20-10-2017 08:01 AM Jerusalem Timing

Le canular d’Al-Qaïda en Syrie:le front al-Nosra écarté. Un nouveau front est né

Le canular d’Al-Qaïda en Syrie:le front al-Nosra écarté. Un nouveau front est né

Le front al-Nosra a pour la premiere fois révélé l’identité et le portrait de son fondateur Abou Mouhammad al-Joulani

Un canular au mépris de l’intelligence humaine : une séparation qui n'a rien d'une séparation: Le front al-Nosra annonce avoir renoncé à l'organisation mère Al-Qaïda, après son autorisation.

En effet, il a fallu que le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri donne son feu vert pour que sa branche en Syrie le front al-Nosra se sépare de lui.

Signe que ce dernier est toujours aussi dépendant d'al-Qaïda.

Dans un enregistrement vocal publié ce jeudi par la chaine satellitaire qatari al-Jazeera, Zawahiri assure que le front al-Nosra peut très bien sacrifier ses liens organisationnels avec Al-Qaïda si cela est indispensable pour préserver son unité et pour poursuivre le combat en Syrie.
 
« Nos frères avec lesquels nous unissent des liens bien plus forts que les liens organisationnels, qui sont des liens provisoires et incertains, sachez que votre unité et votre harmonie nous sont bien plus chères que toute relation organisationnelle », a-t-il ajouté.

Et de poursuivre : « Votre unité et l’unification de votre rang sont bien plus importantes que les affiliations aux organisations et aux partis. On peut très bien sacrifier ces liens organisationnels partisans s’ils s’opposent avec votre harmonie, votre unité, et votre mobilisation dans un seul rang comme un bâtiment blindé , pour faire face à votre ennemi laïc et sectaire auquel s’est ralliée une Croisade moderne ».

Le texte de Zawihiri est certes bien clair : les objectifs n’ont pas changés. Il s’agit seulement d’une tactique pour se protéger.

Ce feu vert intervient une semaine après l'accord  conclu entre les chefs de  la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, de lutter conjointemnet contre le Front Al-Nosra et Daesh.

 

Joulani: une allégeance sans faille

Force est de constater que ces derniers jours, le front al-Nosra se préparait d’ailleurs à cette décision, exigée par ses alliés syriens, régionaux et internationaux. Vu qu'il est inscrit sur la liste des organisations terroristes des Nations Unies.

Pour la première fois depuis que cette milice wahhabite est entrée en action en Syrie en 2012, elle a présenté l’identité et le portrait de son chef et fondateur, connu sous le pseudonyme Abou Mohammad al-Joulani.

Selon le site libanais d’information a-Hadath News, cette révélation s’est faite sur tous les sites et les comptes du front al-Nosra sur les réseaux sociaux.

Sa véritable identité serait donc Oussama al-Aabsi al-Wahidi et il serait né en 1981 dans la localité al-Chahil dans la gouvernorat de Deir Ezzor, à l’est de la Syrie. Il aurait étudié la médecine à l’Université de Damas, puis en troisième année d’études, se serait rendu en Irak, lors de l'invasion américaine pour rejoindre Al-Qaïda. Il a combattu sous les ordres du jordanien Abou Moussaab al-Zarkaoui puis de ses successeurs et a prêté allégeance à Zawahiri.

Il serait retourné en Syrie en août 2011 pour y fonder la branche d’Al-Qaïda, le front al-Nosra.

Le 24 janvier 2012, il publie un communiqué dans lequel il annonce la formation du front al-Nosra du Levant et lance son action à partir de son village natal.

Lorsque le 9 avril 2013, le chef de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi décide de fusionner sa milice EIIL avec la sienne, au motif que les deux sont des émanations d’Al-Qaïda. Joulani refuse d’obtempérer et déclare son allégeance uniquement pour Zawahiri.

Depuis son allégeance est sans faille: il lui aura fallu une permission de ce dernier, pour décider une séparation organisationnelle d’Al-Qaïda.

"Nous remercions les commandants d'Al-Qaïda pour avoir compris la nécessité de rompre les liens (...)", a-t-il tenu à dire, dans un communiqué audio diffusé par la chaine qatarie al-Jazeera, en alléguant que cette décision "vise à protéger la révolution syrienne".

Sans tarder, Joulani alias Wahidi a donné un nouveau nom à sa milice: Jabhat Fateh al-Sham, le front de la conquête du Levant.

Le changement d'appellation est une manoeuvre à laquelle toutes les milices syriennes ont recouru. A fortiori pour couvrir les crimes qu'elles ont commis en Syrie.