16-10-2019 03:13 AM Jerusalem Timing

Convoi humanitaire onusien bombardé: Lavrov innocente Damas

Convoi humanitaire onusien bombardé: Lavrov innocente Damas

Et l’Australie conseille aux USA de ne pas accuser trop vite.

Les accusations contre Damas ou Moscou d’avoir bombardé le convoi humanitaire, déjà qualifiées de gratuites par le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, ont été cette fois démenties par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Au moment où l’Australie alliée proche des Etats-Unis et membre de la coalition internationale conseille Washington de ne pas trop se hâter de nommer les auteurs de la frappe.

« Nos militaires ont déjà fait les déclarations appropriées en disant que notre aviation n’opérait pas là-bas. L’aviation syrienne ne le pouvait pas non plus, parce que l’attaque du convoi est survenue dans la nuit, les avions syriens ne volent pas de nuit, ils sont privés de cette possibilité, et l’attaque a eu lieu au moment où le fret humanitaire était déjà déchargé à Alep est », a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision Russie-1.

Dans la nuit de lundi à mardi, un convoi humanitaire du Croissant-Rouge syrien et de l’Onu a été bombardé à Ourm al Koubra, à nord-ouest de la ville d’Alep. Le passage du convoi dans les quartiers est d’Alep a été concerté avec Damas et l’opposition armée. La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a fait état de la mort d’un responsable et d’au moins 20 civils.

Les militaires russes qui ont étudié les images de l’incident n’ont pas pu retracer le moment de l’impact. Sur la vidéo, on ne voit que l’incendie qui a coïncidé dans le temps avec le début de l’offensive des djihadistes du Front al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie sur Alep.

Les États-Unis pointent du doigt les troupes gouvernementales syriennes ou la Russie. Mais Washington estime que « de toute façon » c’est Moscou qui est responsable.

Même l’Australie, un allié des plus proches des États-Unis, appelle à ne pas se hâter de nommer les auteurs de la frappe.

"Il est encore prématuré pour nommer les responsables de la frappe contre le convoi humanitaire en Syrie", a déclaré dans une interview accordée à Sputnik la ministre australienne des Affaires étrangères Julie Isabel Bishop.

«C’était un horrible accident. C’est horrible, mais les faits sont encore à établir», a-t-elle déclaré dans le cadre d’une séance de l’Assemblé générale de l’Onu à New York.

 

Avec Sputnik