22-02-2020 12:34 PM Jerusalem Timing

Libye: Daech pourchassé dans ses derniers carrés à Syrte

Libye: Daech pourchassé dans ses derniers carrés à Syrte

La reprise totale de Syrte serait un grand revers pour l’EI, déjà en grande difficulté dans les territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak.

 Les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) assiégeaient ce lundi les derniers terroristes du groupe Daech (EI) à Syrte, leur ex-bastion en Libye qu'ils défendent avec acharnement.

Les terroristes sont désormais acculés dans un secteur de moins de deux km2
dans la ville qu'ils avaient conquise en juin 2015, ont affirmé les forces du
GNA.

Un millier de soldats les encerclent après avoir lancé dimanche "l'ultime
bataille" pour reconquérir totalement Syrte, située sur la côte méditerranéenne
à environ 450 km à l'est de Tripoli.

"Nos soldats tentent aujourd'hui de protéger les positions en se
redéployant dans les secteurs repris dimanche et en les ratissant", a expliqué
à l'AFP Reda Issa, porte-parole des forces pro-GNA.

Ces dernières veulent éviter au maximum les pertes humaines après avoir
perdu 38 hommes dimanche tandis que 185 étaient blessés, selon un bilan fourni
par l'hôpital central de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) où est basé le
commandement de ces forces.

Car les combattants de l'EI vendent chèrement leur peau. Fidèles aux
méthodes de guérilla du groupe ultra-radical, ils ont ainsi lancé contre les
soldats au moins 12 voitures piégées conduites par des kamikazes, selon le
centre de presse des forces du GNA.

Depuis le début de l'offensive sur Syrte le 12 mai, plus de 400 combattants
loyalistes ont été tués et environ 2.500 blessés.

Le bilan humain des combats au sein de l'EI n'est pas connu. Les combats font peu de victimes civiles car Syrte, qui comptait 120.000 habitants avant sa prise par l'EI, a été "complètement vidée" de sa population qui a réussi à fuir, a indiqué mi-août le général Mohamad al-Ghassri, porte-parole des forces progouvernementales. Seules y demeuraient selon lui les familles des terroristes.
   
Mosquée al-Zarqaoui

   
   Parmi les bâtiments repris dimanche par les forces du GNA, figure la
Mosquée Qortoba, que les terroristes avaient renommée Abou Mossab al-Zarqaoui en prenant le contrôle de la ville en juin 2015.

Ils rendaient ainsi hommage au chef jordanien qui avait été tué
dans un raid américain en Irak en 2006 après avoir contribué à fonder l'EI.

Les terroristes avaient mis le feu à la bibliothèque de cette illustre
mosquée, tué l'un de ses imams et converti son esplanade en arène de "torture
et d'exécution de plusieurs habitants de Syrte", selon le centre de presse des
forces pro-GNA.

 La reprise totale de Syrte serait un grand revers pour l'EI, déjà en grande
difficulté dans les territoires qu'il contrôle en Syrie et en Irak. Mais elle
n'écarterait pas d'un coup la menace terrorise en Libye et pourrait même ouvrir
une phase encore plus violente, avertissent des experts.