23-03-2019 04:28 PM Jerusalem Timing

Un plan américano- franco-qatari contre le président mauritanien

Un plan américano- franco-qatari contre le président mauritanien

Les Israéliens aussi ont leur part du complot

Des sources de presse mauritaniennes à Nouakchott ont dévoilé la présence d’un plan national visant à renverser israélo-qatari visant a renverser le président mauritanien Mohammed Would Abdel Aziz.
Intitulé «la divulgation d'informations relatives à un plan préparé par des parties étrangères en coordination avec des dirigeants politiques mauritaniens pour renverser le président mauritanien Aziz», l’article du journal «Nouvelles»  évoque «des détails exclusifs sur le projet du régime alternatif ».

Citant des sources qualifiées de très informées, il indique que le départ de Would Abdel Aziz n’est plus un simple souhait des dirigeants de l'opposition ou une simple propagande politique destinée à manœuvrer pour obtenir des gains politiques, mais il est devenu un fait incontestable.

Le journal fait remarquer que le régime du président actuel ne peut plus terminer son mandat et que «que les Américains et les Français ont tranché avec le prince du Qatar, en coordination avec les figures de l'opposition mauritanienne, et ont convenu en fonction d’un plan préparé soigneusement après un accord entre les symboles les plus importants de l'opposition mauritanienne pour se partager des rôles et le gâteau politique dans le pays ».

 
«ce plan réclame la mobilisation de tous les moyens matériels, politiques, diplomatiques et même militaires pour imposer un fait accompli au régime de Would Abdel Aziz, avec l'aide financière de l'État du Qatar, lequel restera loin de la scène se contentant de distribuer de l'argent aux islamistes à travers des circuits financiers connus et sûrs » continue le Journal signalant aussi qu’il est question de faire « répandre dans les milieux que ces fonds proviennent de l’homme d’affaires Would Bamatu et du président Ali Would Mohamed Fall ».

 

Il est également prévu selon ce plan que la chaine AlJazira évitera dans un premier temps de couvrir l'événement à Nouakchott, et que le Qatar envoie des signaux positifs au régime mauritanien dans le cadre actuel de coopération entre les deux pays».
 Dans le même temps l'opposition mauritanienne mauritanien rue pacifiquement devrait  s'employer à mobiliser la rue mauritanienne pacifiquement et de mobiliser ses bases populaires partout sous un seul slogan : «renverser le régime et son départ» et ce sans interruption pour une période de plus de 15 mois.

L’accord stipule qu’il a été convenu que les États-Unis et la France profiteront par la suite de privilèges économiques importants, en consolidant leurs relations avec la Mauritanie  de sorte qu'ils auront la priorité dans un grand nombre de projets à venir par la Mauritanie dans le domaine de la pêche, du pétrole, en matière de sécurité sur le littoral.
Selon le journal, le Qatar et ses alliés internationaux voudraient réhabiliter l'ancien président Would Taya, le restituer en Mauritanie lui récupérer tous ses droits politiques, tout en lui accordant des garanties qu’il sera à l’abri contre les poursuites.

Le plan prévoit qu'il y aura une courte phase de transition dirigé par l'ancien président Ali Would Mohamed Fall, et de former un gouvernement d'union nationale auquel participeront toutes les factions de l'opposition, y compris la participation dans le dialogue.
Concernant le prochain président mauritanien, il est préférable d'appartenir au Mouvement islamique mauritanien.

Le plan de ces pays parie pour renverser Would Abdel Aziz sur des responsables militaires, dont certains ont pris leur retraite avec le renversement de Would Taya, ou lorsque Would Abdel Aziz a  pris les rênes du pouvoir.
Les sources n'excluent pas une coopération entre le courant islamique et des officiers proches des chefs tribaux.
S’agissant du rôle israélien, le journal évoque des tentatives de régler des comptes avec le président mauritanien à travers les organisations de jeunesse qui prétendent défendre les droits des esclaves et les Noirs en Mauritanie, et qui constituent une menace réelle pour Ould Abdel Aziz».