05-12-2019 08:13 PM Jerusalem Timing

La justice saoudienne : une injustice à l’égard des détenus Egyptiens

La justice saoudienne : une injustice à l’égard des détenus Egyptiens

Le cas de Najla Wafa, cette femme d’affaires égyptienne condamnée à 500 flagellations dans une affaire floue avec une princesse..

La militante égyptienne  des droits de l’Homme, Shirine Farid, a révélé que l'un des détenus égyptiens en Arabie saoudite a tenté un suicide mais sa vie a été sauvée à la dernière minute.

Pis encore..

La femme d’affaires égyptiennes Najla Wafa, condamnée à cinq ans de prison et 500 flagellations, suite à une affaire de commerce floue avec une princesse saoudienne, a subi  50 nouveaux coups de fouet ! Ce qui fait porter le nombre de flagellations qu’elle a subi jusqu’à maintenant à 400.

Selon le site internet al Qods al-Arabi, la militante Shirine Farid a déclaré que le détenu égyptien “Hamada Mohamed Abdel Hamid, en détention dans la prison saoudienne Abha ,  a essayé de se suicider hier, en se cognant la tête sur la grille de fer de sa prison. Il a été sauvé à la dernière minute et s’est vu transféré à un hôpital pour être soigné » !

Elle a expliqué que «Hamada Mohammed Abdul Hamid est détenu depuis 6 ans à la prison Abha, alors que sa peine n’est que de deux anx et concerne une affaire politique ».

Elle a indiqué qu’on «  l’a impliqué dans une affaire politique à laquelle il a été condamné  à deux ans de prison, une affaire qui peut-être relativisé. Mais  les décisions de justice ne sont pas réexaminées. "

Mais alors : "pourquoi ne pas libérer le détenu après avoir purgé sa peine ? s’interroge-t-elle.

D’un autre côté, Shirine Farid a   dénoncé les conditions de détention de la femme d’affaires égyptiennes Najla WAFA surtout qu’elle a subi  50 nouvelles flagellations, alors qu’il était convenu entre les  autorités saoudiennes et l'ambassadeur égyptien Afifi Abdul Wahab Baquba à ce qu’on cesse les flagellations ! »

Il convient de noter que 31 détenus égyptiens dans les prisons saoudiennes ont commencé dimanche dernier une grève de la faim ouverte jusqu'à leur libération, en concordance  avec une manifestation organisée par des parents en face de l’enceinte de l’ ambassade saoudienne au Caire.