15-09-2019 10:36 AM Jerusalem Timing

"Israël" cherche à récompenser le Soudan pour sa .. modération

L’entité sioniste a mis en garde l’UE et les USA contre "l’effondrement de l’économie soudanaise qui risque de perturber la stabilité dans cette partie de l’Afrique, provoquant une croissance des opérations terroristes".

Le quotidien israélien Haaretz a révélé l'un des changements majeurs qui a frappé stratégiquement la région , à savoir : l'alliance du Soudan avec les Etats-unis et Israël contre l'axe de l'Iran.

Citant des responsables à Tel Aviv, Haaretz rapporte que l'entité sioniste a demandé à l'Union européenne et aux Etats-unis de récompenser le Soudan , notamment en améliorant leurs relations avec le Soudan.

Selon Haaretz, le conseiller du secrétaire d'Etat américain aux affaires politiques,Tom Chanon s'est rendu la semaine dernière à Tel-Aviv pour se réunir avec un certain nombre de haut-responsables israéliens au ministère des Affaires étrangère israélien, ainsi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le directeur général du  ministère des Affaires étrangères, Dori Gold.

Une grande partie des discussions a été consacrée au rôle d'"Israël" en Afrique, et qui s'est renforcé ces derniers temps .

Citant de hauts fonctionnaires du ministère israélien des Affaires étrangères, Haaretz souligne que "  les responsables israéliens ont insisté  auprès de Chanon sur l'importance de renforcer  les relations  avec le Soudan".

Ils ont expliqué  qu" Israël estime que le gouvernement du Soudan a rompu ses relations avec l'Iran depuis un an, par conséquent il s'est rapproché de l'axe modéré arabe, dirigé par l'Arabie Saoudite, sachant qu'en plus, il a cessé tout trafic d'armes vers la  bande de Gaza".

Les responsables israéliens ont fait savoir à Chanon, qu'ils étaient parfaitement conscients que Washington ne lèvera point l'embargo imposé au  président soudanais Omar el-Béchir, sans toutefois renforcer le  dialogue avec les autres membres du gouvernement soudanais sera positif.

Par ailleurs, parallélement aux contacts établis par l'administration américaine concernant la question soudanaise, l'entité sioniste a effectué  des entretiens similaires avec la France, l'Italie et d'autres pays européens.

Selon une source israélienne, les diplomates israéliens ont demandé aux interlocuteurs européens d'aider le Soudan à faire face à sa dette extérieure, estimée à 50 milliards de dollars,  voire d'étudier la possibilité de supprimer une partie de sa  dette, comme cela a déjà eu lieu avec d'autres pays dans le monde souffrant de conditions économiques difficiles.

L'entité sioniste a mis en garde ces pays de "l'effondrement de l'économie soudanaise qui risque de perturber  la stabilité dans cette partie de l'Afrique, provoquant  une croissance des opérations de terrorisme".

Il convient de noter, que la loi israélienne n'a pa classé le Soudan comme un Etat ennemi, toutefois leurs relations étaient hostiles pendant une longue période voire ils n'ont  jamais eu de relations diplomatiques.

Alors que selon  la loi soudanaise,"Israël" est le seul endroit au monde que  les citoyens soudanais sont interdits de visiter.  Le Soudan a accueilli au fil des décennies, la direction du mouvement Hamas, il était un allié politique et militaire de l'Iran et  du Hezbollah.

Selon Haaretz, le Soudan servait de base du trafic  d'armes pour les Iraniens vers la bande de Gaza. Les Iraniens auraient construit près de Khartoum,  un laboratoire pour la production de missiles à longue portée  pour les deux mouvements de résistance palestiniens le Hamas et le Jihad islamique.

Dans ce contexte,"Israël" a été effectué,  entre  2008 et 2014,  une série d'attaques aériennes sur le sol soudanais, ciblant les convois d'armes se dirigeant vers la bande de Gaza.

Mais à partir de 2014, le Soudan a commencé à saboter ses relations avec l'Iran sous la pression de l'Arabie-saoudite.

Ainsi, les autorités soudanaises ont expulsé l'attaché culturel iranien de Khartoum, et ont fermé également  le Centre culturel iranien . Par la suite, le Soudan a rejoint la coalition, qui a été créé par l'Arabie saoudite pour lutter contre les Houthis au Yémen. En Janvier, le Soudan a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran suite à l'attaque de l'ambassade saoudienne à Téhéran.

Parallèlement à ce refroidissement dans les relations irano-soudanaises, la question de la normalisation des relations entre "Israël" et le Soudan a suscité la polémique.

La question a été soulevée dans le cadre du Comité soudanais pour le dialogue national , qui comprend des représentants de tous les partis et mouvements politiques de l'État.

Dans le débat sur les relations extérieures de l'Etat, plusieurs chefs de partis ont proposé  de changer l'approche envers "Israël" et de normaliser les relations avec elle dans le cadre du rapprochement avec Washington, afin de lever les restrictions économiques au Soudan.

Le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour a affirmé publiquement à l'issue du qu'il fait considérer une normalisation avec "Israël".

Mais le ministère des Affaires étrangères a publié un démenti de ce discours, soulignant qu'il a été retenu hors de son contexte.

 

Traduit par notre rédaction à partir du journal Assafir.