18-02-2020 11:09 AM Jerusalem Timing

Bahreïn: Comment les Bahreinis ont-ils suivi le discours de S.Nasrallah

Bahreïn: Comment les Bahreinis ont-ils suivi le discours de S.Nasrallah

Des milliers de Bahreinis, participent depuis lundi à un sit-in, devant le domicile de cheikh Qassem menacé d’être expatrié.

Malgré la suspension de la chaine AlManar par le régime bahreïni et le blocus imposé contre le village natal de cheikh Issa Qassem, les participants au sit-in à Daraz ont suivi avec attention le discours de Sayed Hassan Nasrallah via leurs portables.  

Selon le correspondant d’AlManar, les protestataires rassemblés devant le domicile de cheikh Qassem ont remercié le secrétaire général du Hezbollah pour sa fidélité et ses propos défendant leur cause.  Ils ont réitéré leur engagement à poursuivre jusqu’au dernier souffle la revendication de leurs droits équitables et la défense de l’Ayatollah Qassem, considéré comme un grand symbole de la paix à Bahrein.

Sayed Nasrallah a affirmé dans un discours vendredi que ce qui s'est passé ces derniers jours à Bahreïn est très dangereux, en allusion à la  déchéance de la nationalité de l'ayatollah cheikh Qassem.

Sayed Nasrallah a rappelé que « le mouvement pacifique des Bahreinis a été dès le début réprimé dans le sang par le régime soumis à la famille régnante en Arabie saoudite. Pourtant, les revendications du peuple appelant aux réformes étaient ordinaires et reconnues internationalement ».

Et de poursuivre : « ils ont tué le peuple, emprisonné ses jeunes, détenu des oulémas et des femmes. Ils ont déchu les oulémas de leur nationalité, et  rejeté tout appel au dialogue parce qu'à Bahreïn la famille régnante des Al-Khalifa n'a pas d'influence. Sa mission est d'obéir aux ordres de l'émissaire britannique à Manama et à la famille des Al-Saoud. Ces derniers craignent que toute réforme à Bahreïn ouvre la voie à des protestations populaires dans le royaume saoudien. Malgré cette répression, le mouvement populaire est resté pacifique. Seuls les oulémas garantissaient que la situation ne dégénère au moment où les jeunes étaient prêts à toute sorte de sacrifice. Les oulémas de Bahreïn, dont cheikh Issa Qassem, ont joué un rôle majeur dans le maintien du calme de la rue. Si quelqu'un au monde mérite le prix Nobel ce sera certes cheikh Issa Qassem ».

Rappelons que des milliers de Bahreinis, dont des centaines de femmes et d’enfants, participent depuis lundi à un sit-in, devant le domicile de cheikh Qassem, menacé d’être expatrié.