13-12-2018 12:54 PM Jerusalem Timing

Bahreïn: la cour condamne quatre citoyens pour insulte contre le roi

Bahreïn: la cour condamne quatre citoyens pour insulte contre le roi

L’abcés est creuvé: dans plusieurs villes du Bahreïn, les manifestations ne se contentent plus de demander des réformes, mais la chute du régime et son remplacement par un autre, fondé sur l’autorité du peuple.


La Cour pénale du Bahreïn  a condamné quatre militants de l'opposition à plusieurs mois de prison allant de 4  à  six mois de prison pour avoir insulté le roi du Bahreïn  sur le site social Twitter.

Le tribunal à Manama a condamné trois d'entre eux à sis mois de prison tandis que le quatrième attend la publication de sa condamnation  le 12 de Novembre.

Les avocats ont déclaré que les accusés ont nié les accusations portées contre eux.

Par ailleurs, la coalition du 14 février  a annoncé le martyr d'une jeune femme après inhalation de gaz toxiques jetés par les forces du régime sur les maisons de la ville Jadhafez.

Egalement la coalition a appelé à des manifestations massives  en faveur de la libération du détenu Mushaima Sheikh Hassan qui , privé de traitement anti cancérologique est retombé malade de cancer.

Concernant la décision du régime bahreïni de  soulever une plainte contre  cheikh Issa Qassem, le courant du Wafaa islamique  a qualifié cette politique de 'sale" car elle dénonce l'embarras du régime devant l'absence de  choix politiques réels, surtout que ses alliés régionaux ont prouvé la faiblesse et l' échec de leur projet dans la région, soulignant que ces mesures  démentes sont les dernières cartes dont dipsoe encore le régime des alKhalifa.

Le courant a mis en garde le régime bahreïni d'emprisonner  cheikh Qassem car cela entraînera  le pays dans un tunnel sombre aux conséquences lourdes.


Sur le terrain, le Bahreïn survit toujours son quotidien amer: arrestations, passages à tabac et harcèlement qui n'épargne ni femmes et enfants. Ainsi, dans la ville de Sar  les forces armées du régime des alKhalifa ont recours à tirs de grenades assourdissantes pour terroriser la population.

Dans les villages de Maameer et alDiyeh , les forces armées bahreïnies se sont déployées dans les rues massivement afin de contrer toutes manifestations futures: elles ont procédé à l'harcèlement des passants dans les rues des quartiers et ont jeté des bombes de gaz toxiques provoquant une mauvaise  visibilité dans les rues.


A Deir Kleib, une marche a eu lieu sous le slogan " la révolution se poursuivra, où les manifestants ont tenus pour responsable le régime des alKhalifa de la mort d'innocents, exigeant le jugement des responsables quelque soit leur titre. Les participants ont demandé la chute du régime et son remplacement par un régime qui s'appuie sur l'autorité du peuple".


A Eker, cette ville qui a été soumis à un blocus durant une semaine, les habitants ont défilé en solidarité avec les détenus soupçonnés d'être impliqués dans  l'explosion, qui a eu lieu dans la ville, exigeant leur libération immédiate.