26-09-2018 03:19 PM Jerusalem Timing

Le Jihad islamique pour une "solution politique" en Syrie, critique l’Egypte

Le Jihad islamique pour une

Le Jihad "refus l’interdiction de la résistance armée contre l’occupant ou son exclusion du programme de la lutte nationale palestinienne".

Ramadan ChallahLe chef du Jihad islamique palestinien, Ramadan Challah, a appelé jeudi à "une solution politique en Syrie" et critiqué le nouveau pouvoir égyptien qui n'a pas mis fin au blocus de la bande de Gaza.

"Ce qui se passe en Syrie fait saigner le coeur, mais quiconque observe cette effusion de sang se rend compte que la voie militaire est fermée, dans quelque direction que ce soit", a déclaré M. Challah lors d'un discours télévisé retransmis à Gaza à l'occasion du 31e anniversaire du mouvement.

"Il n'y a pas d'autre issue à cette épreuve qu'une solution politique qui arrête le sang et satisfasse les revendications et les aspirations du peuple syrien à la liberté, à la dignité et à la préservation de l'unité de la Syrie, de son territoire et de son peuple, et assure la poursuite de son soutien à la résistance palestinienne", a ajouté le dirigeant du Jihad islamique, toujours officiellement basé à Damas.

Par ailleurs, dans une critique visant les Frères musulmans, au pouvoir au Caire, M.Challah a déploré "la poursuite du siège (de Gaza), de la fermeture du terminal (de Rafah) et de la souffrance du peuple palestinien à Gaza, cela dépend de l'Egypte soeur et malheureusement la situation n'est pas meilleure qu'avant la révolution, elle est même pire ou plus difficile à certains égards", a-t-il expliqué.

Le chef du Jihad islamique, qui s'est retrouvé en première ligne des récentes épreuves de force avec l'armée d’occupation israélienne à Gaza, a également "refusé l'interdiction de la résistance armée ou son exclusion du programme de la lutte nationale palestinienne", en allusion à la trêve avec l’entité sioniste.

"Oui, on peut s'entendre pour une trêve mais si cette trêve est gratuite et illimitée, cela devient un état de fait, qui est dangereux pour la résistance et pour la cause, et nous sommes tous appelés, de manière responsable, à réviser cette politique", a lancé Ramadan Challah.