20-11-2019 12:55 AM Jerusalem Timing

Syrie: la conférence d’Istanbul boycotté par une partie de l’Opposition..

Syrie: la conférence d’Istanbul boycotté par une partie de l’Opposition..

..Medevedev qualifie la mission de Koffi Annan de dernière chance pour éviter une guerre civile en Syrie!

La commission syrienne nationale de coordination pour les forces du changement démocratique en  Syrie a refusé de  participer à la conférence de l'opposition syrienne censée se tenir  à Istanbul ce lundi sous le thème de l'unification de l'opposition syrienne.

Dans son communiqué, la commission a déclaré refuser que « certaines parties syriennes s’octroient le droit de  représenter l’ensemble de  l'opposition syrienne à cette conférence ou à d'autres, ou  encore, de les inviter à  une conférence dont les objectifs politiques ont déjà été définis au lieu de chercher à définir une vision unifiée avec le Conseil national syrien »..

Mais encore..

 Ce genre de comportement est " incompatible avec les principes les plus élémentaires de la démocratie, et  traduit une volonté de soumettre l'opposition politique à une tutelle étrangère, de lui imposer  certaines options qui sont compatibles avec les intérêts  de ces parties étrangères mais contraires aux visions et intérêts actuels et futurs du peuple syrien voire de l'opposition démocratique à l'intérieur de la Syrie", poursuit le communiqué .

De leur côté, les Frères musulmans (FM) en Syrie ont publié un document, intitulé "Promesse et  Charte",  et qui définit les grandes lignes de la Syrie post-Assad !

Dans le document, ils appellent  à l'instauration  d'un «état civil et d'une démocratie pluraliste moderne alternative».


Le porte-parole des Frères musulmans en Syrie, Mouhammad Rida alChafaqa, a déclaré que le document "Promesse et Charte " des Frères musulmans comprend « une vision nationale et se veut la base  d'un nouveau contrat social, garantissant des relations modernes et sécurisées entre les autorités nationales et  les différentes composantes de la société syrienne».

Répondant à une question posée en marge de la  conférence de presse, le cadre des FM a assuré que la confrérie n’aspire pas à gouverner, mais juste souhaite  renverser le régime actuel.

De son côté, le président  de l'Organisation arabe pour les droits de l'homme en Syrie,  Mahmoud Merei a applaudi l’initiative de Kofi Annan la qualifiant de positive, appelant toutes les parties à la mettre en œuvre car qui se passe en  Syrie est dangereux.

Dans un entretien téléphonique avec la chaîne satellitaire iranienne Al-Alam,  Merei a souligné que depuis le début des travaux du conseil national syrien « nos slogans et nos  positions stratégiques étaient claires et certes non temporaires, comme le rejet de toute ingérence militaire étrangère, le refus d'attiser les conflits sectaires, la  cessation les combats et de la violence, et ce parce que nous croyons que le sang syrien est sacré qu’il s’agisse de l’opposition ou du pouvoir » !

Et d’ajouter qu’ « il est possible de régler la question des groupes armés et de les influencer »; soulignant que « l'armement de l'opposition signifie entraîner le pays dans une guerre civile, dans des combats avec l'armée régulière » !

 Il a ajouté qu'il ne se rendra pas en Turquie pour participer à la conférence de l'oposition syrienne..

Au niveau international, Moscou a réitéré sa position que le soutien étranger à l'opposition syrienne représente le principal obstacle à la paix!

Lors de son entretien avec l'émissaire conjoint de l'Onu et de la Ligue arabe sur la crise en Syrie , Kofi Annan, le président russe Dimitri Medvedev a néanmoins déclaré que cette mission onusienne « constitue probablement la dernière chance d'éviter une longue guerre civile dans ce pays..

Pour sa part, M. Annan a déclaré que "nous espérons réussir à apporter une contribution positive au règlement des problèmes en Syrie avec la participation la plus active de la Russie".

"Nous espérons que comme toujours, on pourra de nouveau compter sur le soutien et les bons conseils de la part de la Russie. Grace à ma participation et à celle d'un groupe de médiateurs, nous pourrons appliquer des efforts nécessaires visant à mettre un terme à ce conflit compliqué et sanglant qui permettra de fournir une aide humanitaire à tous ceux qui en ont besoin et de faire instaurer la paix dans cette région", a indiqué l'émissaire conjoint de l'Onu et de la Ligue arabe.

Dans un autre contexte,  le ministère russe des affaires étrangères a annoncé que la Russie avait voté contre la résolution du Conseil des Droits de l'Homme sur la Syrie le jugeant "unilatérale".

Dans un communiqué, le ministère russe des affaires étrangères a indiqué que le Conseil des droits de l'homme avait adopté une résolution présentée par l'Union européenne sur la situation des droits de l'homme en Syrie et que ce document porte une évaluation unilatérale sur ce qui déroule en Syrie en accusant uniquement le gouvernement syrien de les violence qui ont lieu dans le pays.

Le communiqué souligne que ce document ne s'adresse pas aux groupes armés de l'opposition et néglige les résultats positifs des efforts internationaux à résoudre la crise en Syrie sans oublier les efforts de l'émissaire spécial des Nations Unies en Syrie, Kofi Annan.

"L'adoption par le Conseil des Droits de l'Homme de cette résolution partiale et non équilibrée est contraire aux efforts de la communauté internationale pour rétablir la stabilité en Syrie", poursuit le communiqué.

Le communiqué conclut que la position irresponsable de certains pays qui s’étaient opposés aux condamnations russes des actes terroristes en Syrie encourage l'impunité de ces terroristes.