22-02-2020 01:04 PM Jerusalem Timing

Libye: le Croissant pétrolier sous le contrôle des autorités non reconnues

Libye: le Croissant pétrolier sous le contrôle des autorités non reconnues

Il s’agit d’un coup dur pour le GNA. La compagnie nationale pétrolière prépare la reprise des exportations.

Les forces du gouvernement non reconnu de Libye se sont emparées mardi du dernier des quatre terminaux du Croissant pétrolier, le gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par l'ONU perdant ainsi le contrôle de ces installations cruciales pour l'économie libyenne.

Il s'agit d'un coup dur pour le GNA, une instance qui s'est installée en mars à Tripoli mais peine à asseoir son autorité sur l'ensemble du pays.

Les forces du général Khalifa Haftar, chef de l'armée liée aux autorités rivales du GNA basées dans l'est, se sont emparées du terminal de Brega "sans combats (...) grâce aux habitants et notables de Brega", a déclaré à l'AFP un responsable des gardes des installations pétrolières pro-Haftar, Moftah al-Magrif.

"Nous contrôlons désormais la totalité de la région du Croissant pétrolier", a-t-il dit.

La zone du Croissant pétrolier est située dans le nord-est du pays, entre Benghazi et Syrte, ville d'où les forces du GNA tentent depuis quatre mois de chasser le groupe takfiro-wahhabite Daesh (EI) qui en avait fait son bastion en Libye.

Avant de prendre le contrôle du terminal de Brega, les forces du général Haftar s'étaient emparées, à l'issue de combats depuis dimanche, du port de Zoueitina et des terminaux d'Al-Sedra et de Ras Lanouf, les deux plus importants du pays.

Ces sites étaient sécurisés par les Gardes des installations pétrolières, une milice de l'est qui avait prêté allégeance cet été au GNA.

Cette bataille lancée dimanche par le général Haftar pour le contrôle du Croissant pétrolier est la première à opposer les forces de l'Est à celles du GNA.

Mettant en garde contre "la division du pays", l'émissaire de l'ONU Martin Kobler a souligné que la résolution 2259 des Nations unies "interdit clairement les exportations illégales de pétrole" depuis la Libye et stipule que ses installations pétrolières doivent être sous l'autorité du GNA.

La compagnie nationale pétrolière prépare la reprise des exportations

La Compagnie nationale du pétrole (NOC) a annoncé mardi soir à Tripoli qu'elle commençait à préparer la reprise des exportations depuis les principaux terminaux libyens, bien que ces ports soient sous le contrôle des autorités non reconnues de l'est du pays.

"Nos équipes techniques ont déjà commencé à évaluer ce qu'il convient de faire pour mettre fin à la situation de force majeure et reprendre les exportations dès que possible", a déclaré le président de la NOC, Mustafa Sanalla, dans un communiqué publié sur le site web de la compagnie.

La NOC souligne dans son communiqué qu'elle reste loyale au GNA. Mais elle n'explique pas comment elle pourrait relancer les exportations depuis des terminaux pétroliers contrôlés par des forces hostiles au GNA.

Les Etats-Unis et cinq pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni) ont appelé ensemble lundi "au retrait immédiat et sans conditions de toutes les forces armées qui se trouvent dans le Croissant pétrolier". 

Avec AFP