03-12-2016 11:50 PM Jerusalem Timing

Syrie : les Occidentaux craignent l’enlisement

Syrie : les Occidentaux craignent l’enlisement

Aujourd’hui, européens, américains et les capitales arabes ne peuvent plus compter que sur un improbable assouplissement de Moscou pour isoler le régime de Bachar el-Assad..

Le pessimisme gagne les Européens, les Américains et les capitales arabes: ils ne peuvent plus compter que sur un improbable assouplissement de Moscou pour isoler le régime de Bachar el-Assad .

À l'approche d'une réunion cruciale au Conseil de sécurité, lundi, le pronostic est plutôt sombre: «Nous pensions qu'une fois l'élection de Poutine passée, la discussion serait plus consensuelle, dit Alain Juppé. Mais cet espoir ne s'est pas concrétisé. » La Russie persiste à bloquer et « la Syrie m'empêche de dormir », confesse le chef de la diplomatie.

À New York, le ministre retrouvera l'Américaine Hillary Clinton, le Russe Sergueï Lavrov, le Britannique William Hague et l'Allemand Guido Westerwelle. Le pourrissement pourrait déborder d'autres dossiers, comme le conflit israélo-palestinien ou l'arsenal nucléaire de l'Iran.
Sur la Syrie, la même impression de paralysie a baigné un rendez-vous européen à Copenhague. Le blocage russe sape l'objectif affiché de la mission de Kofi Annan: contraindre le régime de Damas à discuter.
L'Europe «sera bientôt au bout de ce qu'elle peut faire » sur le plan des sanctions, reconnaît un ministre en privé. L'intervention militaire internationale, enfin, est barrée à l'ONU. Même à but humanitaire, elle risquerait de rallumer la zizanie.
(,,,)
. «Le régime est visiblement décidé à en finir une bonne fois pour toutes avec l'opposition, avance un haut responsable européen. Son objectif pourrait être d'offrir ensuite un cessez-le-feu, sur les positions les plus avantageuses. Et il nous serait bien sûr très difficile de dire non…»

(,,,)
Geler la situation par un simple cessez-le-feu ne ferait qu'accroître les tensions sur le terrain, au risque de plonger la Syrie dans une vraie guerre civile, dit-on à Paris.
(,,,)

Source: Le Figaro