21-05-2019 03:43 AM Jerusalem Timing

Organisation des JO-2024: le burkini menace la candidature de Paris

Organisation des JO-2024: le burkini menace la candidature de Paris

Interrogé par Sputnik, le président du Comité olympique tunisien Mehrez Boussayene a confirmé que suite aux derniers événements concernant l’interdiction du port du burkini, la candidature française aux JO pourrait être menacée.

La polémique sur le "burkini" et son interdiction pourrait nuire à la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux olympiques 2024. Le débat autour du burkini en France a suscité des réactions très négatives au sein de la communauté internationale et des médias, notamment en relation avec la candidature de la France pour l'organisation des Jeux olympiques de 2024 dans le pays.

 Interrogé par Sputnik, le président du Comité olympique tunisien Mehrez Boussayene a confirmé que suite aux derniers événements concernant l'interdiction du port du burkini, la candidature française aux JO pourrait être menacée.

 M.Boussayene a rappelé que les JO était une rencontre de toutes les civilisations, de toutes les cultures et qu'il était scandaleux d'imposer ses propres règles aux autres nations. Surtout dans un pays qui se veut démocratique et respectueux de la liberté.

 "Il faut respecter les gens. Je peux comprendre les menaces terroristes, je peux comprendre les dangers, mais imposer à ces gens-là une tenue bien déterminée, c'est inadmissible ", a-t-il indiqué.

L'Onu appelle la France à autoriser le burkini A cet égard, il prévient que si la France devient finalement l'organisateur des Jeux olympiques de 2024, il y'a un risque que certains pays, « musulmans ou défenseurs de la liberté » boycottent les JO à cause de l'islamophobie ambiante dans l'Hexagone. A titre personnel, M. Boussayene pécise qu'il est opposé au port du burkini.

"Une femme normalement qui va se baigner doit être dans une tenue de comme celles que j'ai connues depuis mon jeune âge (…) Elle doit aussi pouvoir porter le burkini si elle le veut. Mais là, c'est un avis très personnel." Les Britanniques n'ont cesse de critiquer la conduite des policiers français veillant au respect de l’arrêté anti-burkini en vigueur sur certaines plages.

 En août, un certain nombre d'hommes politiques français se sont déclarés favorables à l'interdiction du burkini. Le 26 août, le Conseil d'Etat a suspendu un arrêté interdisant le port du burkini aux baigneurs sur les plages de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes). Cependant, en dépit de la décision du Conseil d'Etat, le maire de la ville corse de Sisco Ange-Pierre Vivoni a déjà déclaré qu'il n'allait pas lever l'interdiction du burkini sur les plages locales. Entre autres, trois femmes ont dû payer une amende de 38 euros "pour non-respect des règles en vigueur".