toutes ces propriétés ont nécessité des travaux de restauration à l'Etat qatari d'un montant de 120 millions de dollars.

Et pour passer ses vacances, le prince s'est procuré d'un arsenal de yachts. 500 millions de dollars pour satisfaire les membres de la famille princière. Parmi ces yachts, figure un d'une longueur de 124 m, et coute 410 millions de dollars. Le prince n'a certes payé aucun sou de sa propre fortune. C'est le Trésor de l'Etat qatari qui a pris à sa charge de payer son prix sous le titre de "la représentation diplomatique étrangère". 

La deuxième partie de cette fortune a un aspect commercial. Il s'agit de 3.3 milliards d'euros destinés aux investissements et aux gains. A la liste des investissements du prince qatari, figurent 15 mille hectares de la forêt Amazone au Paraguay, et un terrain de Golf aux Caraïbes. Mais la plupart des investissements commerciaux sont déposés dans des hôtels, des immobiliers à Bruxelles, Londres et Paris. La capitale française représente la boussole de ces investissements en raison de la loi de l'exemption fiscale, promulguée par l'ancien président français Nicolas Sarkozy au profit de ses amis qataris.

Hamad ben Khalifa possède 19 bâtiments commerciaux dans les régions les plus chères de Paris. Il a payé 250 millions d'euros pour investir dans un prestigieux palais situé au cœur de la place Vendôme.  A ce palais s'ajoute celui de la place Concorde, construit en 1770. Hamad a investi également dans plusieurs bâtiments situés dans les rues Rivoli, au Parlement, la rue de Rêne, le boulevard des Champs-Elysées, où il possède sept bâtiments, dont les salles d'exposition de Renault et Citroën. 

Malgré ces révélations, des questions liées à l'essence de la fortune de la famille Al Thani demeurent sans réponse, dans un pays fortement suspecté de corruption, à l'instar de l'enquête sur la possible fraude qatarie à la direction de la FIFA pour s'accaparer de l'organisation de la Coupe du monde.

Chose aussi surprenante est le mutisme international des cours européennes et des instances mondiales de la transparence, sur la fortune des princes arabes, elles qui poursuivent sans relâche d'anciens et d'actuels responsables en Afrique et au Moyen-Orient!   
 
Traduit du site alAkhbar