22-02-2020 07:20 AM Jerusalem Timing

Tunisie: la liste du gouvernement d’union présentée au président

Tunisie: la liste du gouvernement d’union présentée au président

Le chef de l’Etat s’était dit le 2 juin en faveur d’un gouvernement d’union nationale face aux critiques contre le cabinet Essid, accusé d’inefficacité après 18 mois en fonctions.

Le Premier ministre tunisien désigné Youssef Chahed a présenté ce samedi la liste du nouveau gouvernement tunisien dit "d'union nationale" au chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi, a annoncé la présidence.

"Le président de la République a reçu aujourd'hui au Palais de Carthage le
Premier ministre désigné Youssef Chahed qui lui a présenté la composition du
gouvernement d'union nationale", a indiqué la présidence sur sa page Facebook.

   Aucune autre précision n'a été fournie.
   S'il obtient la confiance du Parlement, la principale tâche du nouveau
Premier ministre --qui serait le plus jeune de l'histoire moderne du pays--
sera de remédier à la crise économique et sociale dans laquelle la Tunisie est
engluée, cinq ans après sa révolution qui marqua le Printemps arabe.

Selon des médias, Chahed, désigné le 3 août par Essebsi pour former
ce nouveau cabinet, doit effectuer une annonce publique d'ici la fin de journée
au sujet de la composition du nouveau gouvernement.

Interrogé par l'AFP, l'entourage de Youssef Chahed a jugé cette annonce
"très probable", sans autre indication.

Pour entrer en fonctions, le nouvel exécutif devra obtenir la confiance de
l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) en session plénière.

Engagé dans une course contre-la-montre, Youssef Chahed, 40 ans, a
multiplié les consultations avec les partis --dont les islamistes d'Ennahdha--
et les partenaires sociaux, entre autres, depuis sa désignation il y a près de
trois semaines.

   La nomination de ce membre de Nidaa Tounès, parti fondé par le président
Essebsi, est intervenu après que le Parlement eut retiré sa confiance au
gouvernement de Habib Essid.

Le chef de l'Etat s'était dit le 2 juin en faveur d'un gouvernement d'union
nationale face aux critiques contre le cabinet Essid, accusé d'inefficacité
après 18 mois en fonctions.

  Outre l'amélioration de la situation économique et sociale, le Premier
ministre désigné a également promis de lutter contre le terrorisme, la
corruption, et devra améliorer le cadre de vie des Tunisiens, qui s'est
sensiblement dégradé depuis 2011 (infrastructures déficientes, manque de
propreté de l'espace public...).