19-09-2020 03:24 PM Jerusalem Timing

"Israël" ne peut attaquer seul l’Iran, affirme Shimon Peres

Les déclarations de Peres sur l’Iran créent une polémique en "Israël".

Shimon PeresLe président israélien Shimon Peres a déclaré jeudi qu'il était "clair" qu'Israël ne pouvait attaquer l'Iran sans l'aide des Etats-Unis, lors d'une interview à une chaîne de télévision israélienne.

"Il est clair pour nous que nous ne pouvons pas faire cela seuls", a déclaré le président israélien dans une interview à la deuxième chaîne de télévision.

Nous pouvons repousser (une opération militaire), mais il est clair pour nous que nous devons aller de concert avec l'Amérique même s'il y a des questions de coordination et de délais", a ajouté Peres.

Polémique en "Israël"

Entre-temps, les déclarations du président israélien ont provoqué une polémique en « Israël » dont les médias et les commentateurs se faisaient vendredi largement l'écho.

Des proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu, cités par les médias, ont vivement critiqué les déclarations de Peres jeudi, soulignant que sa prise de position, en contradiction avec la ligne défendue par Netanyahu, outrepasse la fonction présidentielle, largement honorifique.

"Shimon Peres a oublié en quoi consiste son rôle en tant que président", ont déclaré ces sources, citées vendredi, entre autres médias, par le site d'information en ligne Ynet.

Certains commentateurs ont estimé que le président pourrait avoir marqué un point en donnant l'avantage au camp des opposants à une attaque contre l'Iran alors que les spéculations se multiplient sur l'imminence d'une frappe israélienne contre les installations nucléaires de l'Iran.

"Le but a apparemment été atteint. La position du président, qui s'ajoute à celles des hauts responsables de renseignements et de sécurité (opposés à une frappe) fera pencher la balance en faveur des opposants dans le débat sur l'éventualité d'une frappe israélienne", indique Shimon Shiffer, analyste politique du quotidien Yedioth Aharonot.

"Netanyahu, après avoir répété qu'il serait le seul à décider d'une frappe contre l'Iran va être obligé de revoir sa position", ajoute-t-il.